Les défenseurs d’Israël financent un nouvel effort pour vaincre les socialistes à New York

0
76

Une nouvelle organisation a été lancée pour faire avancer la politique pro-israélienne à New York, le Fois a rapporté, expliquant que le groupe se considère comme un « contrepoids au mouvement de boycott, de désinvestissement et de sanctions (BDS) et aux socialistes démocrates d’Amérique ». [DSA].”

Alors que nous préférerions que nos ennemis abandonnent la politique pour de bon, ce genre de désespoir de la droite mondiale et locale – qui tenait pour acquise la popularité du sionisme dans la politique new-yorkaise – est probablement un signe positif. La création du New York Solidarity Network (NYSN) nous montre que la droite israélienne est profondément effrayée par la montée du NYC-DSA, et plus encore par la volonté de la jeune gauche de critiquer le régime d’apartheid d’Israël et le traitement horrifiant des Palestiniens. La solidarité avec les Palestiniens est particulièrement en hausse chez les jeunes juifs américains, au grand désarroi des propagandistes israéliens. Après avoir considéré New York comme un terrain sioniste solidement ami pendant des années, ceux qui exigent un soutien non critique pour Israël voient maintenant que les choses changent.

En d’autres termes, le lancement du NYSN témoigne des récents succès de la gauche.

Le New York Solidarity Network rejoint une longue liste de groupes de droite financés par des milliardaires qui ne mettent pas leur cause impopulaire dans leur nom (par exemple, l’Institut libertaire d’études humaines ne s’appelle pas Campaign to Make Your Life More Nasty, brutal et court). En fait, à part le Fois histoire, qui a fourni des porte-parole enthousiastes, ils ne publient pas beaucoup d’informations du tout. Nous en saurons plus lorsque la liste de leur conseil d’administration sera publique. Actuellement, dans une stratégie de communication particulière, le groupe a semblé permettre au grand New York Times article sur le groupe à sortir avant que leur site ne soit terminé (sur le site, à l’heure où j’écris, seul le bouton “faire un don” est fonctionnel).

DSA soutient officiellement le mouvement BDS. La question de savoir dans quelle mesure centrer cette question a été controversée au sein du groupe, certains membres voulant expulser le membre du Congrès Jamaal Bowman de l’organisation après son voyage en Israël. Lorsque la direction de la DSA a choisi de ne pas expulser Bowman, des débats houleux se sont ensuivis, en particulier sur Twitter. Mais la consternation de la droite, reflétée dans des efforts comme NYSN, montre que dans le monde en dehors de Twitter, l’organisation – et le pouvoir croissant de la gauche – est considérée comme une menace pour un établissement de politique étrangère qui, pendant des décennies, a compté sur un soutien inconditionnel pour Israël de la classe politique new-yorkaise.

Bien que DSA soit encore une organisation relativement petite, le fait qu’elle ait attiré des ennemis aussi puissants est un insigne d’honneur. Il peut sembler étrange qu’une organisation entière se soit formée pour influencer la politique locale sur une question de politique étrangère, alors qu’aucun de nos politiciens locaux n’a défini de politique sur les relations américano-israéliennes. Mais le gouvernement israélien et ses partisans voient New York comme un champ de bataille crucial. Lorsque Julia Salazar s’est présentée au Sénat de l’État de Brooklyn en 2018, par exemple, soutenant ouvertement le BDS, la couverture la plus longue et la plus négative de sa campagne est venue de Tabletteune publication dévouée à Israël, qui a publié des rapports détaillés dont la production a nécessité beaucoup de temps et d’argent.

Le lancement du New York Solidarity Network est une stratégie qui reflète directement la pensée de l’ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, qui est, à toutes fins utiles, un Américain et fortement axé sur le maintien du soutien public américain. Netanyahu, qui a été évincé lors des élections de l’année dernière et qui devrait se représenter, a souvent souligné l’importance de la politique locale. Netanyahu est proche du bord droit de la politique israélienne ; en tant que Premier ministre, il était proche de Donald Trump et désireux sans vergogne de déclencher et d’inciter à la violence contre le peuple palestinien.

Et pourtant, les voix libérales et centristes sont clairement la clé de l’attrait médiatique du New York Solidarity Network. Le grand bailleur de fonds du groupe est Daniel Loeb, un bailleur de fonds spéculatif milliardaire et contributeur majeur aux démocrates ainsi qu’aux républicains. Comme beaucoup dans sa classe, il est un partisan des écoles à charte. Mais il donne également aux causes LGBT et est l’un des bailleurs de fonds du projet Marshall – une organisation à but non lucratif produisant des reportages sur la justice pénale – ainsi que du projet Innocence du Brennan Center.

Cependant, NYSN n’est pas sa première incursion dans la politique étrangère d’extrême droite ; Loeb est l’un des bailleurs de fonds du Comité d’urgence pour Israël, un groupe néoconservateur qui a constamment critiqué l’administration Obama pour ne pas avoir suffisamment soutenu Israël et pour avoir négocié avec l’Iran. Comme beaucoup de super-riches, sa politique est un étrange mélange de causes libérales favorites et de passe-temps fascistes.

Les autres largement identifiés au groupe sont libéraux. Corey Johnson, ancien président du conseil municipal, est consultant. L’un des porte-parole du groupe est l’activiste et entrepreneure technologique Jessica Haller, qui s’est présentée sans succès au conseil municipal du Bronx l’année dernière et a déclaré au Fois elle a été frustrée lorsque les progressistes ont suggéré que son soutien aux Israéliens mettait en doute son engagement en faveur de la justice raciale (imaginez !). Haller avait cependant de nombreuses mentions progressistes lorsqu’elle s’est présentée, ce qui a rendu sa volonté de travailler ouvertement contre DSA dérangeante.

Les libéraux sont importants pour légitimer ce qui est au fond un projet d’extrême droite, et il est logique que leurs voix soient celles citées dans le New York Times. Mais le New York Solidarity Network inclura presque certainement aussi des acteurs moins sympathiques : des extrémistes Haredi, des militants du Likud et des oligarques russes. Au moment de la publier, la liste du conseil d’administration devrait constituer une lecture intéressante.

En attendant, la gauche devrait jouir du signe du succès discursif. Mais préparez-vous à de vilains combats.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire