Le Sommet de la démocratie de Biden : cela fonctionnera-t-il réellement ?

0
56

Maintenant que la poussière est retombée sur le Sommet de la démocratie de Biden, une idée peut-être surprenante émerge: elle a jeté les bases solides du succès malgré certains examens sceptiques et même pessimistes des défis auxquels il a été confronté. Le sommet a déjà abouti à des engagements initiaux mesurables pour faire avancer la démocratie aux États-Unis et à l’étranger, établissant des mesures spécifiques et concrètes pour les remplir. Mais maintenant, il doit y avoir un suivi vigoureux par les États-Unis, d’autres participants, et en particulier la société civile pour « l’année d’action » proposée par le Sommet sur la démocratie dans le pays et à l’étranger avant qu’il ne se réunisse à nouveau en décembre prochain. Ce n’est qu’alors que nous saurons si la promesse du Sommet a été tenue.

La crédibilité des États-Unis en matière de promotion de la démocratie, bien sûr, commence chez eux, et il y a de profondes raisons de s’inquiéter de l’état de la démocratie américaine. Heureusement, le sommet a montré que l’administration Biden comprenait tout cela. Dans ses remarques au sommet, le président Biden a diagnostiqué honnêtement et avec précision bon nombre des problèmes auxquels ce pays est confronté. Résumant l’expérience démocratique américaine en termes généraux, il a déclaré que «la démocratie américaine est une lutte continue pour être à la hauteur de nos idéaux les plus élevés et pour guérir nos divisions», un thème qui a imprégné toute la semaine.

De plus, l’administration semble résolue à essayer de faire quelque chose pour régler les problèmes chez nous et dans le monde. Comme nous et nos co-auteurs l’expliquons dans notre rapport Brookings, « Democracy Playbook 2021 : 10 Commitments for Advancing Democracy », il existe un ensemble de meilleures pratiques potentielles qui, selon les sciences sociales et l’expérience historique, peuvent contribuer à stopper le recul démocratique et à raviver la santé démocratique. Bien qu’il n’y ait pas de solution miracle, certains moteurs essentiels incluent des lois solides protégeant l’accès au vote, des protections dynamiques contre la corruption, l’indépendance des poursuites et de la justice pour étayer l’état de droit, un soutien significatif aux médias indépendants et des politiques de croissance équitables pour lutter contre les inégalités économiques et élever le niveau de vie au-delà des lignes démographiques.

Au cours du sommet, l’administration Biden s’est à juste titre concentrée sur ces domaines clés, à commencer par la stratégie anti-corruption américaine publiée pour lancer la semaine. Il s’agit d’un plan global de lutte contre la corruption, la première stratégie américaine nationale et internationale intégrée de ce type. Le plan souligne l’investissement profond de l’administration Biden dans la lutte contre la corruption à l’échelle transnationale en s’engageant à renforcer les plateformes multilatérales de lutte contre la corruption, à tempérer les flux financiers illicites et à demander des comptes aux agents corrompus. Et l’administration a commencé à mettre en œuvre ces engagements, notamment en sanctionnant 13 individus ou entités liés au tristement célèbre Dan Gertler, soupçonnés de s’être livrés à des actes de corruption affectant les industries extractives et les ressources naturelles.

Peut-être catalysés par l’attention accrue des États-Unis à ces questions, d’autres pays ont pris des mesures significatives contre la corruption. Par exemple, dans ses remarques liminaires, le Premier ministre Boris Johnson a engagé le Royaume-Uni à utiliser de nouveaux systèmes pour sanctionner les acteurs corrompus et à prendre des mesures plus strictes pour lutter contre le financement illicite dans le monde, tandis que le Premier ministre néo-zélandais Jacinda Ardern a adopté une approche régionale, en engageant de l’argent et de l’énergie pour soutenir les efforts de lutte contre la corruption des pays du Pacifique.

La mesure la plus importante prise pour l’état de la démocratie américaine, cependant, a été l’accent mis par Biden sur l’adoption d’une législation nationale sur les droits de vote. En effet, c’était la principale recommandation de notre guide des engagements nécessaires pour tous les participants au sommet. L’égalité d’accès au vote est l’épine dorsale de la santé démocratique. Pourtant, notre nation assiste à un assaut complet contre le vote comme rien depuis le démantèlement de Reconstruction et l’établissement de Jim Crow. D’un océan à l’autre, les partisans de l’ancien président Trump tentent de remplacer les responsables électoraux et déforment les règles de vote, pour rendre possible à l’avenir ce que lui et eux n’ont pas fait en 2020 : renverser la volonté des électeurs.

La législation fédérale visant à protéger et à améliorer l’accès au vote a été bloquée par l’obstruction systématique. Mais il reste de l’espoir que le Congrès soutienne une législation complète sur les droits de vote. Des articles de presse antérieurs ont indiqué que le sénateur Joe Manchin (DW.V.), considéré comme le principal obstacle à la modification des règles sur l’obstruction systématique, s’engage de manière significative avec ses collègues pour améliorer le fonctionnement du Sénat en réformant (et non en remplaçant) l’obstruction systématique. Il a déclaré publiquement au cours du week-end qu’il n’avait « pris aucun engagement ni aucune promesse », mais a continué à laisser la porte ouverte à une réforme de l’obstruction systématique. Il existe plusieurs façons de procéder, notamment en réduisant le nombre de sénateurs requis pour ouvrir le débat. Ces réformes ne « briseraient » pas le Sénat ni ne décourageraient la collégialité ; ils feraient plutôt le contraire. Une telle mesure favoriserait des normes de coopération mutuelle pour atteindre les objectifs qui, selon nos recherches, sont essentiels pour inverser le recul démocratique.

L’adoption d’une loi fédérale sur le vote ne résoudra pas, bien sûr, tous les problèmes qui ont fait des États-Unis une démocratie rétrograde, sans parler des défis auxquels nos alliés sont confrontés partout dans le monde. Un sommet unique ne peut pas non plus proposer un plan unique pour la revitalisation démocratique à l’échelle mondiale. Et même accueillir le sommet impliquait des compromis.

Mais ce que le sommet peut faire et a fait, c’est clarifier aux publics nationaux et étrangers que la promotion de la démocratie est une priorité pour cette administration et ses alliés. Le sommet a offert des occasions de discussions ciblées sur l’étendue des problèmes à résoudre et l’analyse des solutions possibles.

Ces discussions ont été soutenues par le début d’avancées significatives, bien qu’il reste encore beaucoup à faire. Et il n’y avait pas que les États-Unis qui les fabriquaient. Par exemple, le 9 décembre, le Canada a avancé une série d’engagements pour faire avancer la démocratie et se défendre contre l’autoritarisme, mettant en œuvre le Plan pour protéger la démocratie du Canada. De plus, les États-Unis, l’Australie, le Danemark et la Norvège ont publié une déclaration conjointe lors du Sommet pour la démocratie sur l’Initiative sur le contrôle des exportations et les droits de l’homme, avec le soutien du Canada, de la France, des Pays-Bas et du Royaume-Uni.

Maintenant, la partie difficile commence. Les États-Unis ont encouragé les pays participants à prendre leurs engagements correspondants au cours du mois prochain, qui sera suivi d’une « année d’action », puis du sommet de suivi dans un an. Verrons-nous un flot de mesures concrètes mesurables pour défendre et faire progresser la démocratie selon les lignes énoncées dans notre rapport et prises lors du sommet lui-même ? Et les États-Unis et les autres qui ont déjà pris des engagements vont-ils les poursuivre et même les développer au cours de « l’année d’action » ? Ou les participants se reposeront-ils sur de vagues généralités et le suivi s’épuisera-t-il ?

Le fait est que la réalisation des objectifs du Sommet dépendra du gouvernement, de la société civile, du secteur privé et des travailleurs, aux niveaux national, infranational et international. Peu importe qui commence le combat pour renforcer la démocratie, mais que le combat nous appartienne à tous. La création et l’entretien de coalitions pour le changement entre différentes communautés et ensembles d’acteurs, des droits de l’homme et de la protection de l’environnement à la lutte contre la corruption et les investisseurs, en cherchant des moyens de relever les défis et de créer un environnement propice au changement, sera fondamental pour atteindre ce que le Sommet nous met au défi de faire.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici