Le racisme de la marche du “Jour de Jérusalem” est courant en Israël : Analystes | Conflit israélo-palestinien

0
181

Pour les résidents palestiniens, la marche du drapeau d’extrême-droite du «Jour de Jérusalem» de dimanche a été une journée de provocation et de violence à leur encontre.

Environ 70 000 Israéliens ont défilé dans la vieille ville de Jérusalem-Est occupée, agitant des drapeaux israéliens et soulignant qu’ils étaient, à leurs yeux, les véritables dirigeants de Jérusalem.

La marche, marquant l’occupation de 1967 et l’annexion ultérieure de Jérusalem-Est, a lieu chaque année, mais cette année, elle a attiré l’une des plus grandes foules jamais enregistrées.

Des Palestiniens, jeunes et vieux, ont été attaqués, sous les yeux des forces israéliennes.

Dans les ruelles étroites de la vieille ville, les Palestiniens ont été contraints d’écouter les Juifs ultranationalistes scander des chants anti-palestiniens et islamophobes, tels que “Mort aux Arabes” et “Muhammed est mort”.

D’autres chants, accompagnés de danses bruyantes et du son des tambours, comprenaient “un Juif est une âme, un Arabe est un fils de pute” et “Shuafat est en feu” – faisant référence à l’incendie en 2015 d’un jeune de 15 ans L’adolescent palestinien Mohammed Abu Khdeir par des colons israéliens à Jérusalem.

« Que votre village brûle » – une référence au nettoyage ethnique de la majorité des Palestiniens en 1948 par les paramilitaires sionistes – était également un chant courant.

La marche de dimanche a vu des journalistes rapporter que la marche avait été attaquée, certains ultranationalistes se délectant de la mort de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh, qui a été tuée par un tireur d’élite israélien alors qu’elle couvrait un raid de l’armée dans la ville occupée de Jénine en Cisjordanie au début du mois.

Ces chants sont-ils le point de vue d’une minorité, comme cela a souvent été formulé, ou reflètent-ils davantage non seulement ceux qui ont assisté à la marche, mais la société israélienne au sens large ?

“Pas une minorité”

Un article du quotidien israélien The Jerusalem Post qui a interviewé certains des Israéliens participant à la marche reflétait une mentalité fervente et jingoïste qui intervertissait les mots « Arabes » et « terroristes » sans arrière-pensée.

« Je travaille avec des Arabes… et je ne fais pas partie de ceux qui scandent ‘mort aux Arabes’ », a déclaré un marcheur. « Mais notre réalité ici est difficile et nous savons tous qui est à blâmer. Tout le monde est trop politiquement correct pour dire [Arabs are the problem] ici.”

Selon l’article, la plupart des marcheurs ne sont « pas motivés par la haine des Palestiniens », mais plutôt « par l’amour d’Israël » et la « peur constante » qu’il n’existe pas éternellement.

Mais, selon Honeida Ghanim, directrice du Forum palestinien pour les études israéliennes (MADAR), les opinions politiques des Israéliens qui ont participé à la marche ne sont « absolument pas un élément marginal » de la société israélienne.

“D’un point de vue démographique, ils appartiennent à la classe des colons religieux”, a-t-elle déclaré à Al Jazeera depuis Ramallah en Cisjordanie. “Ils sont passés d’un groupe marginal à un élément essentiel de la société israélienne et du corps juif dans son ensemble.”

Le règne de 12 ans de l’ancien Premier ministre Benjamin Netanyahu a renforcé la présence de cette classe dans le courant dominant, où leurs figures de proue occupaient des postes de direction dans les institutions étatiques de divers gouvernements, a expliqué Ghanim. L’actuel premier ministre, Naftali Bennett, était autrefois ministre du conseil de colonisation, ce qui en dit long sur le changement au cœur de la société israélienne.

“Ce [Israel’s government] devient plus religieux et donne plus de pouvoirs aux factions ultra-orthodoxes et aux ultra-religieux et ultranationalistes – les colons extrêmes », a déclaré Ghanim. “C’est un changement continu pour toute la société vers la droite sur le spectre politique, la droite fanatique religieuse et coloniale.”

Orly Noy, un activiste politique et journaliste israélien, a accepté et a décrit l’événement annuel comme un événement israélien de félicitations.

“Ils [the marchers] ne sont pas minoritaires, ni en nombre, ni en idéologie, ni en leur statut politique », a-t-elle déclaré à Al Jazeera.

« Peut-être que beaucoup d’Israéliens n’aiment pas voir les photos d’une vieille Palestinienne battue par un enfant, mais la marche elle-même est une grande fête israélienne. Ce n’est plus quelque chose à la périphérie politique.

suprématie juive

Les images sont devenues monnaie courante ces dernières années – des adolescents et des adolescentes drapés dans le drapeau israélien chantent des chansons patriotiques israéliennes et appellent à la mort des Palestiniens d’un seul souffle, tout en étant protégés par des milliers de forces israéliennes.

La culture de l’intimidation, du racisme et de la haine est la conséquence directe du changement continu du spectre politique israélien qui se déplace constamment vers la droite, a déclaré Noy. En d’autres termes, ces adolescents ont grandi sous divers gouvernements de droite qui sont devenus plus à droite et extrêmes dans leurs idéologies.

“Si le fascisme doux – tel que représenté par Bennett – est le courant dominant, alors il donne de la place à la légitimité d’un fascisme plus pur et dur”, a-t-elle déclaré. “Ce sont des messages qui sont promus, et les jeunes sont très pris par cela.”

Dans le passé, Bennett a rejeté les accusations de fascisme et a déclaré qu’il voulait “une paix de droite”.

Les jeunes colons, qui sont très organisés et arrivent en groupe à la marche, étudient dans des écoles religieuses juives, ou yeshivas.

Noy soutient que les yeshivas où étudient les jeunes colons, dont les défenseurs diraient qu’ils sont des instituts d’apprentissage pour promouvoir le judaïsme et Israël, promeuvent « des idéologies raciales profondes ».

« On enseigne aux jeunes non seulement la suprématie juive, mais aussi la tyrannie juive », a déclaré Noy, expliquant que, selon elle, la mission des yeshivas était de mettre en œuvre la « suprématie juive » avec le soutien de l’armée israélienne.

Religion et droite

La violence croissante du défilé du jour de Jérusalem peut s’expliquer par les changements démographiques et sociaux qui se produisent au sein de la société israélienne.

En 1948, 85 % de ceux qui ont établi le projet sioniste et l’État israélien étaient des juifs ashkénazes laïcs et voyaient la religion à travers le cadre de leur idéologie nationaliste, originaire d’Europe.

“Aujourd’hui, moins de 40 % se définissent comme laïcs, les autres se définissant comme conservateurs ou religieux”, a déclaré Ghanim.

Pour Noy, les changements qui se produisent au sein de la société israélienne se solidifient et deviennent plus distincts du courant dominant juif en dehors d’Israël.

Par exemple, l’écart entre les valeurs libérales de la communauté juive américaine – telles que la démocratie et l’égalité – et les politiques israéliennes devient si grand qu’ils ne peuvent même plus le justifier du bout des lèvres, a-t-elle déclaré.

“Nous arrivons au point où les Israéliens ne voient même pas d’inconvénient à être appelés apartheid, et c’est l’une des choses les plus horribles.”

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/1/racism-violence-of-jerusalem-march-is-mainstream-analysts-say

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire