Les danseurs du Super Bowl doivent être payés

0
261

L’Amérique aime le football, mais nous aimerons peut-être encore plus le spectacle de la mi-temps du Super Bowl. En 2020, par exemple, la composante football du Super Bowl a attiré 102 millions de téléspectateurs, mais 104 millions de personnes ont regardé l’émission de mi-temps, qui cette année-là mettait en vedette J.Lo et Shakira.

Le Super Bowl est de loin le plus grand événement publicitaire télévisé de l’année, et le spectacle de la mi-temps suscite l’excitation des semaines à l’avance. Cette année n’a pas fait exception, avec un énorme buzz autour des artistes attendus Eminem, Dr. Dre, Snoop Dogg, Kendrick Lamar et Mary J. Blige.

Mais les stars seules ne font pas un superbe spectacle à la mi-temps. Il faut des centaines de danseurs pour transformer l’événement en une extravagance compliquée, captivante, hashtaggée et largement discutée d’une performance qui aide le Super Bowl à atteindre 482 millions de dollars de ventes publicitaires. (Sans parler des revenus massifs des billets du Super Bowl : la NFL ne publie pas cela, mais le Temps de Los Angeles rapporte que le billet le moins cher pour le match Rams contre Bengals de ce soir est de 5 663 $ et que le prix moyen du billet est de 10 540 $.) Et cette année, malgré l’incroyable somme d’argent générée à la fois par le match et le spectacle de la mi-temps, ces danseurs ont révélé quelques exploitation grotesque.

La situation reflète celle de nombreuses industries créatives, où la main-d’œuvre est extraite de jeunes talentueux et ambitieux qui sont censés accepter avec joie «l’expérience» et «l’exposition» au lieu d’une rémunération équitable. Comme tous les artistes, les danseurs du Super Bowl méritent mieux.

Le spectacle de cette année mettra en vedette 115 danseurs membres du syndicat SAG-AFTRA, rémunérés et reconnus comme professionnels. Mais quatre cents autres danseurs moins fortunés sont également de la partie. Fin janvier, certains de ce dernier groupe de danseurs ont révélé sur les réseaux sociaux qu’ils avaient reçu un DM les invitant à “faire du bénévolat gratuitement” au spectacle, et que le spectacle recherchait “des déménageurs à prédominance afro-américaine”.

Un programme de répétition étendu a été exigé des volontaires, avec huit jours de pratique et de répétitions allant jusqu’à neuf heures la semaine du spectacle. Les danseurs qui avaient participé aux précédents spectacles de mi-temps du Super Bowl ont déclaré que c’était typique. Une stricte confidentialité est exigée de ces volontaires, et aucun média social sur les répétitions ou le spectacle n’est autorisé, ce qui soulève la question de savoir comment les volontaires sont censés bénéficier de cette “exposition”.

Roc Nation, la société de production responsable du spectacle de la mi-temps – ainsi que la chorégraphe en chef, Fatima Robinson – ont insisté sur le fait que les danseurs «professionnels» du spectacle de la mi-temps seraient payés, qu’ils ne recherchaient que des volontaires pour le «casting sur le terrain» et que ces volontaires ne seraient pas “demandés d’apprendre la chorégraphie”.

Ces défenses dissimulées étaient de pures bêtises de boss. De nombreux danseurs professionnels avaient reçu cette offre de volontariat. Aussi bien, le Temps de Los Angeles et d’autres ont rapporté que des danseurs non rémunérés travaillaient côte à côte avec des professionnels lors du spectacle de la mi-temps de l’année dernière, et les danseurs ont déclaré que les bénévoles de la distribution sur le terrain étaient fréquemment invités à exécuter des chorégraphies et des mouvements de danse.

Taja Riley, une danseuse professionnelle qui a fait partie des émissions de mi-temps du Super Bowl de Janet Jackson et Beyoncé, a publié une publication sur Instagram accompagnée d’une vidéo d’elle-même chantant “Je ne travaille pas gratuitement”, en joignant un clip satirique d’un artiste essayant pour payer une paire de pantalons en utilisant «l’exposition» comme monnaie. Soulignant que le Super Bowl était l’événement télévisé le plus rentable de l’année, Riley et d’autres danseurs se sont alors lancés dans une campagne de pression qui a attiré une large couverture médiatique, y compris de la part des New York Times et le Temps de Los Angeles.

Le fait que les chorégraphes de l’émission recherchaient spécifiquement des danseurs noirs pour travailler gratuitement semblait particulièrement scandaleux pour beaucoup, à une époque où l’on s’adressait du bout des lèvres à #BlackLivesMatter dans les mondes de l’entreprise et de la création. Mais ce qui dérangeait le plus, ce sont les énormes profits réalisés au détriment de personnes dévouées et travailleuses, et l’arnaque de travailler gratuitement.

La cible de la campagne n’était pas seulement le Super Bowl et la société de production, mais aussi le syndicat concerné, SAG-AFTRA (Screen Actors Guild – American Federation of Television and Radio Artists), qui, selon Riley et d’autres, avait été complice des danseurs bénévoles. ‘ en omettant d’insister pour que tous ceux qui travaillent sur l’émission soient rémunérés équitablement. En réponse, SAG-AFTRA a annoncé fin janvier qu’il avait conclu un accord avec Roc Nation selon lequel aucun danseur professionnel ne serait invité à travailler gratuitement sur le spectacle de mi-temps, et que le syndicat conseillerait à ses membres de ne pas répéter ou jouer pour le Super Bowl sans compensation.

Pour Riley et de nombreux membres de la communauté de la danse, ce n’était pas assez bon; ils pensaient, à juste titre, qu’on ne devrait demander à personne de travailler gratuitement pour une entreprise aussi massivement rentable que le Super Bowl.

Après un nouveau tollé public et une frénésie médiatique continue, Roc Nation a annoncé ce mois-ci que les quatre cents “volontaires” seraient payés 15 dollars de l’heure pour leur travail à la mi-temps. C’est une victoire, car le salaire minimum, c’est mieux que rien. Mais Riley et d’autres pensent que c’est encore insuffisant, étant donné les profits énormes en jeu et le travail requis des danseurs. Riley reste sceptique, sur la base de son expérience, qu’il y ait une grande différence entre le travail des «acteurs de terrain» et celui des danseurs «professionnels»; la Temps de Los Angeles rapporte que l’année dernière, les « danseurs professionnels » ont reçu 712 $ pour le spectacle et 45 $ de l’heure pour les répétitions.

Les danseurs comprennent bien cette situation. Dans tous les domaines créatifs – journalisme, art, musées, musique – l’exploitation de personnes ambitieuses et talentueuses est courante, et les patrons utilisent le désir d’exposition et d’expérience des travailleurs pour leur soutirer de la main-d’œuvre gratuite. Considérez l’existence continue de stages non rémunérés dans ces industries – des magazines littéraires qui ne paient rien aux écrivains et de nombreuses autres «opportunités de bénévolat». C’est une chose de faire de l’art qui ne deviendra peut-être jamais rentable pour le plaisir. Mais le spectacle de la mi-temps du Super Bowl, bien qu’il exploite tant d’inspiration et de désir, est l’un des événements sportifs les plus rentables au monde. Son exploitation annuelle honteuse de centaines de danseurs montre à quel point les capitalistes traitent cyniquement le travail artistique.

En plus de gagner 15 $ de l’heure pour le casting sur le terrain, Taja Riley et ses collègues danseurs ont également porté un coup à la culture pernicieuse du volontarisme dans l’industrie culturelle. Ils ont raison de continuer à exiger une meilleure offre.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire