Le projet de loi britannique sur les frontières institutionnalisera la citoyenneté de seconde classe pour les immigrants

0
140

Ces derniers jours, il y a un sentiment d’anxiété palpable parmi mes amis issus de minorités ethniques et de milieux musulmans en réponse aux révélations sur les projets de Priti Patel d’adopter une loi lui permettant de révoquer la citoyenneté britannique sans préavis. « Nous sommes inquiets », me disent-ils ; “Cela aura un impact dévastateur”, a déclaré un autre.

Ne pas s’inquiéter est un luxe, car ce sont les citoyens non blancs et les musulmans, en particulier, qui seront les plus touchés par la dernière politique draconienne du ministre de l’Intérieur – une loi que l’Institut des relations raciales (IRR) a qualifiée de “loi profondément raciste”.

L’article 9 du projet de loi sur la nationalité et les frontières, qui a été discrètement ajouté avant sa lecture à la Chambre des communes cette semaine, exempterait le gouvernement d’avoir à informer quelqu’un lorsqu’il la prive de sa citoyenneté s’il n’est pas « raisonnablement possible » de le faire, ou dans l’intérêt de la sécurité nationale, des relations diplomatiques, ou perçu comme étant dans un autre type « d’intérêt public ».

Ce n’est qu’une caractéristique d’un projet de loi vicieux qui vise également à statuer sur les demandes d’asile irrecevables présentées par des personnes sans papiers, à les criminaliser ainsi qu’à toute personne participant à des missions de sauvetage de réfugiés dans la Manche, et à accorder l’immunité aux agents des forces frontalières si des personnes se noient pendant leur ” opérations de refoulement. Et malgré la mort de vingt-sept personnes dans la Manche la semaine dernière – le nombre de morts le plus élevé dans la Manche depuis que l’Organisation internationale pour les migrations a commencé à collecter des données – le gouvernement va de l’avant.

Depuis 2006, le gouvernement a le pouvoir de retirer la citoyenneté britannique aux personnes ayant la double nationalité en vertu des mesures introduites par l’administration Tony Blair à la suite des attentats de Londres de 2005. En 2014, ces pouvoirs ont été étendus à ceux dont la nationalité est uniquement britannique, mais qui sont nés à l’étranger et susceptibles d’être éligibles pour une autre nationalité.

Cela signifie qu’une écrasante majorité des personnes ciblées sont des minorités et des personnes issues de l’héritage des migrants, et, comme l’a dit Frances Webber de l’IRR au Gardien, Les musulmans. Deux personnes sur cinq issues de minorités ethniques non blanches (41 %) sont susceptibles d’être éligibles à la privation de citoyenneté sans préavis, contre seulement une personne sur vingt classée comme blanche (5 %). Près de la moitié de tous les Britanniques d’origine asiatique en Angleterre et au Pays de Galles sont susceptibles d’être éligibles (50 %), ainsi que deux Britanniques noirs sur cinq (39 %).

En effet, selon l’analyse du Nouvel homme d’État, près de 6 millions de personnes au total en Angleterre et au Pays de Galles pourraient devenir éligibles pour être déchues de leur citoyenneté britannique sans avertissement. Le gouvernement a déclaré que ceux dont la citoyenneté est déchue pourront faire appel, mais comment voulez-vous faire appel d’une décision dont vous ne savez rien ?

Il y aura ceux qui prétendront que cela ne devrait pas nous inquiéter, que nous ne faisons que faire peur et que la privation de citoyenneté n’est réservée qu’aux crimes les plus «graves». « Soyez simplement un bon immigrant et vous n’aurez aucun problème », disent-ils. On m’a assuré à maintes reprises que je n’avais rien à craindre.

Mais il n’est pas vrai que la privation n’est réservée qu’à ceux qui représentent une menace de préjudice très élevé. Pour dépouiller un double ressortissant de sa nationalité sans préavis, le ministre de l’Intérieur doit simplement croire que cela est « contributif au bien public » – un terme large qui pourrait signifier tout ce que notre gouvernement de plus en plus à droite veut qu’il le fasse. C’est un gouvernement qui veut permettre aux gens d’emprisonner jusqu’à cinquante et une semaines pour avoir manifesté, après tout.

En institutionnalisant davantage un système racialisé à deux vitesses de citoyenneté britannique, dans lequel les minorités et celles issues de l’immigration sont jugées selon des critères différents et subissent des conséquences plus sévères pour leurs actions, la cohésion sociale même que les politiciens prétendent valoriser est sapée.

Cela envoie un signal clair à des millions de personnes – que, selon les mots de l’auteur Kamila Shamsie, il y a ceux d’entre nous qui sont considérés comme des « Britanniques britanniques » et ceux qui sont britanniques jusqu’à ce que le ministre de l’Intérieur en décide autrement. La position par défaut est que nous devons être deux fois meilleurs, et que les conséquences de tout ce que Patel pourrait considérer comme un faux pas pour des gens comme moi sont beaucoup plus dures simplement parce que nos parents ne sont pas nés ici.

Peut-être le plus exaspérant, il semble que le gouvernement n’ait rien appris du scandale Windrush, qui a vu des milliers de personnes détenues à tort et menacées d’expulsion par notre ministère de l’Intérieur raciste, et au moins quatre-vingt-trois personnes effectivement expulsées à tort. Jusqu’à présent, seuls 864 des 15 000 personnes éligibles à une indemnisation gouvernementale à la suite du scandale l’ont reçue, mais le gouvernement redouble désormais de mesures pour enraciner des abus similaires. La réalité est que notre gouvernement considère notre existence comme une menace, et quelque chose qui devrait et peut être retenu contre nous.

Ayant grandi à Luton, il n’était pas rare d’entendre des cris de « Retourne d’où tu viens ! » des voyous d’extrême droite. Patel a pris cette rhétorique et lui a donné toute la force de l’État. Nous devons tous nous opposer à ce dernier assaut : sinon la question « Où es-tu vraiment à partir de?” qui suit si souvent les personnes de couleur – une question qui présume que nous ne pourrons jamais être pleinement, correctement britanniques – deviendra ancrée dans la politique officielle du gouvernement.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire