Le récit du «canular russe» de Trump vient de prendre un grand coup – Mother Jones

0
187

Illustration de Mère Jones; Evan Vucci/AP, Manuel Balce Cenetta/AP

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Le scandale Trump-Russie ressemble à de l’histoire ancienne. Mais la vérité compte toujours. Et le récit de ce qui s’est passé reste férocement contesté, alors que les défenseurs de l’ancien président soutiennent la fausse affirmation selon laquelle tout le scandale était un canular fabriqué par ses ennemis.

L’acquittement par un jury mardi de l’ancien avocat de la campagne Clinton Michael Sussmann, après seulement six heures de délibération, pour une accusation qu’il a menti au FBI en 2016 lorsqu’il a partagé un tuyau sur les liens potentiels entre la campagne Trump et la Russie, a été une défaite embarrassante pour le enquête de plus de trois ans sur l’avocat spécial John Durham. Mais c’était aussi un coup porté à la tentative de réécrire l’histoire pour justifier les mensonges sauvages d’un homme qui espère être réélu président.

Durham a été nommé pour la première fois par le procureur général William Barr en mai 2019, juste après que Barr a utilisé des mensonges pour enterrer le rapport de l’avocat spécial Robert Mueller sur l’ingérence russe dans la campagne de 2016. La charge de Durham était d’enquêter sur les origines de l’enquête russe du DOJ et de déterminer si la collecte de renseignements connexes était “légale et appropriée”. (Barr a accordé à Durham le statut d’avocat spécial en octobre 2020.) Durham n’a identifié aucun acte répréhensible sur ce front. Mais en poursuivant Sussmann, son équipe a mis en lumière les liens de la campagne Clinton avec des chercheurs qui ont mis au jour des allégations sur Trump, et a semblé divulguer délibérément des informations triées sur le volet destinées à exciter les partisans de Trump.

Le contexte est important ici. Au moment de la rencontre de Sussmann le 19 septembre 2016 avec l’avocat général du FBI, James Baker, les allégations concernant Trump et la Russie étaient déjà un gros problème. Après que Trump ait exhorté les Russes à cibler les e-mails de Clinton, un groupe de chercheurs en cybersécurité a commencé à examiner les données du serveur pour d’éventuelles communications secrètes entre l’organisation Trump et la banque Alfa connectée au Kremlin. Ces chercheurs ont contacté Sussmann, qui représentait à la fois la campagne Clinton et un cadre technologique impliqué dans l’organisation de la recherche.

Sussmann a aidé la campagne Clinton à essayer d’obtenir une couverture médiatique des données. Il a également partagé les données avec le FBI. Toute l’affaire de Durham contre Sussmann était basée sur une allégation selon laquelle Sussmann aurait menti lors de cette réunion en déclarant qu’il ne représentait pas un client : Clinton. Durham a allégué que Sussmann voulait déclencher une enquête du FBI sur l’affaire du serveur pour qu’il soit plus probable que la presse en fasse rapport. Le jury n’a clairement pas cru. Les procureurs n’ont montré à personne dans le camp de Clinton qu’il avait ordonné à Sussmann de contacter le FBI. Il n’était pas non plus clair que Sussmann avait facturé Clinton pour la réunion. L’affaire contre Sussmann, comme l’ont noté les critiques lorsqu’il a été inculpé, et un jury vient de le confirmer, était étonnamment faible.

Il est donc difficile d’éviter la conclusion que le cas de Sussmann est un véritable exemple de ce que Trump et ses acolytes ont prétendu que l’enquête Mueller était : une poursuite politique.

La conduite de Durham depuis l’inculpation de Sussmann a renforcé cette impression. Dans un dossier déposé devant le tribunal en février, Durham a indiqué que les cyber-chercheurs avaient également partagé de manière inappropriée des données sur des téléphones fabriqués en Russie utilisés près de la Maison Blanche de Trump dans une tentative fallacieuse de salir son administration. Trump et la presse de droite ont ensuite déclaré, à tort, que cela signifiait que la campagne Clinton avait payé des chercheurs pour espionner la Maison Blanche de Trump. (En fait, les données du téléphone portable ont été recueillies lorsque Barack Obama était encore président.) Le juge dans l’affaire a blâmé les procureurs de Durham, qualifiant les données du téléphone portable de “spectacle” inutile, incitant Durham à désavouer les accusations “d’espionnage” que sa requête avait suscitées.

Un problème plus important avec le cas de Durham est que le problème du serveur d’Alfa Bank n’a eu aucun effet évident sur l’enquête sur la Russie. Le FBI, nous le savons maintenant, était déjà enquêtant sur les liens de Trump avec la Russie lorsque Sussmann a rencontré Baker. Les connexions au serveur n’ont donc pas provoqué l’enquête. En fait, ils semblent ne pas en avoir tenu compte du tout. L’avocat spécial Robert Mueller n’a jamais mentionné les liens du serveur. Le long rapport de 2020 de la commission sénatoriale du renseignement n’a consacré que quelques paragraphes à la question et l’a rejetée : “La commission n’a pas constaté que l’activité DNS reflétait l’existence de communications substantielles ou secrètes entre Alfa Bank et le personnel de Trump Organization.” Même si Sussmann avait été coupable des accusations portées contre lui, son pourboire n’a eu aucun impact.

Tous les efforts des partisans de Durham et de Trump pour suggérer une malversation à l’origine de l’enquête Trump Russie ne peuvent pas modifier ce qui a été découvert : Trump a sciemment bénéficié des efforts russes pour s’immiscer dans la politique américaine en son nom. Il a beaucoup menti sur les liens de sa campagne avec la Russie, sur les intérêts commerciaux qu’il avait en Russie, même s’il a publiquement aspiré à Vladimir Poutine. Il a fait obstruction à la justice pour dissimuler ses actes.

Il est vrai que les soupçons d’un complot plus organisé, malgré certaines preuves non résolues, n’ont pas été confirmés. Et les premières spéculations qui ont attiré une large attention, y compris l’histoire du serveur, sont restées sans fondement. Certaines affirmations ont été surestimées. Mais Donald Trump et ses facilitateurs mènent une campagne pour utiliser ce manque de résolution, cette confusion et l’aversion humaine pour les nuances, pour déclarer qu’il n’a rien fait de mal en ce qui concerne la Russie. Il répétera probablement cela pendant la campagne électorale. C’est un mensonge, un faux récit. Il a pris un coup mardi.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire