L’économie mondiale en 2023 et au-delà

0
89

Comment se porte l’économie mondiale à la fin de 2023 ? Pour répondre à cette question, nous devons nous rappeler que le « monde » est composé de nombreuses parties et que toutes les grandes économies ne se portent pas aussi bien que les autres.

Prenons d'abord les États-Unis : le plus grand (en termes de production nationale) et le plus important (en termes de technologie et de finance). Début 2023, le consensus parmi les économistes traditionnels était que les États-Unis et le reste du monde capitaliste avancé pourraient bien sombrer dans une récession, une augmentation significative du chômage et une nouvelle baisse des revenus réels moyens, dans le cadre de la spirale inflationniste qui a commencé en 2021. a continué à grignoter les salaires des travailleurs.

C’est ce que je disais au début de l’année sur mon blog : « Jamais une récession imminente n’a été aussi largement attendue. Cela signifie peut-être que cela n’arrivera pas, compte tenu du bilan des prévisionnistes économiques traditionnels. Mais cette fois, le consensus semble être le bon. Bien sûr, certains prévisionnistes aux États-Unis continuent de prétendre que l'économie américaine, avec son marché du travail tendu, son ralentissement de l'inflation et son dollar fort, évitera une récession ».

Eh bien, ces prévisionnistes ont eu raison et l’économie américaine, jusqu’à présent, n’est pas entrée dans une « récession technique » (définie de manière rigide comme la contraction de la production nationale d’une économie pendant deux trimestres consécutifs). Aujourd’hui, le consensus revient à l’optimisme : il n’y a pas eu de récession en 2023 et la situation ne pourra que s’améliorer en 2024.

Prenez le point de vue ultra-optimiste de Goldman Sachs, la principale banque d’investissement américaine et l’un des principaux stratèges du capital américain. Ses économistes déclarent : « L’économie mondiale a surperformé même nos attentes optimistes en 2023. La croissance du PIB est en passe de dépasser les prévisions du consensus d’il y a un an » et « nous ne voyons toujours qu’un risque de récession limité ». L'équipe de la banque estime que la production mondiale augmentera de 2,7 pour cent cette année et de 2,4 pour cent l'année prochaine, avec des taux de chômage qui resteront bas et une inflation en baisse rapide. Ainsi, la politique de hausse des taux d'intérêt de la Réserve fédérale américaine a fait baisser l'inflation sans provoquer de ralentissement de la production et de l'emploi – du moins aux États-Unis.

C’est ce qu’on appelle un résultat « Boucle d’or » : l’économie n’est pas trop « chaude » pour que l’inflation reste élevée, ni trop « froide » pour qu’il y ait une contraction de la production et une hausse du chômage. Et cela se produit malgré la guerre entre l’Ukraine et la Russie et maintenant le cauchemar entre Israël et Gaza. Parfait!

Mais tenez vos chevaux. Il est vrai que les taux d’inflation dans la plupart des économies capitalistes avancées ont chuté l’année dernière, passant d’un pic d’environ 8 à 10 pour cent par an à 3 à 5 pour cent. C'est un certain réconfort pour les ménages en difficulté, mais cela signifie quand même que les prix dans les magasins, dans les transports, dans le logement et dans les services publics augmentent. En effet, depuis le début de la spirale inflationniste, le coût de la vie pour un ménage moyen a augmenté de 15 à 20 pour cent dans la plupart des économies, et encore plus pour les ménages les plus pauvres qui consacrent une plus grande proportion de leurs revenus à l’alimentation et à l’énergie. Les prix ne reviennent pas à leur niveau d’avant la crise pandémique de 2020 ; ils augmentent simplement plus lentement.

Quant au chômage, il est vrai que les chiffres officiels de la plupart des pays montrent des taux de chômage égaux ou proches de leurs plus bas historiques. Pourquoi donc? Ce n’est pas tant dû à un marché du travail fort. C’est plutôt que, depuis la pandémie, l’offre de main-d’œuvre disponible a cessé d’augmenter. De nombreux travailleurs proches de la retraite n’ont pas repris le travail, et un nombre important d’entre eux souffrent encore d’une longue maladie de Covid (il y a eu une forte augmentation du nombre de demandeurs de prestations d’invalidité).

Mais certains signes indiquent que les faibles taux de chômage aux États-Unis et ailleurs pourraient ne pas durer. Dans de nombreuses grandes économies, de nombreux emplois créés l’année dernière étaient à temps partiel. En effet, aux États-Unis, on constate une baisse des emplois à temps plein depuis avril. Et la croissance de la création d’emplois s’essouffle rapidement chaque mois. De plus, les heures travaillées dans l’industrie américaine ont diminué. Même si les taux de salaire augmentent pour dépasser les taux d’inflation en baisse, si les travailleurs travaillent moins d’heures, les revenus hebdomadaires augmenteront beaucoup moins, voire pas du tout. Aux États-Unis, les salaires hebdomadaires réels n’ont pas augmenté en 2023. Et quand on regarde les secteurs les plus productifs des grandes économies, les choses ne sont pas si roses. Par exemple, le secteur manufacturier américain est déjà en récession.

Les États-Unis ont été l’économie capitaliste avancée la plus performante cette année, avec une production nationale réelle en hausse d’environ 2 pour cent. Ailleurs, le reste des économies du G7 sont soit déjà en récession (Allemagne et Canada), soit proches de la récession (Italie, France, Royaume-Uni et Japon). Et plusieurs petites économies européennes sont en contraction (Suède, Pays-Bas et Autriche, l'Europe de l'Est étant également en baisse).

Même ce « pays chanceux », l’Australie, ne s’annonce pas très bien. La production nationale réelle n'a augmenté que d'environ 1,5 pour cent cette année et ralentit. L'indice d'activité économique de l'Australie est tombé à 46,4 en novembre, bien en dessous de la barre des 50 qui constitue le seuil entre expansion et contraction. L’économie australienne a toujours été dépendante de la croissance économique mondiale, en particulier des économies du G7 et de la Chine, et ces économies sont en déclin. L’Australie dépassait autrefois ses homologues de l’OCDE en termes de production nationale par personne, mais cela n’a plus été le cas au cours de la dernière décennie. Les économistes de l'OCDE estiment que la croissance économique de l'Australie ralentira à 1,3 pour cent l'année prochaine, avec une hausse du chômage.

Dans l’ensemble, les prévisions pour 2024 sont inférieures à celles de 2023. L’OCDE prévoit un ralentissement de la croissance économique mondiale d’environ 3 % cette année (un chiffre déjà faible) à 2,7 % l’année prochaine. Dans ce contexte, la croissance du PIB réel dans les économies capitalistes avancées ralentira de 1,5 % à seulement 1,2 % en 2024, et le PIB par personne sera proche de la contraction.

Pendant ce temps, le commerce mondial est en baisse. Les volumes du commerce mondial sont en baisse de 3,5 % par rapport au même mois de l’année dernière, soit la baisse la plus forte depuis les premiers mois de la pandémie.

Maintenant que les taux d’intérêt sur les emprunts ont plus que doublé au cours des deux dernières années et devraient rester élevés pendant encore longtemps, il existe un risque sérieux de défauts de paiement et de faillites d’entreprises dans les principales économies.

La pandémie et la hausse consécutive de l’inflation et des taux d’intérêt à l’échelle mondiale ont exposé bon nombre des pays les plus pauvres au défaut de paiement de leur dette. Ils doivent des milliards à leurs créanciers, publics et privés, dans ce que l’on appelle le Nord global. Ils ne peuvent rembourser cette somme qu’en réduisant les services et les dépenses nécessaires pour répondre aux besoins de leurs citoyens – et ils sont de plus en plus incapables de payer du tout.

La dette mondiale a atteint un nouveau sommet selon l'Institut international de finance (IIF). La dette totale – couvrant les États, les entreprises et les ménages – a augmenté de 10 000 milliards de dollars pour atteindre environ 307 000 milliards de dollars au cours des six mois précédant juin, soit 336 % du PIB mondial. La Banque mondiale estime que 60 pour cent des pays à faible revenu sont lourdement endettés et courent un risque élevé de surendettement, tandis que de nombreux pays à revenu intermédiaire sont également confrontés à d’importants défis budgétaires.

Les hausses de taux des banques centrales ont fortement fait grimper les coûts d’emprunt. Il n’y a aucune proposition de la part des pays riches pour annuler ces dettes ; ou mettre fin aux droits de douane et aux contraintes sur les exportations des marchés émergents ; ou, bien sûr, arrêter l’extraction massive de profits des pays pauvres riches en ressources par les sociétés multinationales.

Même si l’économie mondiale, y compris celle des États-Unis, évite une crise de la production, des investissements et de l’emploi l’année prochaine, il est clair que les économies ne font que progresser au ralenti.

Le FMI le résume ainsi : « Les perspectives de croissance mondiale à moyen terme sont au plus bas depuis des décennies ». La Banque mondiale estime que l’Asie est confrontée à l’une des pires perspectives économiques depuis un demi-siècle ! Les anciens « tigres asiatiques » que sont la Corée, Taiwan, Singapour et Hong Kong devraient connaître une croissance à l’un des taux les plus bas depuis 50 ans, alors que le protectionnisme américain et l’augmentation des niveaux d’endettement constituent un frein économique. La Banque mondiale prévoit que la croissance de la Chine ralentira à 4,4 % en 2024, le taux le plus bas depuis des décennies, même s'il reste plus du double du taux de n'importe quelle économie du G7. Le dernier rapport de la CNUCED prévoit que « la croissance hésitante pour la période 2022-24 sera inférieure au taux d’avant la COVID-19 dans la plupart des régions de l’économie mondiale ».

Quelles sont les raisons de ce ralentissement et de ce glissement vers la récession ? La croissance de la production est tirée par deux facteurs : un plus grand nombre de travailleurs travaillant de plus longues heures et une productivité accrue (plus de produit par heure de travail). La croissance de l’emploi a ralenti même si les taux de chômage sont faibles et la croissance de la productivité à l’échelle mondiale s’essouffle.

Selon la dernière estimation du Conference Board des États-Unis, le PIB par heure travaillée – une définition standard de la productivité du travail – n’a augmenté que de 1,2 % cette année, contre une croissance nulle en 2022, mais bien en deçà de la moyenne des années 2010 de 2,6 % par an (qui était de 2,6 % par an). la moyenne est en baisse par rapport à la moyenne de la première décennie de ce siècle). Et c'est le chiffre mondial : dans les principales économies, la productivité n'a augmenté que de 0,4 pour cent cette année, tandis qu'aux États-Unis, la productivité n'a augmenté que de 0,2 pour cent.

La cause sous-jacente du ralentissement de la productivité et du commerce mondial réside dans le ralentissement de la croissance des investissements productifs dans les principales économies. Jusqu’à présent, les investissements improductifs dans les finances, l’immobilier et maintenant les dépenses militaires ont soutenu la croissance. Les investissements dans la technologie, l’éducation et l’industrie manufacturière ont chuté. La raison fondamentale en est la tendance à la stagnation, voire à la baisse, de la rentabilité mondiale du capital productif au cours des 23 années du XXIe siècle.

La mondialisation du commerce et de la finance au cours des 40 dernières années sous l’hégémonie des États-Unis est terminée. Cela affaiblit également la position hégémonique du capitalisme américain dans le monde. Il existe désormais une « fragmentation géopolitique » : la montée de blocs alternatifs tentant de rompre avec le bloc impérialiste dirigé par les États-Unis. L’invasion russe de l’Ukraine et le conflit imminent entre les États-Unis et la Chine à propos de Taiwan mettent en évidence cette fragmentation.

Nous sommes dans un monde d’incertitude et de négativité. Selon le dernier Rapport sur le développement humain de l'ONU, les peuples du monde sont plus pessimistes quant aux perspectives de l'humanité qu'à aucun autre moment de l'histoire moderne, remontant à avant la Première Guerre mondiale. Le rapport analyse les tendances linguistiques dans les livres au cours des 125 dernières années. Elle révèle une forte augmentation des expressions reflétant « des distorsions cognitives associées à la dépression et à d’autres formes de détresse mentale ».

Le monde est désormais confronté à des crises sur plusieurs fronts. Il existe la possibilité d’une dépression économique, dans laquelle les revenus réels stagneraient, voire chuteraient, parallèlement à une pauvreté mondiale croissante et à un creusement des inégalités. Il y a encore 3,65 milliards de personnes sous le seuil de pauvreté de 6,85 dollars par jour fixé par la Banque mondiale. Un récent sondage World Risk a révélé que 2,7 milliards de personnes pourraient subvenir à leurs besoins fondamentaux sans revenu pendant un mois ou moins, et que parmi ce nombre, 946 millions pourraient survivre pendant une semaine au maximum. L’objectif des Nations Unies visant à mettre fin à la pauvreté mondiale d’ici 2030 est un mirage.

Quant à l’égalité des richesses, le dernier rapport du Crédit Suisse sur la richesse personnelle mondiale montre qu’en 2022, 1 pour cent des adultes possédaient 44,5 pour cent de toute la richesse personnelle dans le monde, soit un peu plus qu’avant la pandémie. À l’autre extrémité de la pyramide des richesses, les 52,5 pour cent les plus pauvres de la population mondiale ne possédaient que 1,2 pour cent de toute la richesse personnelle.

Le plus effrayant encore est que le monde est loin d'être sur la bonne voie dans la lutte contre le changement climatique et se dirige toujours vers une augmentation des températures pouvant atteindre 2,6 degrés au-dessus des niveaux préindustriels d'ici la fin du siècle, selon la CNUCED dans son dernier rapport sur l'économie mondiale. . Les pays doivent réduire leurs émissions de gaz de 43 % d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2019 pour éviter les conséquences désastreuses d’une planète plus chaude. Mais cela n’arrive tout simplement pas.

Au lieu d’une coopération mondiale des gouvernements pour résoudre cette « polycrise », nous assistons à une multiplication des conflits entre les nations, tant économiques que militaires.

L’économie américaine pourrait stagner jusqu’en 2024, mais l’économie mondiale est dans une impasse.

Source: https://redflag.org.au/article/world-economy-2023-and-beyond

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire