Les craintes d’un gouvernement Marcos courtisant la Chine sont exagérées – The Diplomat

0
51

L’affirmation croissante de la Chine dans les domaines militaire, économique et diplomatique a suscité l’inquiétude de ses voisins. Une attention particulière s’est portée sur les formes coercitives d’influence chinoise allant des tactiques de la «zone grise» et des campagnes de désinformation à la pression économique. En plus de brandir des bâtons, cependant, la Chine s’est également appuyée sur la carotte, intensifiant la diplomatie publique et les efforts de financement du développement en Asie du Sud-Est ces dernières années.

Avec Ferdinand “Bongbong” Marcos remportant une victoire écrasante aux élections nationales philippines de 2022, certains Philippins craignent que Marcos ne cherche à se rapprocher de Pékin. Comme le président Rodrigo Duterte, Marcos pourrait continuer à courtiser les entreprises et les investissements chinois aux Philippines. Cependant, nos recherches suggèrent que les efforts de diplomatie économique et publique chinoise aux Philippines ont jusqu’à présent été négligeables.

Efforts de diplomatie publique chinoise aux Philippines

Par rapport aux administrations précédentes, la présidence Duterte a vu la Chine entreprendre des efforts de diplomatie publique plus proactifs sur divers fronts. Par exemple, les principaux organes d’information imprimés ont diffusé des articles produits par les médias d’État chinois, tandis que les réseaux de radio et de télévision appartenant au gouvernement du pays ont consacré de l’espace au contenu chinois.

La Chine a également augmenté le nombre de bourses accordées aux Philippins pour étudier à l’étranger dans le cadre de la bourse du gouvernement chinois (CGS) et du programme de bourses des ambassadeurs chinois. Les récipiendaires du CGS sont passés de seulement sept lauréats en 2013 à 80 en 2019, tandis que le nombre de bénéficiaires du CAS a doublé entre 2017 et 2020. La diplomatie culturelle par le biais des instituts Confucius aux Philippines s’est également intensifiée lorsque les instituts ont commencé à offrir des programmes de formation au personnel gouvernemental à travers diverses agences. En bref, sous le gouvernement Duterte, les Philippines ont connu une plus grande institutionnalisation des efforts de diplomatie publique chinoise.

Vous aimez cet article ? Cliquez ici pour vous inscrire pour un accès complet. Juste 5 $ par mois.

Limites à l’influence chinoise

Malgré une légère hausse de la diplomatie publique chinoise, les Philippins ordinaires n’ont pas exactement adopté l’offensive de charme de la Chine. Même sous la direction pro-chinoise de Duterte, les efforts de diplomatie publique de Pékin n’ont pas eu l’effet escompté. Les sondages d’opinion publique indiquent que la majorité des Philippins ne sont pas d’accord sur le fait que les intentions de la Chine sont bénignes envers les Philippins. En 2020, près de deux fois plus de Philippins (80 %) avaient une impression favorable des États-Unis par rapport à une opinion favorable de la Chine (42 %).

La diplomatie financière chinoise, les grands projets d’infrastructure et la présence accrue des médias ont été sapés par les propres actions coercitives et prédatrices de Pékin aux Philippines. Les revendications de souveraineté de la Chine et les fréquentes incursions de navires de pêche militaires et commerciaux dans les zones revendiquées par les Philippines en mer de Chine méridionale ont conduit à plusieurs manifestations anti-chinoises. Le changement de nom des eaux de la zone économique exclusive des Philippines de la mer de Chine méridionale à la mer des Philippines occidentales en 2012 était en soi une réponse nationaliste directe aux revendications chinoises sur Scarborough Shoal.

En plus des revendications maritimes chinoises, les entreprises chinoises de jeux en ligne aux Philippines ont généré des «exclusions économiques et sociales» qui alimentent également le sentiment anti-chinois. Avant la pandémie, la prolifération des entreprises chinoises de jeux en ligne aux Philippines avait entraîné un afflux de travailleurs chinois, entraînant une hausse des prix de l’immobilier et la perte de logements pour les locataires philippins qui ne pouvaient pas se permettre un loyer plus élevé.

Les projets d’infrastructure coûteux financés par la Chine, tels que le projet de barrage de Kaliwa, ont également suscité beaucoup de scepticisme de la part du public philippin. Des inquiétudes concernant les « pièges de la dette » chinois dans d’autres pays ont également émergé aux Philippines. Ainsi, plutôt que de renforcer les attitudes des Philippins envers la Chine, la diplomatie publique chinoise et les opérations d’influence ne se sont globalement pas traduites par un renforcement des liens stratégiques sino-philippins.

La politique étrangère sous Bongbong

Marcos a devancé son principal rival, la vice-présidente Leni Robredo, à deux chiffres dans les sondages précédant les élections. Bien que la présidence de Marcos suscite de réelles inquiétudes – par exemple des questions sur ses qualifications pour diriger, des allégations de corruption et le recours de sa campagne à la désinformation – les craintes que les Philippines ne courtisent les Chinois sous un éventuel gouvernement Marcos doivent être nuancées.

Premièrement, même si Marcos engageait activement Pékin, comme le suggèrent nos recherches, les Philippines ne deviendraient pas nécessairement plus sensibles à l’influence chinoise. Les Forces armées des Philippines (AFP) et l’establishment de la sécurité nationale restent prudents, voire critiques à l’égard de Pékin. De plus, les Philippins ordinaires ou les temps, le noyau dur de Marcos, continuent de se méfier largement de la Chine. Le public philippin étant las des lacunes de la politique étrangère de l’administration actuelle et compte tenu d’une opposition de plus en plus virulente critique de la présence envahissante de la Chine, Marcos risquerait d’éroder son soutien populaire s’il continuait simplement l’héritage raté de Duterte.

Deuxièmement, Marcos n’a pas encore présenté de programme de politique étrangère clair. Contrairement à Duterte, qui a ouvertement exprimé son mépris personnel pour les États-Unis et son admiration pour Xi Jinping au début de la campagne de 2016, Marcos a simplement reconnu, quoique dans de très rares cas, l’importance de l’alliance philippine-américaine et du partenariat renouvelé du pays avec Chine. Cela pourrait être une indication que Marcos ne mettra probablement pas en péril l’alliance de la même manière que Duterte l’a fait. Mais il est également à noter que Marcos a été fortement critiqué pour le manque de plates-formes claires par rapport aux autres candidats à la présidentielle.

Le flou politique de Marcos à ce stade pourrait être l’occasion pour le public philippin de façonner de manière proactive l’orientation de la politique étrangère philippine. Semblable à d’autres pays de l’ASEAN, Marcos peut opter pour un terrain d’entente, se penchant stratégiquement vers Washington, mais économiquement vers Pékin.

Vous aimez cet article ? Cliquez ici pour vous inscrire pour un accès complet. Juste 5 $ par mois.

Troisièmement, les problèmes intérieurs, notamment la reprise économique des Philippines après la pandémie, resteront la priorité absolue du nouveau gouvernement philippin. L’approfondissement des relations économiques avec la Chine pourrait faire partie de la solution, mais le nouveau gouvernement devra travailler largement avec d’autres acteurs régionaux, y compris les États-Unis et les organisations occidentales d’aide et de développement, pour stimuler la croissance économique tout en luttant contre la pandémie. De nombreux étudiants aux Philippines continuent de fréquenter des écoles en ligne (ou pas du tout) plus de deux ans après le début de la pandémie, créant une crise imminente du capital humain.

Marcos a déclaré que sa vision de la politique étrangère n’est ni pro-américaine ni pro-chinoise, mais représente plutôt une position pro-philippine. Cela peut être une cause de consternation à Washington car Marcos semble disposé à entretenir des relations amicales avec Pékin, même si cela signifie saper la position stratégique de Manille dans la mer de Chine méridionale ou ignorer la corruption alimentée en partie par les investissements chinois. Cependant, la crainte que les Philippines ne tombent complètement sous la sphère d’influence de Pékin sous Marcos est difficile à justifier. L’institutionnalisation de l’alliance philippine-américaine, en particulier parmi les forces armées des Philippines et l’establishment de la sécurité nationale, et le nationalisme philippin robuste agissent comme des tampons contre l’influence chinoise et empêcheront Marcos de dériver profondément dans l’orbite de Pékin.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire