Le tribunal de Belmarsh demande justice pour les victimes de la guerre contre le terrorisme

0
83

En novembre 2019, je suis arrivé aux portes de la prison de Sa Majesté Belmarsh dans le sud-est de Londres. Depuis 2001, le gouvernement britannique dirige Belmarsh comme la « baie britannique de Guantanamo », détenant des prisonniers sans inculpation sur la base de lois antiterroristes extraordinaires adoptées au cours de la « guerre contre le terrorisme ». Deux décennies plus tard, ni Guantanamo ni Belmarsh n’ont fermé. Au contraire, c’est à Belmarsh que le gouvernement britannique emprisonne aujourd’hui l’homme qui a osé révéler les crimes de la guerre contre le terrorisme, l’homme que je suis venu rencontrer en cette fin d’automne 2019 : Julian Assange.

Cela fait dix ans que WikiLeaks a commencé à publier les « Dossiers de Guantanamo », documentant la détention et la torture de prisonniers par le gouvernement des États-Unis dans sa prison sur la côte est occupée de Cuba. Mais les architectes et les administrateurs du camp de torture de Guantanamo Bay sont aujourd’hui libres. Au lieu de cela, les journalistes, les dénonciateurs et les éditeurs ont été envoyés en prison. Assange a maintenant passé plus de mille jours à l’isolement à Belmarsh alors que les tribunaux britanniques débattent de son extradition pour faire face à une peine de 175 ans de prison aux États-Unis.

Le tribunal de Belmarsh – qui siège aujourd’hui pour sa troisième session – renverse les rôles dans l’affaire d’extradition d’Assange. À l’occasion du vingtième anniversaire de l’ouverture de Guantanamo Bay, l’Internationale progressiste fait venir des témoins du monde entier pour témoigner des crimes de la guerre contre le terrorisme alors qu’aucun tribunal ne les entendra.

Le Tribunal de Belmarsh reprend ainsi la tradition du tribunal populaire. Il y a un demi-siècle, le philosophe Bertrand Russell et le philosophe français Jean-Paul Sartre ont créé le Tribunal international des crimes de guerre pour examiner la guerre du Vietnam, alors que les États-Unis cherchaient à balayer ses atrocités de la vue du public. “Notre but est d’établir, sans crainte ni faveur, la pleine vérité sur cette guerre. Nous espérons sincèrement que nos efforts contribueront à la justice du monde, au rétablissement de la paix et à la libération des peuples opprimés », écrivaient-ils en 1966.

Le Tribunal Russell-Sartre n’était pas un simple théâtre politique, comme l’atteste la farouche opposition à laquelle il a dû faire face parmi les alliés américains. Sa première session devait se réunir à Paris, mais le gouvernement français l’a rejetée sur la base de membres comme Vladimir Dedijer, un combattant partisan yougoslave qui a dirigé la délégation d’après-guerre du pays aux Nations Unies. Le français Charles de Gaulle s’est peut-être opposé à la guerre du Vietnam, mais le tribunal a promis trop d’humiliations à son allié américain.

Dans la lettre originale de Sartre au président de Gaulle, datée du 13 avril 1967, il réfléchit au refus du président d’accorder un visa à Dedijer en tant que président du tribunal. De Gaulle affirmait que “toute justice dans sa création et dans son exécution n’appartient qu’à l’Etat.» Constatant la cruelle absence de justice pour les victimes de la guerre du Vietnam, Sartre répond que de Gaulle évite de parler à un écrivain et non au président d’un tribunal qu’il ne souhaite pas reconnaître. De Gaulle, disait Sartre, espérait éviter une nouvelle confrontation avec les États-Unis. Mais “paradoxalement, le trouble qu’ils nous causent donne une légitimité à notre tribunal, et montre en plus qu’ils ont peur de nous”.

Pourquoi avaient-ils peur du Tribunal Russell-Sartre ? « Parce que nous soulevons un problème — le problème des crimes de guerre — qu’aucun gouvernement occidental ne veut voir soulevé ; car ils veulent tous, une fois de plus, se réserver le droit de les commettre.

Cinquante ans plus tard, les gouvernements occidentaux se réservent toujours le droit de commettre des crimes de guerre. Certains de ces crimes ont été commis à la vue de tous : des images récemment déclassifiées montrent une frappe de drone en Afghanistan tuant dix civils innocents, dont sept enfants. D’autres ont été dénichés par de courageux journalistes et dénonciateurs : Meurtre collatéral, publié par WikiLeaks en 2012, montre le meurtre brutal de deux journalistes de Reuters et d’un certain nombre d’Irakiens tués par le tir inconsidéré d’un hélicoptère militaire américain.

La somme totale de ces crimes est la dévastation de toute une région. Selon un rapport récent, au moins 38 millions de personnes ont été déplacées de huit pays où l’armée américaine a engagé sa guerre contre le terrorisme : Afghanistan, Irak, Pakistan, Yémen, Somalie, Philippines, Libye et Syrie.

Mais il n’y a pas eu de justice pour cette dévastation. De Gaulle voulait nous faire croire que « toute justice dans sa naissance et dans son exécution n’appartient qu’à l’État ». Dans le cas de la guerre contre le terrorisme, cependant, l’État a utilisé son autorité pour poursuivre uniquement les courageux journalistes et lanceurs d’alerte qui ont demandé justice en son absence.

C’est contre cette inversion de la justice que siège désormais le Tribunal de Belmarsh, réunissant des lanceurs d’alerte comme Steven Donziger, des diplomates comme Guillaume Long, et d’anciens détenus de Guantanamo comme Mohamedou Ould Slahi. Slahi a passé quinze ans à Guantanamo sans inculpation ni procès, torturé par les fameuses «techniques d’interrogatoire améliorées» approuvées par Donald Rumsfeld. “Le peuple américain mérite mieux que Guantanamo Bay”, a déclaré Slahi au tribunal.

Le professeur Noam Chomsky, qui a également rejoint le tribunal aujourd’hui, a souligné l’importance de son timing pour l’anniversaire de l’ouverture de Guantanamo Bay :

Il y a vingt ans, [George W.] L’administration Bush a transformé Guantanamo en l’une des chambres de torture les plus horribles au monde, détenant toujours des victimes brutalisées sans inculpation. Des informations sur tout cela ont été fournies au public américain et mondial par WikiLeaks. Ce sont les crimes qui ne peuvent être pardonnés car le pouvoir commence à s’évaporer lorsqu’il est exposé au soleil.

Alors que le monde se prépare une fois de plus à la guerre, cette lumière du soleil n’a jamais été aussi nécessaire. Parce que les crimes de la guerre contre le terrorisme – de l’Irak à Guantanamo Bay – ne sont pas seulement des crimes contre les victimes individuelles ciblées par leurs auteurs. Ils sont une attaque contre le concept de justice lui-même : un fil ténu qui donne un sens à la démocratie aux États-Unis comme partout dans le monde.

Aujourd’hui, à l’occasion du vingtième anniversaire de Guantanamo, nous exigeons : Fermez Guantanamo. Libérez Assange. Justice à toutes les victimes de la machine de guerre.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire