Le Sommet des Amériques est un instrument de l’hégémonie américaine en Amérique latine

0
67

Plus tôt ce mois-ci, le secrétaire d’État adjoint aux affaires de l’hémisphère occidental, Brian Nichols, a accordé une interview à la station colombienne NTN24. Lorsqu’on lui a demandé si les États-Unis, hôte du Sommet des Amériques de cette année en juin, inviteraient Cuba, le Nicaragua et le Venezuela à l’événement, Nichols a répondu :

C’est un moment clé dans notre hémisphère, un moment où nous sommes confrontés à de nombreux défis à la démocratie. . . et les pays que vous venez de mentionner. . . ne respectent pas la Charte démocratique interaméricaine et, par conséquent, je ne m’attends pas à ce qu’ils soient présents.

Nichols n’était pas le premier membre de l’administration Joe Biden à dire cela ; en mars, Juan Gonzalez, assistant spécial du président et membre du Conseil national de sécurité, avait déjà lancé l’idée. Mais se rapprochant de la date et directement sur un programme d’information latino-américain, les remarques de Nichols ont coulé comme un ballon de plomb dans de grandes parties du continent.

Les premiers signes d’une dissidence naissante sont apparus dans une zone qui pouvait sembler improbable : les Caraïbes. Le 5 mai, la Communauté des Caraïbes (CARICOM) a annoncé que si un pays américain était exclu du sommet, ses quatorze pays membres n’y participeraient probablement pas. “Le Sommet des Amériques n’est pas une réunion des États-Unis, il ne peut donc pas décider qui est invité et qui ne l’est pas”, a déclaré l’ambassadeur d’Antigua-et-Barbuda aux États-Unis, Sir Ronald Sanders.

Le 10 mai, c’était au tour de l’une des grosses pointures de la région : le Mexique. Lors de sa conférence de presse quotidienne du matin, le président Andrés Manuel López Obrador (AMLO) a déclaré qu’en cas d’exclusion de pays, il ne participerait pas au sommet.

Nous ne sommes pas favorables à la confrontation ; nous sommes favorables à l’union, à l’union, et bien que nous ayons des divergences, nous pouvons les résoudre, à tout le moins en nous écoutant, par le dialogue, mais sans exclure personne. De plus, personne n’a le droit d’exclure [anyone].

L’approche radicale d’AMLO pour boycotter le sommet a fait tourner les roues de la diplomatie à Washington. En quelques heures, l’ambassadeur américain Ken Salazar est allé en courant au Palais national pour tenter de persuader AMLO de changer sa position, tandis que lors du point de presse quotidien de la Maison Blanche, l’attachée de presse Jen Psaki a souligné que “les invitations n’ont pas encore été envoyées” et “un la décision finale n’a pas été prise » quant à savoir qui serait invité.

Une telle manœuvre, cependant, n’a pas réussi à réprimer la mutinerie. Le même soir, le Bolivien Luis Arce – élu lors des élections de 2020 qui ont renversé le coup d’État soutenu par les États-Unis – a annoncé que lui aussi ne pas assister. Le lendemain, le président hondurien Xiomara Castro – dont le mari, Manuel Zelaya, a été chassé du pays lors du coup d’État soutenu par les États-Unis en 2009 – a signalé son opposition.

Dans une confluence inhabituelle de gauche et de droite, le Brésilien Jair Bolsonaro a laissé entendre, sans dire pourquoi, qu’il serait aussi un non. Quelques jours plus tard, le Guatémaltèque Alejandro Giammattei les a rejoints, suivi du Nicaraguayen Daniel Ortega, qui a annoncé que même si l’administration Biden changeait d’avis, il n’irait pas de toute façon.

Avec des articles critiques qui fleurissent dans les médias grand public, l’administration Biden est entrée en mode de contrôle des dégâts. Pendant deux jours consécutifs, l’administration a annoncé l’assouplissement de certaines restrictions à Cuba dans des domaines tels que les vols, les limites de versement et les services consulaires, ainsi qu’au Venezuela. Un comité spécial, comprenant l’ancien sénateur et conseiller du sommet Chris Dodd, a été chargé d’essayer de réussir là où Salazar n’avait pas réussi à convaincre AMLO d’assister – mais lors d’une première réunion, il n’a pas réussi à le faire. La Première Dame Jill Biden a ensuite été dépêchée dans la région pour une tournée de six jours mais dans des pays où rien n’était en jeu : l’Équateur, le Panama et le Costa Rica.

Le 20 mai, le Département d’État, en la personne de la sous-secrétaire d’État adjointe aux Affaires de l’hémisphère occidental, Kerri Hannan, en était réduit à menacer les pays récalcitrants de « perdre une occasion de s’engager avec les États-Unis » alors qu’ils étaient en crise. La paranoïa de la guerre froide blâmant tout sur Cuba. Et au fil des jours, l’incertitude, le manque d’agenda et le manque d’invitations sont restés.

L’autorité autoproclamée des États-Unis pour certifier les démocraties est, pour le moins, assez riche. Au cours des vingt-cinq dernières années, deux de ses présidents ont été élus en perdant le vote populaire, dont l’un a été installé par cinq juges de la Cour suprême. Son système électoral permet aux oligarques, aux entreprises et aux intérêts particuliers de contribuer des sommes d’argent illimitées par le biais de comités d’action politique pour élire des membres du Congrès représentant des districts gerrymanders à un Congrès avec un taux d’approbation de 18 % mais un taux de réélection de 93 %.

Son système judiciaire traque des dénonciateurs comme Chelsea Manning et des journalistes comme Julian Assange. Sa police tue des Afro-Américains et d’autres minorités sans prétexte. Le jour de la dernière inauguration présidentielle, une foule a attaqué le Capitole, forçant les personnes à l’intérieur à bloquer les entrées des chambres avec de lourds meubles. Rien de tout cela n’est perdu pour les personnes à l’étranger.

Ajoutez l’histoire de l’interventionnisme américain, et tout cela devient une blague grotesque. Il n’y a pas un pays d’Amérique latine et des Caraïbes qui n’ait pas souffert, sous une forme ou une autre, de complots, de coups d’État, d’embargos et d’interventions parrainés par les États-Unis, dans la grande majorité des cas pour soutenir l’émergence ou la continuité de dictatures souples.

Au moyen de l’opération Condor dans les années 1970, la CIA et le Département d’État ont contribué à répandre la terreur, la torture et les disparitions dans la quasi-totalité de l’Amérique du Sud ; dans les années 1980, c’était le tour de l’Amérique centrale. Et à l’exception de quelques non-excuses isolées et soigneusement formulées, les États-Unis n’ont pas seulement échoué à admettre leur passé brutal et interventionniste, mais comme l’ont montré les exemples récents du Honduras et de la Bolivie, ils continuent de poursuivre les mêmes politiques dans un contexte largement bipartite. manière.

De plus, comme cela a été amplement souligné, Cuba – avec ses compagnons boogeymen, le Nicaragua et le Venezuela – a participé à l’édition 2015 du sommet qui s’est tenue à Panama, dans le sillage de la semi-ouverture de Brack Obama avec l’île. Donc, dans l’état actuel des choses, le sommet de Biden, en plus de faire reculer les modestes avancées du président sous lequel il a servi, pourrait également finir par constituer une régression sur le lamentable statu quo dont il a hérité : lors de l’édition 2018 tenue au Pérou et boycottée par Trump , chaque pays était au moins représenté. Cette fois, tout le monde peut deviner.

Au-delà de l’autoritarisme souriant de Brian Nichols et co, une autre raison pour laquelle le sommet est dans un état si précaire est que de nombreux pays ont réussi à étouffer un simple fait : il n’y a rien pour eux. Illustrant l’état d’esprit commun à l’élite politique américaine, Biden – auteur du Plan Colombie et de l’Alliance pour la prospérité, qui a apporté un modèle de “sécurité” similaire au Salvador, au Guatemala et au Honduras – semble seulement capable de concevoir l’Amérique latine et le Caraïbes en termes de migration et de militarisation.

Les pays de la région ont vu son administration verser des milliards en Ukraine tout en négligeant des plans tels que celui d’AMLO qui, à une fraction du coût, prolongerait deux de ses initiatives sociales les plus populaires – le programme de reboisement Sembrando vida et le programme d’apprentissage des jeunes. Jovenes construyendo el futuro — en Amérique centrale.

Dans un sens plus large, le manque d’enthousiasme pour le sommet peut être le reflet d’un problème plus large : l’épuisement du modèle lui-même. Né en 1994 à la suite de l’adoption de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), le Sommet des Amériques, par sa Déclaration de principes même, a été créé pour « promouvoir la prospérité par l’intégration économique et le libre-échange ». L’objectif, en dix ans, était d’envelopper toutes les Amériques (sauf Cuba, bien sûr) dans une « Zone de libre-échange des Amériques » (ZLEA).

C’est précisément pour cette raison que l’édition 2001 du sommet de Québec s’est heurtée à de féroces protestations antimondialisation, s’appuyant sur la « bataille de Seattle » de 1999 contre l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Lorsque la ZLEA a finalement sombré dans les protestations internationales, le travail des mouvements sociaux et l’opposition des gouvernements de la marée rose, le Sommet des Amériques a été dépouillé de sa raison d’être originale.

De plus, les sommets sont une excroissance de l’Organisation des États américains (OEA), la relique de la guerre froide basée à Washington et conçue pour assurer l’hégémonie américaine dans toute la région. Alors que l’organisation a fermé les yeux sur les abus des dictatures de droite dans les années 1960, 70 et 80, elle a été un partisan enthousiaste de l’agenda néolibéral de libre-échange qui est devenu l’arme de choix dans les années 90 et 2000. . Et comme l’a clairement montré la conduite épouvantable du secrétaire général Luis Almagro lors des élections de 2019 en Bolivie, il continue de soutenir un bon coup d’État chaque fois que l’occasion se présente.

AMLO, à son crédit, a demandé à plusieurs reprises que l’OEA soit remplacée par une nouvelle organisation “qui n’est le laquais de personne”. Et au sommet de l’année dernière de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC), il a proposé justement cela : une sorte d’Union des nations sud-américaines (UNASUR) pour la nouvelle génération qui inclurait toute la région. Sous une pression évidente, cependant, il a pivoté pour suggérer que l’union proposée devrait couvrir toutes les Amériques, c’est-à-dire les États-Unis et le Canada également.

Ce serait une erreur historique. Alors que les travailleurs, les syndicats et les mouvements populaires des Amériques ont tout à gagner à renforcer leurs liens, les intérêts impériaux des États-Unis et du Canada ne peuvent tout simplement pas s’inscrire dans la même organisation que l’Amérique latine et les Caraïbes. Presque inévitablement, une telle association des Amériques combinerait la politique de l’OEA avec l’économie de la ZLEA, les enfermant dans une structure juridique hermétique à laquelle personne ne pourrait échapper. Et sans, selon toute vraisemblance, concéder un pouce sur la libre circulation des peuples.

En revanche, comme l’ont amplement démontré les fracas du sommet de cette année, ce qui effraie les États-Unis, c’est la perspective d’une région au sud avec même un degré modéré de prise de décision coordonnée. La région devrait revenir à la proposition initiale d’AMLO, en s’appuyant sur l’expérience de ses expériences d’intégration au cours des vingt dernières années, et travailler à faire de l’union de l’Amérique latine et des Caraïbes une réalité. Ensuite, s’il choisit d’assister aux futures éditions d’événements comme le Sommet des Amériques, il pourra le faire à ses conditions. En attendant, comme l’ont démontré les événements de ces dernières semaines, il y a de la force à dire non.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire