Les cas de monkeypox ne sont que la pointe de l’iceberg – OMS – News 24

0
47

L’agence mondiale de la santé prévient que de nombreux autres cas de virus n’ont pas encore été diagnostiqués

Les centaines de cas de monkeypox qui ont été diagnostiqués au cours du mois dernier à travers l’Europe, l’Amérique du Nord et du Sud, Israël, les Émirats arabes unis et l’Australie pourraient n’être que “le sommet de l’iceberg», a prévenu vendredi Sylvie Briand, responsable de la préparation et de la prévention des épidémies et des pandémies à l’OMS, lors d’un point de presse.




Briand a suggéré qu’il pourrait y avoir «beaucoup plus de cas non détectés dans les communautés», car le monkeypox ne se présente pas immédiatement avec des symptômes définitifs. Les personnes infectées se plaignent initialement d’affections pseudo-grippales telles que de la fièvre, des douleurs musculaires et des ganglions lymphatiques enflés avant que l’éruption révélatrice de la varicelle n’apparaisse sur le visage et le corps. Bien qu’il n’existe aucun remède connu contre le virus, il régresse généralement en deux à quatre semaines.

Bien qu’il ait déclaré que “nous savons que nous aurons plus de cas dans les prochains jours», Briand a découragé les gens de paniquer, insistant sur «ce n’est pas une maladie dont le grand public devrait s’inquiéter. Ce n’est pas Covid ou d’autres maladies qui se propagent rapidement.Alors que l’OMS cherche toujours à déterminer l’origine exacte de la récente épidémie de monkeypox, rien n’indique que le virus qui en est responsable ait muté ou soit devenu plus dangereux.

L’agence a convoqué une réunion d’urgence la semaine dernière pour discuter de l’épidémie, qui a commencé plus tôt ce mois-ci, probablement au Royaume-Uni parmi des personnes qui s’étaient rendues au Nigeria. La maladie est endémique en Afrique occidentale et centrale, bien que sa présence en dehors du continent soit considérée comme rare.

La responsable de l’OMS, Maria van Kerkhove, a confirmé que la majorité des cas détectés en dehors de l’Afrique ont été trouvés chez des hommes ayant des contacts sexuels avec des hommes, et les premiers rapports sur les épidémies en Belgique et en Espagne avaient des liens avec de grands festivals de fétichisme gay dans ces pays. L’application de rencontres gay Grindr a publié un message à ses utilisateurs européens et britanniques plus tôt cette semaine les alertant de l’épidémie et les encourageant à se faire soigner s’ils présentaient des symptômes.

LIRE LA SUITE:
Première quarantaine de monkeypox ordonnée dans l’UE

Selon l’OMS, plus de 200 cas ont été diagnostiqués dans 20 pays à travers le monde, la majorité d’entre eux se trouvant au Royaume-Uni. La Belgique est devenue la semaine dernière le seul pays à déclarer une quarantaine obligatoire de 21 jours pour les personnes infectées. Le responsable européen de l’OMS, Hans Kluge, s’est dit préoccupé par le fait que la maladie pourrait se propager rapidement au cours de la saison des festivals d’été, étant donné la nature sexuellement transmissible de la plupart des cas confirmés.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire