Les causes profondes et la défaite du groupe État islamique

0
126

Fin janvier, des combattants du groupe État islamique (EI) ont lancé une attaque audacieuse contre la prison d’al-Sinaa, juste à l’extérieur de Hasaka, dans le nord-est de la Syrie. Des centaines d’assaillants de l’EI ont été tués avant que les Forces démocratiques syriennes (SDF) dirigées par les Kurdes, soutenues par l’armée américaine, ne reprennent le contrôle de l’installation. Cependant, des centaines d’autres – dont un grand nombre de prisonniers de l’EI – se seraient échappés dans les régions frontalières désolées entre la Syrie et l’Irak. Quelques jours plus tard, le président américain Joe Biden a annoncé que les forces américaines avaient réussi à tuer le chef de l’EI Abu Ibrahim al-Hashimi al-Qurayshi dans sa maison sécurisée à l’extérieur de la ville d’Atmeh, à 250 miles à l’ouest de Hasaka le long de la frontière syro-turque.

La couverture médiatique et l’analyse rapide qui suit inévitablement de tels événements ont eu du mal à présenter un récit cohérent. L’attaque effrontée de la prison a-t-elle signalé la résurgence de l’EI ? La mort d’al-Qurayshi a-t-elle été un coup dur pour un groupe affaibli par des pertes, la dernière d’une série de défaites qui ont affaibli la direction d’un réseau extrémiste fracturé quoique toujours meurtrier ? Ou l’EI se transformerait-il, se regrouperait-il et poursuivrait-il sa campagne impitoyable pour reprendre le contrôle des territoires qu’il avait perdus avec la défaite finale de son califat en 2019 ?

La réponse à ces questions pourrait bien être tout ce qui précède. Pourtant, en nous concentrant sur ce que ces deux événements nous disent sur l’EI, nous devrions également nous demander ce qu’ils nous disent sur la politique américaine en Syrie et si cela fonctionne. Depuis au moins 2015, les États-Unis ont pris leurs distances avec ce que l’on pourrait appeler une stratégie globale ou à double voie en Syrie – une politique qui comprenait une pression militaire sur le régime d’Assad, parallèlement à de vigoureux efforts de lutte contre le terrorisme. Au lieu de cela, il est passé à une stratégie antiterroriste à voie unique, retirant son soutien militaire aux opposants au régime et réduisant son rôle pour se concentrer sur la bataille contre le groupe État islamique.

Ce changement en Syrie est un élément caractéristique du recalibrage plus large de la politique étrangère américaine loin des efforts ratés de construction de la nation et vers des objectifs limités et plus clairement définis que l’administration présente comme plus réalisables et réalistes. Dans une interview en janvier, Brett McGurk, coordinateur Moyen-Orient au Conseil de sécurité nationale, a souligné ce changement. Dans le passé, a-t-il dit, les États-Unis avaient poursuivi des objectifs maximalistes au Moyen-Orient qui étaient inaccessibles, de la transformation régionale à la démocratisation en passant par le changement de régime. Sous l’administration Biden, les États-Unis “aligneraient les fins et les moyens”, limitant leurs horizons aux défis immédiats hérités de leurs prédécesseurs, y compris le travail de contre-terrorisme en cours mené par la Coalition mondiale pour vaincre l’Etat islamique.

Enveloppée dans la langue vernaculaire du raisonnable, du réalisme et de la poursuite du réalisable, l’approche de l’administration a beaucoup à admirer. McGurk n’a pas tort de souligner les dangers des promesses excessives et des sous-performances ; les coûts de l’orgueil américain ont été élevés à la fois dans le pays et, dans une mesure encore plus grande, à l’étranger. Pourtant, la brèche de la prison d’al-Sinaa et la mort d’al-Qurayshi sont des indicateurs troublants que Washington a trop calibré en réduisant ses objectifs en Syrie pour soutenir les opérations de contre-terrorisme.

Il n’y a guère de doute sur la létalité des forces américaines en Syrie ou sur leur capacité à réussir des opérations à haut risque comme la frappe contre al-Qurayshi. Que ces capacités soient suffisantes pour remporter une victoire décisive sur l’EI, et encore moins pour stabiliser l’est de la Syrie et créer les conditions dans lesquelles les forces américaines ne seront plus nécessaires, est une tout autre affaire. Pour ce faire, les États-Unis devront regarder au-delà de la simple dégradation des capacités militaires de l’EI et s’engager plus directement à s’attaquer aux sources de la résilience de l’EI. Celles-ci incluent mais vont bien au-delà des conditions qui ont permis à l’EI de se reconfigurer après 2019 en un réseau décentralisé, dispersé et non hiérarchique, capable d’exploiter ce que les chercheurs appellent des zones d’État limité et de soutenir sa campagne pour rétablir son autorité.

L’est de la Syrie présente un environnement particulièrement bien adapté à un acteur non étatique flexible et adaptable comme l’EI. Il s’agit d’un espace politique intensément disputé dans lequel de multiples acteurs étatiques et non étatiques se disputent l’influence, où les rivalités et les antagonismes régionaux et locaux alimentent les clivages tribaux, ethniques, sectaires et générationnels transversaux que ces acteurs peuvent exploiter, et où les relations économiques et sociales de longue date les griefs sont amplifiés par des efforts inégaux et inadéquats pour répondre au traumatisme et à la destruction que le règne de l’EI et une décennie de conflit civil ont créés.

Au milieu de ce maelström politique, les États-Unis se sont alignés sur un acteur non étatique, le SDF. Cette alliance de forces est contrôlée par les Unités de protection du peuple kurde (YPG), les combattants kurdes constituant la majorité de ses membres. Choisir de travailler « par, avec et à travers » les FDS est logique du point de vue de la lutte contre le terrorisme. Les forces kurdes ont été très efficaces dans la bataille contre l’EI. Le SDF est cependant un choix problématique, lorsqu’il s’agit d’autres aspects de la lutte plus large pour vaincre l’EI.

Sous les auspices des États-Unis, le SDF est devenu l’autorité gouvernante de facto, le « principal courtier du pouvoir », sur les zones à majorité arabe qui rejettent largement sa légitimité et considèrent sa gouvernance comme arbitraire, abusive et discriminatoire. Il est considéré par la Turquie comme une branche armée du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), une organisation terroriste désignée, et est régulièrement pris pour cible par les forces turques et leurs affiliés non étatiques syriens qui opèrent dans les zones occupées par la Turquie du nord de la Syrie. En externalisant la gouvernance locale au SDF, les États-Unis contribuent aux conditions dans lesquelles les revendications locales prospèrent. Il a favorisé un environnement de ressentiment dans lequel l’EI, ainsi que de nombreux autres acteurs, dont la Turquie, le régime d’Assad, la Russie et l’Iran, peuvent activement rivaliser pour cultiver des alliés locaux mécontents et étendre leur influence au sein des communautés arabes. Les réseaux tribaux denses qui s’étendent à travers l’est de la Syrie et au-delà ont été une cible particulière de ces efforts, y compris par l’EI qui exploite le mécontentement des Arabes pour attirer de nouvelles recrues dans ses rangs.

Un grave manque de ressources pour soutenir les alternatives locales à l’EI entrave davantage les efforts visant à affaiblir son attrait. Le financement américain des efforts de stabilisation locaux, interrompu sous l’administration Trump, a été renouvelé sous Biden mais reste terriblement insuffisant. Les programmes d’assistance civile destinés à renforcer les alternatives aux FDS dans les communautés arabes, à intégrer les chefs tribaux et à améliorer la gouvernance locale ont eu du mal à rivaliser non seulement avec l’EI, mais aussi avec les efforts plus robustes du régime Assad, de l’Iran et de la Russie.

De plus, pour éviter l’impression d’aller trop loin ou l’accusation que les États-Unis sont à nouveau embarqués dans un projet d’édification de la nation, la programmation de la stabilisation a été rationalisée. Il répond à une gamme limitée de besoins immédiats, plutôt qu’aux défis à plus long terme de réparation sociale, de gouvernance et d’inclusion politique qui ne devraient pas être gérés par le SDF.

Ce que la politique américaine a donc produit, c’est un environnement dans lequel l’efficacité à long terme de ses objectifs limités de lutte contre le terrorisme est minée par les limites de sa focalisation à court terme sur la lutte contre le terrorisme.

Pour surmonter ces limites, reconnaître qu’il ne sera pas possible de vaincre l’EI sans atténuer les conditions qui le nourrissent, il n’est pas nécessaire et ne devrait pas ramener les États-Unis dans les stratégies erronées qui ont été essayées et échouées en Afghanistan et en Irak. À leur place, les États-Unis doivent étayer leur stratégie antiterroriste par une politique qui vise à créer une “gouvernance suffisamment bonne” sur le terrain dans l’est de la Syrie et met l’accent sur le “renforcement de la gouvernance” plutôt que sur le renforcement de l’État, grâce à des efforts qui autonomisent les acteurs véritablement locaux. légitime.

Ce passage à une stratégie des « causes profondes » axée sur la gouvernance en Syrie serait cohérent avec la façon dont l’administration Biden a abordé d’autres défis de politique étrangère. En juin 2021, il a publié une «stratégie des causes profondes» pour répondre à la crise migratoire à la frontière sud. Selon la Maison Blanche, la stratégie « identifie, hiérarchise et coordonne les actions visant à améliorer la sécurité, la gouvernance, les droits de l’homme et les conditions économiques » en Amérique centrale. Une approche similaire, adaptée pour refléter le terrain complexe de l’est de la Syrie, offrirait un point de départ utile pour aller au-delà d’une politique antiterroriste qui, à elle seule, a peu de chances de parvenir à la défaite durable du groupe État islamique.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire