Les Canadiens méritent des soins de santé véritablement universels

0
342

Le système de santé universel du Canada a empêché de nombreuses personnes de mourir ou de faire faillite pendant la pandémie de COVID-19. Cependant, bien que les Canadiens aient accès aux services d’un médecin, le système de santé du pays n’inclut pas des services comme les médicaments sur ordonnance et les soins dentaires. Ces services sont généralement accessibles par le biais d’une assurance privée fondée sur l’emploi et de paiements directs. Par conséquent, de larges segments de la population canadienne n’ont pas accès à ces services essentiels.

Les récentes élections fédérales ayant abouti à un parlement minoritaire, les libéraux ont besoin du soutien des autres partis pour gouverner. Cela représente une excellente occasion pour le Nouveau Parti démocratique (NPD). En échange du soutien du NPD, le parti devrait exiger une expansion du système de santé dans le cadre de tout plan de relance post-pandémie.

Au Canada, les coûts prohibitifs signifient qu’une ordonnance sur dix n’est pas exécutée. Beaucoup plus de patients tentent de couper leurs pilules en deux pour la même raison. Cela s’explique par le fait que le Canada est le seul pays membre de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) à offrir des soins de santé universels qui n’incluent pas la couverture des médicaments d’ordonnance.

Par conséquent, après avoir utilisé les services médicaux universels du pays, de nombreux Canadiens sont incapables de suivre le traitement conseillé en raison du coût des médicaments. Lorsque les gens ne prennent pas leurs médicaments, leur santé se détériore et beaucoup se retrouvent dans une salle d’urgence ayant besoin de soins pour des maladies facilement évitables. D’après les calculs du gouvernement, ces coûts d’arrière-plan accablent le système de plus d’un milliard de dollars de dépenses de santé supplémentaires chaque année.

Les Canadiens dépensent le troisième montant le plus élevé par habitant au monde en médicaments d’ordonnance. Ce n’est que par rapport au coût des produits pharmaceutiques aux États-Unis que les prix des médicaments au Canada pourraient sembler raisonnables. Comparés au reste des pays du Nord, les coûts des médicaments au Canada sont scandaleux. Les estimations montrent qu’un régime universel d’assurance-médicaments améliorerait non seulement la santé des Canadiens, mais réduirait également les dépenses en médicaments d’ordonnance de plus de 4 milliards de dollars par année en raison de la possibilité d’acheter en gros et d’utiliser des médicaments génériques.

Les soins dentaires sont également exclus du système de santé universel du Canada. Un Canadien sur trois n’a pas d’assurance dentaire et plus d’un sur cinq évite le dentiste chaque année en raison de contraintes financières. Sans accès aux soins dentaires, les gens se privent de services préventifs et d’interventions précoces, laissant de petits problèmes s’envenimer jusqu’à ce que la douleur et l’infection surviennent.

Le manque d’accès aux soins dentaires entraîne une mauvaise santé bucco-dentaire, dont les conséquences s’étendent au-delà de la bouche. Une mauvaise santé bucco-dentaire a été associée aux problèmes de santé suivants : maladies cardiovasculaires, diabète, naissance d’un nourrisson de faible poids, pneumonie par aspiration, dysfonction érectile, ostéoporose, syndrome métabolique et accident vasculaire cérébral. Avoir des dents manquantes ou une carie visible peut affecter l’employabilité, exacerbant davantage le cycle de la pauvreté pour ceux qui n’ont pas accès aux soins.

La douleur d’un mal de dents est atroce. En tant que dentiste, j’ai vu d’innombrables personnes qui ont essayé d’extraire leurs propres dents. Laisser les infections dentaires ne pas être traitées peut devenir fatal lorsqu’elles se propagent au cerveau ou compriment les voies respiratoires. Une personne de la Première nation Sioux est décédée récemment des complications d’une infection dentaire.

Les visites aux urgences pour des douleurs dentaires coûtent plus de 150 millions de dollars par an, alors que les gens ont toujours besoin d’un traitement par un dentiste. Les visites aux urgences sont également effectuées par des personnes qui ne peuvent pas remplir leur ordonnance ou qui ne peuvent pas accéder aux services de santé mentale. Il existe de meilleurs endroits que le service des urgences pour traiter ces personnes, et bon nombre de ces urgences ne se produiraient pas si les gens avaient un accès approprié en premier lieu.

Comparativement à d’autres pays, les gouvernements provinciaux et fédéral au Canada sont particulièrement mauvais pour aider ceux qui n’ont pas accès aux soins dentaires. Les dépenses du gouvernement canadien ne représentent que 5 % des dépenses dentaires – ce qui est encore plus bas qu’aux États-Unis, qui en dépensent 10 % – et bien derrière les 46 % du Royaume-Uni et les 75 % du Japon.

Étant donné que les Canadiens dépendent principalement de l’assurance liée au travail et des paiements directs pour accéder à ces services, les ralentissements financiers font en sorte que les gens perdent l’accès aux soins. Pendant la pandémie de COVID-19, des millions de Canadiens se sont retrouvés au chômage et ont perdu leurs prestations liées au travail ainsi que le revenu disponible pour payer ces services. Cette histoire très récente illustre la précarité de l’assurance maladie liée au travail.

L’accès aux prestations liées au travail s’est détérioré pendant des années – ils s’aggravaient bien avant la pandémie. De nombreuses personnes âgées prennent leur retraite et perdent leurs prestations liées au travail. Le nombre croissant de travailleurs dans l’économie des petits boulots précaire, qui ne fournit pas d’avantages, augmente également le nombre de personnes sans accès aux soins de santé.

Le résultat de l’impossibilité pour des millions de Canadiens d’accéder aux services médicaux nécessaires est un pays en moins bonne santé. Par conséquent, une pression excessive est exercée sur le système de soins de santé existant. La pandémie de COVID-19 et les ralentissements financiers qui en découlent n’ont fait qu’exacerber ce problème. Et, bien sûr, c’est exactement à ce moment-là que le système de santé a été le plus nécessaire.

Un rapport du début de cette année a révélé que le Canada avait le pire bilan parmi les pays riches pour les décès dus au COVID-19 dans les établissements de soins de longue durée (SLD). Cela a eu pour résultat que des centaines de milliers de personnes âgées se sont retrouvées dans des unités de soins intensifs. Le problème a été exacerbé par les mauvaises performances des établissements de SLD privés — les taux de mortalité dans les établissements de SLD à but lucratif étaient plusieurs fois plus élevés que leurs homologues à but non lucratif.

Les efforts de réduction des coûts des établissements de SLD privés ont entraîné un manque de personnel, un EPI insuffisant et plusieurs résidents entassés dans de petites pièces. L’avarice des SLD a entraîné la mort de milliers de personnes et a pesé sur un système de santé déjà stressé. Le Canada doit mettre tous ses SLD sous contrôle public.

Il n’y a pas eu de meilleures occasions d’élargir le système de soins de santé universel du Canada qu’aujourd’hui. Dans les années 1960, les soins de santé universels ont été atteints lors de parlements minoritaires libéraux consécutifs soutenus par le NPD. Les élections fédérales de 2019 et 2021 ayant donné des résultats similaires, le NPD est en très bonne position pour pousser les libéraux à étendre le système de santé. Une nouvelle Loi canadienne sur la santé peut être créée qui décrit les critères que les provinces doivent respecter pour être admissibles aux paiements de transfert nécessaires pour financer les nouveaux programmes. C’est simplement une question de volonté politique.

En 1964, la Commission royale sur les services de santé a déclaré qu’un régime d’assurance-maladie universel pour les services des médecins devrait être mis en place immédiatement, mais que des services supplémentaires pourraient être inclus à une date ultérieure. Aujourd’hui, plus d’un demi-siècle plus tard, ces services supplémentaires sont attendus depuis longtemps.

L’expansion des soins de santé universels au Canada pour inclure les soins dentaires, les médicaments sur ordonnance, les soins de longue durée, la vision, l’audition et la santé mentale améliorerait la santé de la population et libérerait des ressources au sein de notre système de santé actuel. Les systèmes de soins de santé universels ont tendance à coûter moins cher que les systèmes privés à l’américaine, tout en obtenant de meilleurs résultats. Pour citer Emmett Hall, le chef de la Commission royale sur les services de santé de 1964 : « La seule chose qui coûte plus cher que de bons soins de santé, c’est l’absence de soins de santé. »



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire