Le Qatar trace sa propre voie

0
29

Un rapide coup d’œil à une carte du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord révèle deux faits clés : 1) la région est politiquement divisée en nations peu peuplées, mais géographiquement énormes d’un côté ; de l’autre des pays plus petits, dont la plupart sont politiquement, économiquement et socialement instables. La seule exception à cette règle globale est le pays péninsulaire du Qatar.

S’avançant stratégiquement dans le golfe Persique, le pays est devenu, au cours des dernières décennies, l’une des rares réussites du Moyen-Orient. Les richesses en gaz et l’état d’esprit de « sa propre voie » au sein de la société qatarie et de son gouvernement, y compris la famille royale du pays, ont complètement transformé le pays depuis le début des années 1970.

Considérés par le monde extérieur pendant la majeure partie du XXe siècle comme un marigot sous-développé dont les moyens de subsistance tournaient autour de la plongée dans les perles et de l’élevage de chameaux, les Qataris ont pris du retard sur leurs voisins saoudiens riches en pétrole pendant des décennies.

La découverte du plus grand gisement de gaz du monde en 1971 a conduit le Qatar à représenter 30 pour cent du marché mondial. Ses citoyens, aujourd’hui au nombre d’environ 2,9 millions, en ont grandement profité. Le PIB par habitant du pays est l’un des plus haut dans le monde, plus du double de celui de l’Arabie saoudite.

Ayant largement évité les troubles chaotiques qui ont résulté du printemps arabe, et contrairement à la Syrie, l’Égypte et la Libye, le Qatar n’a fait face à aucune des menaces immédiates pour sa sécurité nationale ou sa stabilité politique, conditions qui sont devenues monnaie courante pour presque tous les autres pays arabes après les soulèvements ont commencé en 2011.

Au lieu de cela, le Qatar est sorti de cette tourmente en tant que pacificateur régional. Cela a transformé la capitale, Doha, en une « Suisse-sur-le-Golfe » ; un lieu où des factions rivales d’Afghanistan, du Soudan, de Somalie et du Liban, entre autres, sont venues négocier des accords de paix et des cessez-le-feu qui ont mis fin à des décennies de conflits dans leurs pays respectifs.

Depuis 2003, année du début de l’invasion américaine de l’Irak, le Qatar a hébergé une vaste base aérienne américaine. Bien que cette décision ait contrarié certains gouvernements de la région, les relations entre Washington et Doha ne font que s’approfondir.

Suite au retrait américain d’Afghanistan en août dernier. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a annoncé plus tôt en novembre que le Qatar établirait une section d’intérêt américain au sein de son ambassade en Afghanistan pour fournir certains services consulaires et surveiller l’état et la sécurité des installations diplomatiques américaines en Afghanistan.

Au cours des deux dernières décennies, le Pentagone en est venu à considérer le pays comme l’un des partenaires les plus fiables de Washington au Moyen-Orient. La base aérienne d’Al Udeid, au sud de Doha, abrite le quartier général avancé du commandement central américain et le centre des opérations aériennes de l’armée américaine pour toute la région.

Depuis la mise en place d’opérations conjointes sur la base, Doha a contribué environ 8 milliards de dollars depuis 2003 au développement de la base et a accueilli des milliers de réfugiés afghans depuis le retrait d’août.

L’approche indépendante de la nation en matière de politique étrangère a même débordé sur la question compliquée des relations avec Israël. Bien que Doha ne fasse pas partie des accords d’Abraham, qui ont été signés par Israël et plusieurs autres pays arabes afin d’établir des relations diplomatiques formelles, le propre dialogue du Qatar avec ses homologues israéliens remonte à 1996, lorsque les deux pays ont établi des relations commerciales importantes.

Sur le plan social domestique, contrairement aux pratiques austères de l’Arabie saoudite, les femmes qataries peuvent conduire et socialiser en public depuis des décennies et les minorités religieuses, y compris les chrétiens, sont légalement autorisées à pratiquer ouvertement leur foi.

Ces éléments constitutifs de la société ont contribué à façonner l’image de marque du Qatar, qui met en évidence l’objectif du pays d’être un promoteur indispensable de la paix dans la région et plus que capable d’accueillir de grands événements internationaux allant des semaines de la mode, des conférences sur la cybersécurité, une formule annuelle 1 Grand Prix et les Jeux asiatiques 2006, qui ont jeté les bases et fourni une grande partie de l’infrastructure initiale pour la prochaine Coupe du Monde de la FIFA 2022.

Les citoyens qatariens possèdent certaines des marques les plus emblématiques de l’Occident, notamment le grand magasin Harrods, une part de l’aéroport Heathrow de Londres, le club de football Paris Saint-Germain et le Shard, le plus haut bâtiment d’Europe occidentale, pour n’en nommer que quelques-uns. Les universités américaines Georgetown, Northwestern, Carnegie Mellon et Texas A&M, qui ont toutes des succursales au Qatar.

La compagnie aérienne nationale du pays, Qatar Airways, dessert plus de 150 destinations internationales dans le monde. L’entreprise emploie plus de 43 000 personnes et est régulièrement reconnue comme l’un des meilleurs transporteurs aériens au monde. Ce n’est que récemment que la compagnie aérienne et son hub – l’aéroport international Hamad – ont reçu une note de cinq étoiles par l’organisation internationale de notation du transport aérien Skytrax pour la sécurité COVID.

La plus grande portée mondiale du pays, jusqu’à présent, a été à travers le réseau de télévision très influent Al Jazeera. Depuis son lancement en 1996, Al Jazeera a complètement transformé le concept de liberté d’expression dans une région où les reportages indépendants ou critiques, en dehors des médias censurés par l’État, sont la norme, la volonté d’Al Jazeera de diffuser des opinions et des interviews non filtrées avec un large éventail des invités et des commentateurs ont envoyé des ondes de choc à travers les États arabes du golfe Persique.

Cependant, rien de tout cela n’aurait été possible sans que le Qatar ait eu l’audace de prendre le temps et d’utiliser ses propres ressources pour établir et cultiver sa propre empreinte internationale. La clé de cela a été l’esprit d’indépendance et de « faire à sa manière » qui est profondément inculqué dans l’ADN du Qatar.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici