Les Américains n’achètent pas la “hausse des prix de Poutine” — RT World News

0
131

Les Américains sont sous le choc de la flambée des prix de l’essence, des prix des denrées alimentaires et du prix des loyers – qui n’ont cessé d’augmenter depuis le début de la pandémie. Le président américain Joe Biden a choisi de blâmer le président russe Vladimir Poutine pour la situation, la qualifiant de « hausse des prix de Poutine » – mais les gens ne l’achètent pas.

En plus d’une inflation élevée, l’économie américaine risque de stagner car les consommateurs sont incapables de payer les coûts plus élevés de pratiquement tout, de l’essence aux produits alimentaires essentiels. La crise de la chaîne d’approvisionnement logistique et la pénurie de travailleurs des transports – des problèmes déjà graves exacerbés par les fermetures et les restrictions de mouvement de l’ère pandémique – n’ont pas arrangé les choses.

Biden, qui a couru sur la promesse pour “toujours choisir d’unir plutôt que de diviser” tente d’unir les Américains dans une cause commune contre la Russie, qu’il accuse d’être à l’origine de tous les problèmes des États-Unis – même ceux qui ont surgi bien avant le conflit en Ukraine et avant les sanctions de Biden contre l’économie russe.

Et il fait ça tout en condamnant les républicains et leurs “Ultra-MAGA” prévoir de “augmenter les impôts sur les familles de travailleurs.” Voilà pour l’unité.

Quelques jours après avoir annoncé les sanctions en mars pour soutenir l’Ukraine, Biden s’est vanté que “à la suite de nos sanctions sans précédent, le rouble a été presque immédiatement réduit en décombres”.

“L’économie russe est sur le point d’être réduite de moitié”, il a continué. “Elle était classée 11e plus grande économie du monde avant cette invasion – et bientôt, elle ne se classera même plus parmi les 20 premières.” La prédiction n’a pas bien vieilli, car le rouble a rapidement rebondi et vaut maintenant plus qu’avant même le conflit.




“En ce moment, l’Amérique se bat sur deux fronts”, a reconnu Biden lors d’une récente apparition. « Chez nous, c’est l’inflation et la hausse des prix. À l’étranger, cela aide les Ukrainiens à défendre leur démocratie et à nourrir ceux qui ont faim dans le monde.

Biden, qui insiste sur le fait que les problèmes de l’Ukraine appartiennent aux contribuables américains, s’est engagé à fournir à l’Ukraine un financement supplémentaire de 40 milliards de dollars, alors que les Américains moyens sont aux prises avec une pléthore de crises en cours qui les affectent plus directement que certains conflits sur un autre continent.

Malgré le jeu du blâme de Biden et ses efforts pour mener une guerre par procuration contre la Russie, les Américains n’achètent pas ses excuses. Un récent sondage mené par le Democracy Institute for Express.co.uk a révélé qu’environ 56% des électeurs probables désapprouvaient la gestion de la politique étrangère par le président, contre 40% qui approuvaient. Au sujet de l’Ukraine, seuls 38% approuvent la politique de Biden.

“Les Américains étaient très pro-sanctions au début, [but] ils ne sont pas aussi enclins aux sanctions qu’ils l’étaient », Patrick Basham, directeur de l’Institut de la démocratie, a déclaré à l’Express. “Biden a fait ces prédictions au départ – le rouble serait des décombres, nous allions faire s’effondrer l’économie russe, les gens vont se soulever, Poutine sera éliminé, les Russes fuiront l’Ukraine… [but] aucune de ces choses ne s’est produite.

En effet, Biden fait face à la désapprobation sur tous les fronts, et de nombreux Américains ne sont pas d’accord avec sa préoccupation pour l’Ukraine. Seuls 16 % des personnes interrogées percevaient la Russie comme la « menace » la plus importante pour les États-Unis, loin derrière la Chine, l’Iran et même la Corée du Nord.

Les politiques de Biden provoquent un contrecoup retentissant sur les démocrates, qui sondaient déjà mal pour leur soutien au mouvement «defund the police», à la réforme de la caution, à la théorie de la race critique et à d’autres problèmes nationaux qui ont exacerbé les divisions sociales aux États-Unis.


Les sanctions anti-russes déclencheront un nouvel ordre mondial – Medvedev

Environ 50% des personnes interrogées ont déclaré qu’elles soutiendraient les républicains à mi-mandat, contre 42% qui ont déclaré qu’elles voteraient pour les démocrates.

Après le retrait désastreux par Biden des forces américaines d’Afghanistan, qui a vu des milliards de dollars de matériel américain abandonné aux talibans et la mort de plus d’une douzaine de militaires, les Américains sont à juste titre cyniques quant à la capacité de Biden à prendre de bonnes décisions. Poutine était-il aussi derrière le retrait ?

Alors que les Américains sont aux prises avec des prix record du gaz, qui ont augmenté de plus de 50 % depuis l’arrivée au pouvoir de Biden, le président continue de réduire la capacité de production américaine en annulant les ventes de forage pétrolier en Alaska et dans le golfe du Mexique, ce qui aggrave encore la dépendance de l’Amérique au pétrole étranger. Blâmer la Russie pour celui-ci ne suffira pas.

Au rythme où va Biden, on pourrait se demander si Poutine le contrôle mentalement pour qu’il fasse tout son possible pour détruire l’économie américaine. On pourrait même dire que le président américain souffre du syndrome de dérèglement russe.

Avec tous les échecs qui s’accumulent, ce n’est qu’une question de temps avant qu’une «vague rouge» à la mi-mandat de novembre n’efface les politiques catastrophiques de l’administration Biden et ouvre la voie à un leader à la hauteur de la tâche, que ce soit Donald Trump, Ron DeSantis, ou n’importe qui d’autre.

Les déclarations, vues et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire