Le Royaume-Uni doit envoyer le premier vol de demandeurs d’asile au Rwanda | Nouvelles sur les migrations

0
61

Le Royaume-Uni doit envoyer un premier avion transportant des demandeurs d’asile au Rwanda malgré les ultimes tentatives légales de bloquer les expulsions, les protestations croissantes et les critiques de l’ONU.

Un avion affrété devrait quitter l’un des aéroports de Londres mardi soir et atterrir à Kigali mercredi, ont déclaré des militants, après que les juges britanniques ont rejeté lundi un appel contre les expulsions.

Les demandeurs avaient fait valoir qu’une décision sur la politique aurait dû attendre une audience plénière sur la légalité de la politique le mois prochain.

Trente et un demandeurs d’asile devaient être envoyés mais l’un des demandeurs, l’ONG Care4Calais, a tweeté que 23 d’entre eux avaient désormais vu leur billet annulé.

Parmi les personnes qui doivent être expulsées figurent des Albanais, des Irakiens, des Iraniens et un Syrien, a déclaré Care4Calais.

Parmi les autres demandeurs figuraient le Syndicat des services publics et commerciaux (PCS), dont les membres devront mettre en œuvre les renvois, et le groupe de soutien à l’immigration Detention Action.

Le chef du PCS, Mark Serwotka, a déclaré que ce serait “une situation épouvantable” si les renvois de mardi étaient par la suite jugés illégaux lors de l’audience plénière de juillet.

La ministre de l’Intérieur, Priti Patel, devrait attendre jusque-là si elle “avait le moindre respect, non seulement pour les personnes désespérées qui viennent dans ce pays, mais pour les travailleurs qu’elle emploie”, a déclaré Serwotka à la chaîne Sky News.

Les manifestants se sont rassemblés lundi devant la Royal Courts of Justice et le Home Office.

À Genève, le chef des réfugiés de l’ONU, Filippo Grandi, a dénoncé la politique du gouvernement britannique comme “tout à fait erronée” et a déclaré qu’il ne devrait pas “exporter sa responsabilité vers un autre pays”.

Les manifestants tiennent des pancartes alors qu’ils se rassemblent devant le Home Office dans le centre de Londres [Niklas Hallen/AFP]

Les dirigeants de l’Église d’Angleterre, dont l’archevêque de Cantorbéry Justin Welby, ont intensifié leurs critiques à l’encontre de la politique comme “celle qui devrait nous faire honte en tant que nation”.

“Notre héritage chrétien devrait nous inspirer à traiter les demandeurs d’asile avec compassion, équité et justice, comme nous le faisons depuis des siècles”, ont écrit Welby et 24 autres évêques dans le journal Times de mardi.

“Cette politique immorale fait honte à la Grande-Bretagne.”

Le “trafic maléfique” doit être combattu en fournissant des itinéraires sûrs vers le Royaume-Uni pour “réduire les voyages dangereux”, a déclaré le Times citant les évêques avant la publication de la lettre.

Arrêter les trafiquants

Le gouvernement britannique insiste sur le fait que cette politique est nécessaire pour arrêter un flot de demandeurs d’asile trop souvent meurtriers traversant la Manche depuis la France.

“Je ne peux pas dire exactement combien de personnes seront sur le vol”, a déclaré mardi la ministre des Affaires étrangères Liz Truss à Sky News.

“La chose vraiment importante, c’est qu’on établisse le principe et qu’on commence à casser le… business model de ces gens épouvantables, des trafiquants qui font le commerce de la misère”, a-t-elle ajouté, réitérant les propos tenus lundi par le Premier ministre Boris Johnson.

“Il est très important que les gangs criminels qui mettent la vie des gens en danger dans la Manche comprennent que leur modèle commercial va être brisé”, a déclaré Johnson à la radio LBC. “Ils vendent les gens à tort, les attirant dans quelque chose d’extrêmement risqué et criminel.”

Les manifestants tiennent des pancartes alors qu'ils se rassemblent devant le Home Office à Londres
Un avion affrété devrait quitter l’un des aéroports de Londres mardi soir [File: Niklas Hallen/AFP]

En vertu de l’accord avec Kigali, toute personne débarquant illégalement au Royaume-Uni est susceptible de recevoir un billet aller simple pour traitement et réinstallation au Rwanda.

Le gouvernement britannique affirme que les véritables demandeurs d’asile devraient se contenter de rester en France.

Contredisant l’agence des Nations Unies pour les réfugiés, le HCR, il insiste sur le fait que le Rwanda est une destination sûre avec la capacité d’absorber éventuellement des dizaines de milliers de demandeurs d’asile à destination du Royaume-Uni à l’avenir.

Doris Uwicyeza, conseillère technique en chef du ministère rwandais de la Justice, a repoussé les critiques sur le bilan des droits de l’homme du gouvernement du président Paul Kagame – qui doit accueillir ce mois-ci un sommet du Commonwealth auquel participeront le prince Charles et Johnson.

Le génocide rwandais de 1994 l’a rendu particulièrement attentif à “protéger quiconque contre les discours de haine et la discrimination”, y compris les homosexuels, a-t-elle déclaré à la radio LBC.

Les journaux britanniques ont rapporté que le prince Charles avait qualifié le plan “d’épouvantable”. Le commentaire rapporté a incité des ministres anonymes à dire à l’héritier de la reine Elizabeth II de rester en dehors de la politique.

L’ONG internationale Human Rights Watch a publié une lettre publique avertissant que “de graves atteintes aux droits humains continuent de se produire au Rwanda, notamment la répression de la liberté d’expression, la détention arbitraire, les mauvais traitements et la torture”.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/14/uk-due-to-send-first-flight-of-asylum-seekers-to-rwanda

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire