L’économie du cartel et le cartel des télécommunications

0
329

Source photo : Mike Mozart – CC BY 2.0

L’économie américaine se consolide avec des conglomérats de plus en plus grands qui gagnent de plus en plus de pouvoir. En juillet 2021, la Maison Blanche a publié une « Fiche d’information : « Décret exécutif sur la promotion de la concurrence dans l’économie américaine » qui stipulait :

Depuis des décennies, la consolidation des entreprises s’accélère. Dans plus de 75 % des industries américaines, un plus petit nombre de grandes entreprises contrôlent désormais une plus grande part de l’activité qu’il y a vingt ans. Cela est vrai dans les soins de santé, les services financiers, l’agriculture et plus encore.

On a beaucoup parlé des entreprises « Big Tech », c’est-à-dire Alphabet (Google), Amazon, Apple, Meta (Facebook) et Microsoft. Et il y a aussi Big Phama (c’est-à-dire Johnson & Johnson, Roche Holding, Pfizer, Novo Nordisk et Eli Lilly), Big Oil (Shell, ExxonMobil, BP, Chevron et ConocoPhillips) et Big Tobacco (c’est-à-dire Altria, Philip Morris International et British American Tobacco).

Souvent oubliés sont les autres secteurs de l’économie dominés par un nombre décroissant de sociétés géantes. Ces secteurs comprennent :

+ Les compagnies aériennes nationales – c’est-à-dire American Airlines, United Airlines, Delta Air Lines et Southwest Airlines qui collectent 65 % des revenus.

+ Industrie de la volaille – c.-à-d. Tyson’s, Pilgrim’s Pride and Perdue.

+ Chaînes de pharmacies – c’est-à-dire Walgreens, CVS et Rite Aid.

+ Préparations pour nourrissons – c’est-à-dire Abbott Nutrition, Mead Johnson Nutrition, Nestlé USA et Perrio Company contrôlent environ 90 % de l’industrie.

+ Industrie de la musique – c’est-à-dire qu’Universal Music Group, Sony Music Entertainment et Warner Music Group contrôlent 69 % de l’industrie.

De plus, comme le rapporte Le gardien, quatre entreprises ou moins contrôlent au moins la moitié du marché de l’épicerie et trois entreprises contrôlent les sodas ainsi que les céréales pour petit-déjeuner. En outre, quatre entreprises d’abattage contrôlent “environ 85% du bétail américain engraissé au grain qui est transformé en steaks, rôtis de bœuf et autres coupes de viande”.

Ces entreprises forment un cartel ou une fiducie. Un cartel est défini comme “un ensemble d’entreprises ou d’organisations indépendantes qui s’entendent pour manipuler le prix d’un produit ou d’un service”. Ils sont « concurrents dans le même secteur et cherchent à réduire cette concurrence en contrôlant les prix en accord les uns avec les autres ».

“C’est un système conçu pour canaliser l’argent entre les mains des actionnaires et des dirigeants des entreprises tout en exploitant les agriculteurs et les travailleurs et en trompant les consommateurs sur le choix, l’abondance et l’efficacité”, a déclaré Amanda Starbuck, analyste politique chez Food & Water Watch.

***

Lorsque l’on considère la consolidation croissante des secteurs critiques de l’économie américaine, peu de considération s’est concentrée sur l’industrie des télécommunications. La «fiche d’information» de la Maison Blanche de juillet 2021 notait que «plus de 200 millions de résidents américains vivent dans une région avec seulement un ou deux fournisseurs d’accès Internet haut débit fiables, ce qui entraîne des prix jusqu’à cinq fois supérieur sur ces marchés que sur des marchés offrant plus d’options. C’est ce qu’on appelle la «fracture numérique» ou «l’inégalité numérique».

Peu d’Américains savent que les États-Unis sont un pays de télécommunications de second rang. On estime qu’en 2021, seuls 43% des foyers américains avaient accès aux services haut débit par fibre, contre plus de 80% en Norvège et en Corée du Sud, et en Espagne, au Portugal et au Japon, qui dépassent les 90%. L’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) classe les États-Unis au 18e des 38 pays de l’OCDE en termes d’utilisation du haut débit.

En termes de service haut débit fixe, les États-Unis se classent 11e à 191,97 Mbit/s [Megabits per second] — Singapour au premier rang avec 245,5 Mbps ; en termes de service mobile, il se classe 18e à 82,04 Mbps – par rapport à la Corée du Sud à 186,06 Mbps.

Pire encore, les Américains paient plus pour leurs services de télécommunications inférieurs. Les frais pour un gigaoctet de données varient de 0,26 $ en Inde et 0,27 $ au Kirghizistan à 6,66 $ au Royaume-Uni et 6,96 $ en Allemagne. Les coûts en Amérique du Nord étaient les plus élevés, avec une moyenne de 12,02 $ au Canada et de 12,37 $ aux États-Unis.

L’industrie américaine des télécommunications a été refaite au cours des quatre dernières décennies. En 1984, le juge Harold H. Greene a publié la modification du jugement final (MFJ) qui a brisé l’ancien monopole AT&T ou “Ma Bell”. Comme il l’a écrit, «Ce que le système Bell a fait était illégal. Elle a abusé de son monopole sur le service téléphonique local, également connu sous le nom de Last Mile, pour écarter les concurrents dans d’autres domaines. La concurrence donnera à ce pays le réseau téléphonique le plus avancé, le meilleur et le moins cher. Les 23 filiales d’AT&T se sont regroupées en sept sociétés d’exploitation régionales de Bell (RBOC ou « Baby Bells »).

En 1996, Prés. Bill Clinton a signé la loi sur les télécommunications, arguant qu’elle “promeut la concurrence comme clé pour ouvrir de nouveaux marchés et de nouvelles opportunités”. Il a cherché à déréglementer le secteur des communications de l’information, insistant sur le fait que “cela protégera les consommateurs en réglementant les monopoles restants pendant un certain temps et en fournissant une feuille de route pour la déréglementation à l’avenir”.

“La loi de 1996 a été conçue pour ouvrir la concurrence à la téléphonie et au câble en supprimant les barrières à l’entrée croisée mises en place par la loi sur la communication de 1984”, affirment les universitaires de l’Université du Connecticut. Ils notent, “pourtant immédiatement après l’adoption de la loi de 1996, les industries des télécommunications ont été témoins d’un déluge de méga fusions et acquisitions [M&As]. Cette vague de fusions sans précédent a abouti à une poignée de conglomérats dominant des industries qui étaient auparavant séparées par la réglementation des télécommunications.

La vague de fusions-acquisitions a conduit à la consolidation du marché des télécommunications. La première vague de fusions-acquisitions comprenait :

+ Southern Bell Company (SBC) acquiert Pacific Telesis (alias Pacific Bell) pour 16,7 milliards de dollars en 1997.

+ SBC acquiert Ameritech pour 81 milliards de dollars en 1999.

+ Bell Atlantic fusionne avec NYNEX dans le cadre d’un accord de 20 milliards de dollars en 1997, formant Verizon en 2000.

+ Qwest acquiert US West pour 35 milliards de dollars en 2000.

+ Bell Atlantic Corp. acquiert GTE Corp en 2000 pour 53 milliards de dollars.

+ Cingular acquiert AT&T Wireless pour 41 milliards de dollars en 2004.

+ SBC acquiert AT&T pour 16 milliards de dollars en 2005 et conserve le nom AT&T.

+ SBC/AT&T acquiert BellSouth pour 86 milliards de dollars.

Ces fusions initiales ont été suivies d’une série de fusions et acquisitions supplémentaires qui ont contribué à forger le cartel des télécommunications :

+ Comcast a acquis une participation majoritaire (51 %) dans NBCUniversal, une filiale de General Electric, et le conglomérat français de médias Vivendi Universal Entertainment pour 6,2 milliards de dollars en 2011.

+ Charter Communications a acquis Spectrum (alias Time Warner Cable) pour 55 milliards de dollars et Bright House Networks pour 10,4 milliards de dollars en 2016.

+ AT&T a acquis DirecTV pour 67,1 milliards de dollars en 2015 ; il a acheté Time Warner pour 85 milliards de dollars en 2018 ; et a acquis AppNexus, un échange d’annonces numériques en concurrence avec Google et Facebook, pour un montant compris entre 1,6 et 2 milliards de dollars en 2018.

+ Verizon acquiert AOL en 2015 pour 4,4 milliards de dollars et Yahoo! en 2017 pour 4,8 milliards de dollars ; il a vendu AOL et Yahoo en 2021.

+ Mobile et Sprint, évalués à 26,5 milliards de dollars, ont fusionné en 2020.

La commissaire de la FCC (et maintenant présidente) Jessica Rosenworcel s’est opposée à la fusion Mobile-Sprint, notant : « Notre économie prospère grâce à la concurrence. …” Et ajouté:

Le rapprochement proposé de T-Mobile et Sprint réduira la concurrence. Cette fusion regroupera deux des quatre concurrents nationaux de l’industrie du sans fil aux États-Unis. En conséquence, trois sociétés contrôleront 99 % du marché du sans fil. Quelle que soit la mesure, cette transaction augmentera les prix, réduira la qualité et ralentira l’innovation, au moment même où nous commençons à déployer la prochaine génération de technologie sans fil.

Rosenworcel a averti : « Réduire le nombre de fournisseurs nationaux de quatre à trois nuira aux consommateurs, nuira à la concurrence et supprimera des milliers d’emplois. …”

AT&T, Verizon et Comcast forment Big Telecom, un cartel qui ne se fait pas vraiment concurrence, mais qui sont partenaires dans un plan visant à contrôler toutes vos communications. Aujourd’hui, AT&T et Verizon ne mettent plus à niveau leurs services de télévision “avancés”, U-Verse et Fios, mais promeuvent les services sans fil fixes et mobiles “5G” (cinquième génération) largement surmédiatisés. Ils ont cherché à combiner leur activité principale de distribution de contenu avec la propriété de contenu. À l’exception de Comcast, les efforts d’AT&T et de Verizon ont échoué.

AT&T acquiert DirecTV pour 67,1 milliards de dollars en 2015 ; il a acheté Time Warner pour 85 milliards de dollars en 2018 ; et a acquis AppNexus, un échange d’annonces numériques en concurrence avec Google et Facebook, pour entre 1,6 et 2 milliards de dollars en 2018. Verizon a acquis AOL en 2015 pour 4,4 milliards de dollars et Yahoo! en 2017 pour 4,8 milliards de dollars ; en mai 2021, Verizon a vendu ses actifs médias.

Comcast a réussi à constituer une combinaison diversifiée de participations médiatiques comprenant AT&T Broadband ; Radiodiffusion Sky ; NBCUniversal (Telemundo, TeleXitos et Cozi TV), services câblés (MSNBC, CNBC, Oxygen, Bravo, G4 et E!); Images universelles ; Paon; studios d’animation (DreamWorks, Illumination et Universal Animation); et XUMO. Il contrôle également Universal Parks and Resorts.

+++

Le capitalisme américain est venu en boucle depuis les batailles légendaires menées par Teddy Roosevelt et d’autres progressistes il y a un siècle. Ensuite, ils ont combattu les pratiques éhontées des cartels industriels ou des trusts comme la Standard Oil de John D. Rockefeller et les nombreux autres Robber Barons. Aujourd’hui, les descendants de Rockefeller – par exemple, Jeff Bezos d’Amazon et Elon Musk de Tesla – continuent de dominer l’économie américaine et, par conséquent, le modèle du Big Cartel a réapparu, accompagné d’une montée des inégalités.

Au lieu de cela, les démocrates et les républicains, ainsi qu’une vaste infrastructure de lobbyistes, de groupes de façade, d’organisations à but non lucratif reconnaissantes et de complices de l’astroturf servent sans vergogne les intérêts non seulement de la grande technologie, de la grande finance, mais aussi des grands soins de santé, de la grande énergie, du grand Internet et des grandes télécommunications. Le soutien politique à la consolidation est rationalisé comme nécessaire pour lutter contre le défi de la mondialisation et pour assurer la compétitivité américaine, des fictions agitées devant les électeurs à chaque cycle électoral pour enflammer le zèle patriotique.

Les conglomérats de télécommunications d’aujourd’hui contrôlent non seulement les « tuyaux » – les réseaux filaires et sans fil – qui relient les foyers, les entreprises, les écoles et les citoyens du pays, mais s’orientent également vers le contrôle du « contenu » des médias. Le duopole de télécommunications traditionnel des entreprises de «téléphone» et de «câble» a été remplacé par un contenu intégré voix, vidéo, Internet et multimédia, fourni via un service filaire ou sans fil.

Cette fois, malheureusement, il n’y a pas de TR pour se battre pour le bien public. Au lieu de cela, de nombreux responsables démocrates et républicains, ainsi qu’une vaste infrastructure de lobbyistes, d’avocats, de groupes de façade, d’organisations à but non lucratif reconnaissantes envers leurs bienfaiteurs des télécommunications, de faux groupes populaires, de complices et de médias d’entreprise qui servent sans vergogne les intérêts des grandes entreprises sur lesquelles ils dépendent pour leurs revenus publicitaires et appartiennent eux-mêmes à des intérêts des télécoms et du câble. La consolidation de l’industrie est rationalisée comme nécessaire pour lutter contre le défi de la mondialisation et pour assurer la compétitivité de l’Amérique. Les deux se sont révélés être de gros mensonges.

Cependant, comme l’a averti la sénatrice Elizabeth Warren (D-MA):

Les grandes entreprises technologiques d’aujourd’hui ont trop de pouvoir, trop de pouvoir sur notre économie, notre société et notre démocratie. Ils ont détruit la concurrence, utilisé nos informations privées à des fins lucratives et fait basculer le terrain de jeu contre tout le monde. Et ce faisant, ils ont nui aux petites entreprises et étouffé l’innovation.

Et Warren a ajouté : “Pour rétablir l’équilibre des pouvoirs dans notre démocratie, pour promouvoir la concurrence et pour garantir que la prochaine génération d’innovations technologiques soit aussi dynamique que la précédente, il est temps de démanteler nos plus grandes entreprises technologiques.”

Source: https://www.counterpunch.org/2023/01/05/the-cartel-economy-the-telecom-cartel/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire