Le “tournant” de l’Europe arrive enfin après l’invasion sadique de l’Ukraine par la Russie

0
40

Un président américain a dit un jour à son Conseil de sécurité nationale : « Nous ne pouvons pas continuer à payer pour la protection militaire de l’Europe alors que les États de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord ne paient pas leur juste part et ne vivent pas du « gras de la terre ». » Ce président était pas Donald J. Trump, mais était en fait le président John F. Kennedy lors d’une réunion du NSC le 22 janvier 1963.

Pendant des décennies, les présidents américains ont exhorté nos partenaires transatlantiques à intensifier et à démontrer leur engagement envers leur propre défense robuste des marchés libres, de la démocratie et des libertés individuelles. En 2006, l’OTAN a convenu de manière informelle de ne pas consacrer moins de 2 % du produit intérieur brut à la défense, dont au moins 20 % à investir dans les équipements majeurs. Cet objectif a été officialisé en 2014, et cette année-là, seuls trois pays ont atteint cet objectif.

L’ancien président Trump en a fait un élément principal dans ses efforts pour réveiller les Européens endormis. Trump a appelé nos alliés à intervenir. À son tour, il a démontré l’engagement des États-Unis en armant l’Ukraine d’armes létales, en lançant l’opération Atlantic Resolve, en rassurant les nations baltes en faisant tourner des forces plus importantes en Pologne et en envoyant un signal aux Russes en battant vigoureusement les terroristes de l’État islamique et en bombardant la Russie. -Les co-conspirateurs syriens pour leur utilisation continue d’armes chimiques et leurs violations des droits de l’homme en Syrie.

Tout au long de 2021 – ainsi que lors du renforcement des troupes russes à la frontière avec l’Ukraine à l’automne dernier, en préparation de l’invasion brutale qui a fait des dizaines de milliers de morts – seuls neuf des 30 membres de l’OTAN ont atteint l’objectif de 2 % et seuls 24 ont atteint l’objectif 20 % de référence pour les dépenses en équipements majeurs. Le message de Trump a résonné haut et fort. Les deux décennies de brutalité brutale de Vladimir Poutine ont également aidé.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, et le chancelier allemand Olaf Scholz à Berlin.

Dans son récent discours du 27 févriere au Parlement allemand, le nouveau Chancelier d’Allemagne, Olaf Scholz, a annoncé la politique de tournant ou “tournant”. Il a formellement abandonné la faible stratégie de « paix par le commerce » de son prédécesseur. Le prédécesseur de Scholz, Angela Merkel, a supervisé une stratégie ratée pendant près de 15 ans qui a laissé l’Allemagne, la plus grande économie d’Europe et la quatrième au monde, comme un otage devenu accro à une dose constante de gaz du quartier ” pousseur » – la Fédération de Russie.

Le chancelier Scholz s’est engagé à diversifier l’énergie, à mettre fin au gazoduc corrompu Nordstrom-2 et à atteindre pleinement l’objectif de 2 % de l’OTAN. Son leadership a incité des alliés comme l’Italie et l’Espagne à annoncer qu’ils emboîteraient le pas au cours des prochaines années.

Enfin, six décennies après la plainte de Kennedy, un nouveau vent de changement souffle sur le continent européen. tournant a atteint la Suède et la Finlande avec leur adhésion à l’OTAN. tournant a atteint les mandarins à Bruxelles et des discussions sur une interdiction à l’échelle de l’UE de la dépendance énergétique des tsars, des voyous et des ayatollahs sont en cours.

Les troupes américaines et polonaises se préparent à des exercices dans le cadre de la mission de renforcement en cours de l’OTAN pour renforcer le flanc est de l’alliance à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Mais il y a plus qui peut et doit être fait. Les États-Unis doivent négocier avec succès des accords de libre-échange actualisés avec le Royaume-Uni et l’Union européenne. Le partenariat transatlantique complet doit également reconnaître qu’il est essentiel que nous disposions de chaînes d’approvisionnement résilientes pour les produits médicaux, pharmaceutiques, minéraux stratégiques et énergétiques essentiels.

Alors que l’Europe se sevre du pétrole et du gaz russes, les États-Unis devraient intervenir et aider à combler le vide. La poussée actuelle pour paralyser les États-Unis la production de pétrole et de gaz est une politique insensée, d’autant plus que le stockage compétitif des batteries, l’amélioration du réseau et la production fiable d’énergie renouvelable restent à des années loin de supplanter le pétrole et le gaz. Les événements géopolitiques récents, le manque de capacité dans le monde en développement et les défaillances des infrastructures énergétiques en Allemagne et en Californie sont un signal d’alarme.

Les États-Unis devraient fournir une bouée de sauvetage à nos alliés en Europe tout en travaillant à la transition vers un avenir moins dépendant du carbone, notamment en renforçant l’énergie nucléaire nationale et en exportant notre technologie d’énergie propre dans le monde. Le peuple américain est prêt à montrer la voie.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire