Le travail de lobbying d’IIeana Ros-Lehtinen – Mother Jones

0
266

Illustration de la mère Jones ; Congrès des États-Unis/Wikipédia

Combattez la désinformation. Obtenez un récapitulatif quotidien des faits qui comptent. Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones bulletin.

Comme d’habitude, le personnel de Mère Jones arrondit le héros et monstres de l’année écoulée. Trouvez les héros et les monstres de 2021 ici.

J’ai récemment reçu un bon e-mail de Joyeuses Fêtes d’Ileana Ros-Lehtinen, une ancienne membre du Congrès qui fait du lobbying pour la puissante entreprise Akin Gump. « De ma famille à la vôtre, mes meilleurs vœux de santé et de bonheur en 2022 ! dit le républicain de Floride. Au-dessus, une jolie photo du soleil se couchant sur l’océan à Dubaï, aux Émirats arabes unis.

L’image faisait partie d’un montage de ce que je pense être des photos prises dans le monde entier par les employés d’Akin Gump. Mais c’était aussi un rappel que l’ancienne membre du Congrès fait pression pour les Émirats arabes unis. Je suis sur sa liste, probablement, parce que je lui ai déjà envoyé un tas de questions sur ce travail. Elle n’a jamais répondu. J’ai finalement entendu un porte-parole de l’entreprise, qui m’a bluffé.

Pour être clair, Ros-Lehtinen semble agréable. Au Congrès, dont elle a pris sa retraite en 2018, elle était connue pour son affabilité, une rare républicaine modérée qui, dans ses dernières années, était une critique de Trump. Elle a été la première femme hispanique élue au Congrès et la première femme à présider la commission des affaires étrangères de la Chambre. Elle a récemment écrit des articles d’opinion soutenant les droits des LGBTQ et appelant les républicains à se tenir aux côtés des « employés du scrutin et des fonctionnaires électoraux » contre les partisans fous de Big Lie.

Elle n’est pas personnellement un monstre. Mais considérez pour qui elle travaille. Les Émirats arabes unis, une autocratie dirigée par le prince héritier d’Abou Dhabi, Mohamed ben Zayed, sont l’un des plus dépensiers de K Street, poussant un programme similaire à celui de leur proche allié, l’Arabie saoudite, sans l’ostracisme associé au meurtre et à l’assassinat des Saoudiens. démembrement d’un éminent journaliste.

Les Emiratis, hautement militarisés et riches en pétrole et en gaz naturel, ont soutenu la politique américaine au Moyen-Orient, gagnant le surnom de « Petite Sparte » du général James Mattis (pas vraiment un compliment) dans le processus. En échange, ils veulent acheter des armes américaines avancées, des drones et des avions de combat, qu’ils auraient déployés pour soutenir leurs alliés dans les guerres civiles au Yémen et en Libye, tuant des civils dans le processus. Ils se sont agressivement opposés à la diplomatie nucléaire américaine avec l’Iran.

Peut-être que la plus grande demande des Émirats ces dernières années était le soutien dans leur conflit avec leur voisin et rival, le Qatar, que les Saoudiens et les Émiratis, ainsi que d’autres alliés régionaux, ont bloqué et menacé d’envahir en 2017. (Trump allié Tom Barrack , qui a été accusé en juillet d’avoir secrètement agi en tant qu’agent des Émirats arabes unis, les aurait aidés à faire avancer leur plan à Washington.) Une des principales demandes des Émirats et des Saoudiens était que le Qatar ferme Al Jazeera, l’organisation de presse internationale basée à Doha qui, pendant des décennies, a a mis en colère ses voisins des États du Golfe avec une couverture critique de leurs politiques.

C’est là qu’intervient Ros-Lehtinen. Elle a dirigé un effort d’Akin Gump pour faire pression sur le ministère de la Justice afin qu’il désigne la branche américaine d’Al Jazeera comme agent du gouvernement qatari, traitement que les médias de propagande russe et chinois ont reçu ces dernières années. L’année dernière, elle a produit un rapport qui soutient que le gouvernement du Qatar, qui est également une autocratie et qui finance Al Jazeera, exerce un contrôle sur la couverture du réseau. (Al Jazeera le conteste.) Le rapport comprend des sections telles que : « Le Qatar utilise AI Jazeera pour promouvoir le Hamas ». Ros-Lehtinen et Akin Gump ont fait pression sur les bureaux des républicains au Congrès, y compris le représentant Lee Zeldin (R-NY) et le sénateur Marco Rubio (R-Fla.), qui ont écrit des lettres poussant le DOJ à forcer la tenue américaine d’Al Jazeera à s’enregistrer. en vertu de la Loi sur l’enregistrement des agents étrangers.

Cela a fonctionné. En septembre 2020, le ministère de la Justice de Bill Barr a ordonné à la division des médias sociaux d’Al Jazeera basée aux États-Unis, AJ+, de s’enregistrer en tant qu’agent étranger. La lettre ordonnant cela est apparue dans au moins un cas pour inclure une formulation tirée directement du rapport de Ros-Lehtinen. La lettre du ministère de la Justice fait également écho aux critiques du rapport sur la politique d’Al Jazeera, affirmant que les articles d’AJ+ « adoptent une vision positive de l’Iran » et « montrent leur soutien à la cause palestinienne et remettent en question le soutien américain à Israël ».

AJ+ affirme que s’inscrire dans le cadre du FARA entraverait son journalisme, en partie parce que cela suggérerait que toute la couverture médiatique de l’organisation est de la propagande qatarie. Il n’est toujours pas enregistré. Vraisemblablement, ses avocats continuent de contester l’ordonnance avec le DOJ. Ros-Lehtinen et Akin Gump ont continué à faire pression, et cet été GOP Sens. Chuck Grassley (Iowa), Ted Cruz (Texas), Tom Cotton (Ark.), Todd Young (Ind.) et Rubio ont envoyé une nouvelle lettre poussant le DOJ pour faire le registre du réseau.

Retournez ici. Les Émirats arabes unis payent un lobbyiste américain pour qu’il s’engage dans une entreprise de presse qu’il n’aime pas à travers le système politique américain, avec un succès substantiel. Quoi que l’on fasse de la structure d’entreprise d’Al Jazeera ou de ses choix éditoriaux, il ne fait aucun doute que la décision de l’obliger à s’enregistrer en tant qu’agent étranger pour le Qatar a été influencée par un agent étranger pour les Émirats arabes unis. Ça pue.

Ileana Ros-Lehtinen est peut-être amicale, mais elle utilise ses relations sur la Colline, sa réputation, voire son affabilité, pour blanchir les efforts des Émirats arabes unis pour se moquer d’un média basé aux États-Unis (AJ+ est basé à DC) car il critique politiques soutenues par les Émirats arabes unis.

Elle est loin d’être seule bien sûr. Les anciens législateurs qui font du lobbying pour des clients douteux, étrangers ou nationaux, sont si normaux à Washington qu’il est un peu gênant de suggérer que c’est, bien que parfaitement légal, aussi en quelque sorte corrompu. Mais l’ubiquité de cela ne l’excuse pas vraiment. Cela signifie simplement que Ros-Lehtinen illustre un gros problème. C’est le monstre.



La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire