Le Royaume-Uni voulait extrader Assange vers les États-Unis depuis le début

0
85

Des manifestants tiennent des pancartes disant “Libérez Assange” et “Libérez Assange, presse libre” devant la Royal Courts of Justice de Londres, le 24 janvier 2022.

Photo : Belinda Jiao/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

La Haute Cour du Royaume-Uni La décision selon laquelle Julian Assange devrait être extradé pour être jugé aux États-Unis – une décision qu’Amnesty International a qualifiée de «parodie de justice» – ne m’a pas surpris. C’est ce que le gouvernement britannique a toujours voulu. Je le sais parce que le sous-ministre britannique des Affaires étrangères me l’a dit.

De nombreux experts et politiciens parlent de la procédure d’extradition contre Assange comme s’il s’agissait d’un résultat juridique imprévu survenu au fur et à mesure que la situation d’Assange se déroulait. Ce n’est pas vrai. Mon expérience en tant que ministre des Affaires étrangères de l’Équateur – le pays sud-américain qui a accordé l’asile à Assange – ne m’a laissé aucun doute sur le fait que le Royaume-Uni voulait l’extradition d’Assange vers les États-Unis dès le début.

Une rencontre que j’ai eue avec Alan Duncan, l’ancien ministre d’État britannique pour l’Europe et les Amériques, en octobre 2016, m’a vraiment fait sortir le chat du sac. Lors de notre réunion en République dominicaine, Duncan a longuement expliqué à quel point Assange était répugnant. Même si je ne m’attendais pas à ce que Duncan professe son amour pour notre réfugié, je m’attendais à un échange diplomatique plus professionnel. Mais le moment le plus important de la réunion a été lorsque j’ai réitéré que la principale crainte de l’Équateur était le transfert d’Assange aux États-Unis, à quel point Duncan s’est tourné vers son personnel et s’est exclamé quelque chose de très proche de : « Oui, eh bien, bonne idée. Comment ferions-nous pour l’extrader vers les Américains ?

Ses conseillers se tortillèrent d’embarras. Ils avaient passé les quatre dernières années à essayer de rassurer l’Équateur sur le fait que ce n’était pas ce que recherchait le Royaume-Uni. J’ai répondu que c’était effectivement une nouvelle. Je me suis alors demandé si Duncan avait quitté la réunion en pensant qu’il avait fait un gâchis.

J’ai été particulièrement surpris par la candeur de Duncan car ma rencontre de juin 2016 avec son prédécesseur, Hugo Swire, à Whitehall, avait été assez différente. Ce n’est pas que Swire n’était pas également méprisant envers le pays sud-américain irritant qui avait accordé l’asile à Assange ; c’est plutôt que Swire connaissait bien l’affaire.

Swire est resté fidèle à la position du Royaume-Uni : personne ne voulait extrader Assange vers les États-Unis. Le gouvernement équatorien était « trompé » et « paranoïaque ». Cela n’avait rien à voir avec la question de la liberté d’expression ou même avec WikiLeaks. L’affaire portait sur des accusations en Suède contre Assange. L’Équateur devrait cesser de protéger un délinquant sexuel potentiel.

Depuis, les événements ont démontré que l’argument britannique selon lequel Assange était «enfermé» à l’ambassade d’Équateur à Londres pour éviter de faire face à des allégations d’agression sexuelle en Suède était trompeur. L’affaire concernait toujours les activités de publication d’Assange à la tête de WikiLeaks. En fait, mon gouvernement avait clairement indiqué à ses homologues britannique et suédois que si l’Équateur recevait des garanties de non-extradition de la Suède vers les États-Unis, l’Équateur n’aurait aucun problème à ce qu’Assange se rende en Suède pour y être interrogé. Assange lui-même a accepté cela. Mais la Suède a refusé d’offrir de telles garanties, ce qui a évidemment renforcé les soupçons de l’Équateur selon lesquels Assange était persécuté.

Si Swire avait dit la vérité, la décision du procureur suédois de ne pas porter plainte contre Assange en mai 2017 aurait permis à Assange de se libérer de l’ambassade. L’autre allégation selon laquelle il aurait violé sa liberté sous caution en demandant avec succès l’asile politique aurait dû être facilement résolue après l’abandon du mandat d’arrêt européen. Mais le Royaume-Uni a refusé de laisser Assange s’échapper et il est resté à l’ambassade d’Équateur pendant deux ans de plus avant qu’un nouveau gouvernement équatorien, fortement appuyé par l’administration Trump, n’accepte de le faire expulser brutalement en avril 2019.

Peut-être était-ce simplement que la haine de Duncan pour Assange, qu’il qualifiait de « misérable petit ver » au Parlement en mars 2018, était trop pure pour être tempérée lors de notre réunion. Les journaux publiés par Duncan attestent certainement du fait que l’arrestation d’Assange est devenue une obsession primordiale et finalement un trophée personnel. Le moment venu, Duncan a regardé l’extraction d’Assange de l’ambassade – qu’il appelle l’opération Pelican – sur un flux en direct et a ensuite organisé “des boissons dans mon bureau pour toute l’équipe de l’opération Pelican”.

Le mépris profondément ressenti de Duncan pour ce qu’il a appelé « les prétendus droits de l’homme de Julian Assange » fait probablement partie intégrante de sa fervente allégeance au partenariat de sécurité anglo-américain. Duncan a siégé au comité britannique du renseignement et de la sécurité en 2015-2016. Il est également membre de l’organisation secrète et transatlantique “Le Cercle”, un groupe de réflexion ultra conservateur étroitement lié à la communauté du renseignement en Europe et aux États-Unis.

Nous ne pouvons que spéculer si la relation étroite de Duncan avec qui il appelle son «bon ami et contemporain d’Oxford Ian Burnett», le Lord Chief Justice qui a donné le feu vert à l’extradition d’Assange, a interféré avec le processus judiciaire. Mais la procédure d’extradition pose problème depuis le début. Une coalition d’importantes organisations de défense des droits de l’homme et de la liberté de la presse – dont Human Rights Watch, Reporters sans frontières et le Fonds de défense de la liberté de la presse du First Look Institute – a exhorté le ministère américain de la Justice “à rejeter l’acte d’accusation de M. Assange” au motif qu’il « menace la liberté de la presse » et marque un précédent qui « pourrait effectivement criminaliser… les pratiques journalistiques courantes ». Les principaux rédacteurs en chef du New York Times, du Wall Street Journal, du USA Today, du Washington Post et d’autres sont d’accord avec ces experts.

La tentative d’extradition d’Assange vers les États-Unis est une rupture claire de l’État de droit, qui se poursuit dans l’ère post-Trump. Le désir de punir et d’envoyer un avertissement à autrui a pris le pas sur les droits de l’homme, l’État de droit et la liberté d’expression. La persécution doit cesser maintenant.

La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 5 / 5. Décompte des voix : 1

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire