Le voyage de Biden en Arabie saoudite est une chance de mettre fin à la guerre au Yémen

0
77

Lorsque le président américain Joe Biden se rendra en Arabie saoudite le mois prochain, il aura l’occasion de faire avancer son objectif de mettre fin à la guerre au Yémen. Biden a déclaré au début de son administration que mettre fin à la guerre était une priorité absolue, un changement de politique majeur et correct par rapport à ses prédécesseurs. À Djeddah, il peut faire pression sur le roi saoudien Salman et le prince héritier Mohammad bin Salman pour qu’ils fassent plus en levant le reste du blocus du nord du Yémen et en rendant la trêve permanente.

L’équipe de Biden a déjà été très active pour amener la guerre à une trêve, la première depuis 2016. Elle est entrée en vigueur en avril et a été renouvelée jusqu’en août. Il devrait maintenant être renouvelé sans limite de temps.

Le cessez-le-feu est le plus menacé par le siège continu de Taiz, la troisième plus grande ville du pays, par les rebelles houthis. Les Houthis ont proposé d’ouvrir des routes secondaires dans la ville, mais pas les artères principales. Les Zaydi Shia Houthis ont rejeté une proposition de compromis des Nations Unies la semaine dernière lors de pourparlers à Amman, en Jordanie. Biden peut encourager les Saoudiens à offrir des incitations pour obtenir un accord pour ouvrir complètement Taiz.

Les plus grandes incitations seraient un nouvel assouplissement du blocus saoudien du nord contrôlé par les Houthis. Plus de carburant devrait être autorisé à Hodeida, le port principal, ainsi que des quantités illimitées de nourriture, de médicaments et d’autres fournitures humanitaires. Le cessez-le-feu a également ouvert l’aéroport de Sanaa aux vols commerciaux vers Amman et Le Caire, en Égypte. Il devrait être ouvert à d’autres destinations et faciliter davantage de vols pour les Yéménites en quête d’assistance médicale. L’infrastructure sanitaire du Yémen a été dévastée par la guerre.

La guerre est une catastrophe humanitaire avec des centaines de milliers de civils yéménites qui meurent de malnutrition et de maladies connexes. Les enfants du Yémen sont les plus vulnérables. Mettre fin à la guerre sauvera littéralement des dizaines de milliers de vies, une réalisation majeure en matière de droits humains. Le Yémen a acquis une grande partie de sa nourriture de la Russie et de l’Ukraine, et leur guerre a fait grimper les prix des céréales jusqu’à 35 %.

Biden devrait également faire pression sur les Saoudiens et leurs partenaires du Golfe pour qu’ils retirent leurs troupes des parties du sud du Yémen qu’ils occupent. Les Saoudiens sont dans le gouvernorat de Mahra à côté d’Oman et les Emiratis contrôlent les îles de Socotra et Perim. Tout ce territoire devrait être placé sous le contrôle de la nouvelle autorité provisoire soutenue par les Saoudiens créée en avril pour remplacer le faible gouvernement d’Abdu Rabbu Mansour Hadi. Il est peu probable que le Yémen soit réunifié à tout moment dans un avenir prévisible, mais il devrait au moins recouvrer son intégrité territoriale des forces étrangères.

Biden rencontrera les dirigeants du Conseil de coopération du Golfe dans le royaume. Tous – à l’exception d’Oman – se sont joints à l’intervention menée par l’Arabie saoudite au Yémen il y a sept ans. Le président peut les encourager à faire plus pour reconstruire les infrastructures du Yémen afin d’aider à réparer les dégâts de la guerre. Un projet majeur devrait se concentrer sur la modernisation du port d’Aden, qui échappe au contrôle des Houthis.

L’Irak sera également représenté à Jeddah. Les Irakiens ont organisé des pourparlers entre l’Arabie saoudite et l’Iran pour apaiser les tensions dans la région et rétablir les relations diplomatiques rompues par les Saoudiens. Oman fait partie du processus à Bagdad. Ce processus est tout à fait dans l’intérêt de l’Amérique et devrait être encouragé par Biden.

Les Houthis sont une partie très difficile du problème. Ils sont violemment anti-américains, datant de l’invasion de l’Irak, étroitement liés à l’Iran et au Hezbollah, et souvent intransigeants dans les négociations. Mais ils sont là pour rester. La réouverture de l’économie yéménite au monde contribuera à encourager un régime houthi plus flexible dans les régions du Yémen contrôlées par les rebelles, qui comprennent 80 % de la population du Yémen.

Biden a une énorme influence sur les Saoudiens, qui sont impatients de restaurer leur réputation ternie par la guerre et le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. Comme l’écrivait récemment The Economist, la meilleure façon d’améliorer votre image est d’améliorer votre politique.

Les États-Unis sont cruciaux pour l’effort de guerre saoudien et le resteront pour les années à venir. La Chine ne peut pas remplir notre rôle ou remplacer les pièces de rechange américaines pour les avions de chasse F-15, et n’est pas intéressée à affronter les méfaits iraniens dans la région. Biden devrait donc utiliser l’effet de levier fourni par nos liens de sécurité pour faire sortir les Saoudiens du Yémen.

Les Saoudiens ont reconnu tardivement que la guerre au Yémen est pour eux un bourbier coûteux qui ne coûte pratiquement rien à l’Iran. Cela a terni leur réputation dans le monde islamique ainsi qu’en Occident. D’où l’opportunité pour Biden de les aider à sortir du pétrin dans lequel le prince héritier les a imprudemment mis il y a sept ans.

Le Programme alimentaire mondial vient d’annoncer une réduction significative de l’aide alimentaire pour le Yémen car les dons mondiaux au programme sont très faibles, donc le besoin d’aide du Golfe est impératif.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire