Le travail protège les combustibles fossiles | Drapeau rouge

0
264

Comment concevoir une politique climatique que les plus gros pollueurs soutiendront ? Le gouvernement albanais pourrait écrire un livre sur le sujet.

Le mois dernier, il a publié les détails de sa législation sur le climat, un ensemble de réformes du “mécanisme de sauvegarde” introduit par la Coalition en 2016. Il affirme que les modifications proposées au mécanisme nous permettront d’atteindre l’essentiel de son objectif de réduction des gaz à effet de serre. émissions de 43 % d’ici 2030, et il a été soutenu par le Business Council of Australia, le Minerals Council et deux des plus grandes sociétés minières du monde, Rio Tinto et BHP.

Le premier chapitre du livre du gouvernement pourrait s’intituler « Inspirez-vous des libéraux ». La proposition des travaillistes est simplement d’ajuster le cadran, plutôt que de modifier de manière significative le mécanisme de sauvegarde tel qu’il fonctionnait sous le précédent gouvernement de coalition.

Depuis 2016, les 215 installations les plus polluantes d’Australie, celles qui émettent plus de 100 000 tonnes de carbone par an, sont tenues de limiter leurs émissions à une « valeur de référence » spécifique à chaque installation. Les libéraux l’ont mis en place pour qu’il soit plus ou moins complètement édenté. Les lignes de base n’ont pas diminué et étaient trop élevées pour faire une différence. Avec les réformes du parti travailliste, les installations seront désormais condamnées à une amende de 275 $ pour chaque tonne de carbone au-delà de leur niveau de référence, et les niveaux de référence diminueront de 4,9 % chaque année, ce qui suppose des réductions d’émissions du même montant.

Cela peut sembler bon en théorie, mais quand vous regardez les petits caractères, vous voyez que les réformes proposées par le Parti travailliste maintiennent en place toutes les caractéristiques qui ont permis aux émissions des installations couvertes par le mécanisme de sauvegarde d’augmenter de 7 % depuis son lancement.

Le chapitre 2 pourrait être intitulé « Cuisiner les livres ». Il y a deux aspects à cela. Premièrement, les installations couvertes par le mécanisme prévu par la proposition du Parti travailliste continueront de pouvoir respecter leurs obligations de réduction des émissions en achetant des compensations de carbone sous la forme d’unités de crédit carbone australiennes (ACCU). Les crédits sont censés être générés par des éléments qui éliminent le carbone de l’air. Ainsi, une entreprise ou une ONG qui plante suffisamment d’arbres pour éliminer un millier de tonnes de carbone se verra attribuer 1 000 ACCU, qui pourront ensuite être vendues aux pollueurs souhaitant supprimer 1 000 tonnes d’émissions de leurs bilans.

Si ces compensations étaient authentiques, ce serait une chose. Mais, comme l’a révélé l’année dernière le professeur Andrew Macintosh, un lanceur d’alerte qui dirigeait auparavant le comité d’assurance de la réduction des émissions de la Coalition, le marché des compensations carbone est “en grande partie une imposture”. Dans un exemple, le gouvernement fédéral avait payé 300 millions de dollars pour les ACCU qu’ils avaient attribuées aux agriculteurs de l’ouest de la Nouvelle-Galles du Sud pour pas clair forêt qu’ils prétendaient qu’ils auraient autrement défrichée. C’est comme déclarer que vous allez tuer quelqu’un, être payé pour ne pas le faire et vendre à quelqu’un d’autre le droit de commettre un meurtre, ramenant ainsi à zéro les « meurtres nets » de tout le monde.

Après son arrivée au gouvernement, le Parti travailliste a commandé un examen indépendant du marché des compensations, tentant de restaurer la confiance dans le système que les révélations de Macintosh avaient entaché. Un rapport final de l’examen a été publié en décembre. Il a conclu que le système des libéraux avait été « fondamentalement bien conçu ». Il a recommandé que la catégorie de compensation des «déforestations évitées» (comme dans l’exemple ci-dessus) soit abandonnée, mais que la majeure partie des compensations douteuses puisse continuer.

Deuxièmement, le mécanisme de sauvegarde réformé ne concernera toujours que les émissions de portée 1 des installations, c’est-à-dire les émissions dont les installations sont directement responsables, comme celles des usines ou des mines brûlant du combustible. L’omission flagrante ici concerne les émissions de portée 3 ou « en aval », celles créées lorsque les produits d’une installation sont utilisés. Cela revient, comme je l’ai écrit dans un précédent Drapeau rouge article, à « mesurer les émissions créées pour [a mine’s] les puits allumés et les machines allumées, tout en fermant les yeux sur les trains qui partent avec le charbon qu’il produit ».

Considérant que l’Australie exporte 74 % de son gaz sous forme de GNL et 85 % de son charbon, les émissions de portée 3 constituent la grande majorité de son empreinte carbone.

Le chapitre 3 pourrait être « Break it by design ». C’est là que l’on apprend le mécanisme de sauvegarde tel que proposé par le Labour ne nécessite pas de réduction absolue des émissions. Étant donné que le Labour a conservé le cadre de référence «ajusté à la production», les niveaux de référence sont définis et ajustés pour correspondre à la production d’une installation, ce qui signifie que si une installation augmente sa production, sa limite d’émissions augmente du même montant. Ainsi, par exemple, une entreprise pourrait doubler sa production et doubler ses émissions, tant qu’elle réduisait ses nouveau émissions totales de 4,9 % par rapport à ce qu’elles auraient été si la production avait augmenté sur le vieux base.

Enfin, à ces problèmes majeurs s’ajoute celui, plus simple, du coût, ou plus exactement de son absence. La bibliothèque parlementaire fédérale a constaté que l’achat de crédits pour se conformer au mécanisme réformé du Labour pourrait coûter aux grandes sociétés minières et gazières australiennes moins de 0,1% de leurs bénéfices.

Il n’est donc pas surprenant que les entreprises et les principaux émetteurs aient manifesté un tel enthousiasme pour le plan travailliste. En fait, il a même reçu le soutien d’entreprises comme BHP (propriétaire de treize installations de sauvegarde), Rio Tinto (six) et Woodside (trois), qui seront les plus touchées par les changements.

Il est probable que le Parti travailliste aura besoin du soutien des Verts pour faire adopter son mécanisme de sauvegarde par le Sénat. En janvier, le chef des Verts, Adam Bandt, a menacé de voter contre si le Parti travailliste ne concédait pas des amendements tels qu’un déclencheur climatique visant à arrêter de nouveaux développements de combustibles fossiles ou une limite à l’utilisation des compensations. Bandt a cependant également souligné la volonté des Verts de “faire des compromis et d’adopter des lois qui nous aident à faire le moindre pas sur la voie de la lutte contre l’urgence climatique”. On verra comment cela se déroulera dans les semaines à venir.

Il n’y a cependant aucun amendement qui pourrait faire du mécanisme de sauvegarde réformé du Labour autre chose qu’un greenwash sur l’expansion des combustibles fossiles. Si le mécanisme obtient le soutien dont il a besoin pour devenir une loi, ce ne sera pas un pas en avant pour l’action climatique, mais une autre marque sur la route de la politique bipartite du gouvernement australien consistant à retarder, nier et (littéralement et métaphoriquement) gaslighter tandis que les combustibles fossiles les profits de l’industrie s’accumulent et la planète brûle.

Source: https://redflag.org.au/article/labor-safeguards-fossil-fuels

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire