Le syndicat étudiant renonce à soutenir la Palestine

0
32

Le 26 mai, le conseil étudiant de l’Union des étudiants de l’Université de Melbourne (UMSU) a voté en faveur de l’annulation d’une motion pro-palestinienne historique après avoir reçu une menace de recours collectif. La motion, adoptée un mois plus tôt, comprenait un soutien aux Palestiniens pour qu’ils s’engagent dans la lutte armée dans leur lutte pour l’autodétermination et approuvait la campagne de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS) contre Israël.

Depuis l’adoption de la motion, le syndicat a fait face à une torrent d’accusations cyniques d’antisémitisme de l’administration universitaire, de diverses organisations sionistes et de la presse Murdoch. Ce retour de flamme a culminé avec un étudiant membre du Parti libéral, Justin Riazaty, qui est un ancien chef de la société monarchiste aujourd’hui disparue, lancer un recours collectif procès.

Gladwin Legal a envoyé une lettre à l’UMSU demandant au conseil d’annuler la motion palestinienne et de présenter des excuses officielles à Riazaty, qui n’est pas juif, pour éviter une action en justice. Greg Barns, porte-parole de l’Australian Lawyers Alliance et SC, a décrit avec précision le recours collectif comme une “menace agressive” et une “attaque vicieuse contre la liberté d’expression”.

La lettre affirmait que l’UMSU avait enfreint la loi de 2012 sur la réforme de l’incorporation des associations et la loi de 2001 sur la tolérance raciale et religieuse. page web mis en place pour enregistrer les intérêts dans le recours collectif, Gladwin Legal a déclaré que l’UMSU avait agi en dehors du cadre de ses objectifs en adoptant une motion politique et que le syndicat s’était livré à une “conduite oppressive” en ne consultant pas les étudiants juifs.

Le recours collectif de Riazaty visait une déclaration du tribunal selon laquelle la requête BDS était en dehors de l’objectif de l’UMSU et, entre autres, « une ordonnance réglementant la conduite des affaires de l’UMSU à l’avenir ».

C’était un assaut frontal contre le syndicat étudiant. C’est un scandale qu’un homme de droite avec de l’argent et des relations, incapable de gagner un vote au conseil étudiant, puisse engager des avocats pour menacer de bâillonner un syndicat étudiant pour avoir exprimé sa solidarité avec la Palestine.

« Les arguments avancés dans le procès sont cyniques et malhonnêtes, confondant la critique d’Israël avec l’antisémitisme », a déclaré un Étudiants pour la Palestine lettre ouverte avec plus de 300 signataires dit en réponse. « C’est une tentative de saper la solidarité avec les Palestiniens. L’occupation israélienne de la Palestine prive les Palestiniens de leurs droits civils et humains fondamentaux. C’est un régime d’apartheid militarisé.

Cette action collective attaquait le soutien à la Palestine et attaquait le droit des syndicats étudiants à prendre des positions politiques et à exercer la démocratie interne. Les syndicats étudiants ont historiquement joué un rôle clé dans la défense des campagnes de gauche. Pendant la guerre du Vietnam, le syndicat étudiant de l’Université de Melbourne a caché des insoumis à Union House. À Monash, le syndicat a soutenu des étudiants accusés de trahison pour avoir collecté des fonds pour le Front de libération nationale qui résistait à l’impérialisme américain. Les syndicats étudiants se sont battus devant les tribunaux pour défendre leur droit à prendre des positions politiques.

Sous la menace d’une action en justice à venir, le PDG par intérim de l’UMSU et d’autres étudiants travaillistes se sont unis aux sionistes pour demander l’annulation de la motion. Deux étudiantes de gauche travailliste, la présidente Sophie Nguyen et la responsable académique de l’éducation Moira Negline, ont proposé une nouvelle motion pour annuler la motion palestinienne “BDS et politique de solidarité”. Cette motion a été débattue pendant deux heures.

Les étudiants travaillistes ont alarmé la possibilité que les conseillers de l’UMSU soient personnellement responsables de centaines de milliers de dollars de frais juridiques si l’UMSU était poursuivie en justice. Il a été suggéré que la principale priorité devrait être la prestation de services aux étudiants, et non la défense des droits du syndicat à la liberté d’expression, ce qui serait un « gaspillage d’argent ».

Ces politiciens étudiants, qui se présentent comme des progressistes, ont plaidé pour l’annulation de l’opposition à l’apartheid, au nettoyage ethnique et au génocide. Ils se sont cachés derrière l’argument qu’ils étaient soucieux de s’assurer que l’UMSU ne devienne pas insolvable, mais il était clair que l’intérêt personnel, l’aspiration politique et la lâcheté les motivaient. Les étudiants de gauche travailliste ont un historique de recul sur le soutien à la Palestine pour protéger leur future carrière au sein du Parti travailliste australien.

Les quelques sionistes présents, qui étaient manifestement ravis du procès, ont longuement expliqué à quel point c’était une erreur de proposer une « motion antisémite » en premier lieu. La motion a été annulée par dix voix contre six. C’est une cuisante défaite pour le syndicalisme étudiant.

Se battre pour la Palestine dans une affaire judiciaire très médiatisée sur la liberté d’expression et faire campagne autour de celle-ci sur le campus aurait suscité le sentiment pro-Palestine parmi la population étudiante. Cela aurait renforcé la cause au lieu de la saper. L’UMSU aurait pu engager des avocats des libertés civiles politiques pour bénévolement travail (en fait, un de ces avocats a depuis contacté le syndicat).

L’UMSU aurait pu bénéficier d’un financement participatif auprès d’organisations et de partisans palestiniens en cas de frais juridiques ou autres. L’UMSU aurait été du bon côté de l’histoire, comme elle l’était lors du mouvement de libération gay ou lors de la campagne contre l’apartheid sud-africain. L’armée israélienne a assassiné de sang-froid la journaliste Shireen Abu Aqleh et a tué des milliers de Palestiniens ces dernières années. Le moins que nous puissions faire en solidarité avec les Palestiniens est de mener un procès stupide.

Au lieu de cela, ce vote crée un précédent selon lequel tout flocon de neige de droite peut opposer son veto aux décisions démocratiques du syndicat étudiant s’il n’est pas d’accord avec elles. Le vote accepte le mensonge de la droite selon lequel le sentiment pro-palestinien est antisémite et suggère que les syndicats étudiants ne devraient pas adopter une politique progressiste.

Les syndicats étudiants, a déclaré Riazaty dans un Âge interview après le vote, « ne devraient pas prendre parti, surtout sur des questions politiques complexes quand ce n’est pas leur mandat ». “J’ai confiance”, a-t-il poursuivi, “que le syndicat reconnaît désormais que ses actions ont des conséquences et que sa propagande antisémite ne sera pas incontrôlée”.

Les partisans pro-Palestine qui se sont mobilisés pour défendre la motion, y compris les Palestiniens, les militants, les étudiants et les universitaires sur les campus et les alliés interétatiques, doivent être félicités.

Malgré la défaite, ces efforts n’ont pas été vains. Il était important que six conseillers ne reculent pas ou n’admettent pas la proposition absurde selon laquelle s’opposer à l’apartheid est antisémite. Créer un espace contre les arguments et les tactiques sionistes, dans le conseil étudiant et avec la lettre ouverte, jette les bases de futures campagnes sur nos campus en solidarité avec les Palestiniens, qui font face chaque jour à des risques bien plus grands dans leur lutte pour la justice.

Source: https://redflag.org.au/article/student-union-backs-down-support-palestine

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire