Les démocrates ne peuvent pas être perdants parce qu’ils sont « allés trop loin à gauche » alors qu’ils ne vont pas à gauche

0
45

Depuis au moins l’ère Bill Clinton, une simple ontologie de la politique libérale a prévalu parmi le genre de personnes qui ont tendance à conseiller les politiciens démocrates centristes et sont payés pour discuter de politique à la télévision par câble. En termes simples, la théorie est que les démocrates gagnent lorsqu’ils courent et gouvernent depuis le centre et perdent lorsqu’ils sont tirés trop à gauche. Le « centre », c’est du moins ce que l’on raconte, est l’endroit où se trouvent généralement la plupart des électeurs démocrates. La «gauche», quant à elle, se compose d’activistes et d’idéologues dont la raison d’être consiste généralement à promouvoir des slogans, des politiques et des stratagèmes chimériques qui vont à l’encontre des questions de pain et de beurre ou de table de cuisine importantes pour un public votant.

Compte tenu de la nature contestée et parfois fluide d’un terme comme «centrisme» (ou, d’ailleurs, la «gauche»), ce rendu des choses nous laisse beaucoup de choses à déballer et beaucoup de pistes potentielles pour la critique. Mais ce qui est finalement si étonnant dans cette fable de la politique américaine, c’est qu’elle reste une sorte de sagesse ambiante indépendamment du contexte, des résultats électoraux ou de qui était réellement sur le bulletin de vote. Ainsi, lorsque les démocrates gagnent, on dit que la vision stratégique centriste a été justifiée ; et, quand ils perdent, c’est d’une manière ou d’une autre également justifié.

Dans un développement qui n’aurait donc dû choquer personne, c’est précisément ce genre d’argument qui a été diffusé depuis les élections de la semaine dernière, qui ont notamment vu les démocrates perdre une course clé au poste de gouverneur en Virginie et subissent un appel serré dans le New Jersey. Comme sur des roulettes, un chœur de suspects habituels a rapidement émergé pour publier une version réchauffée de l’explication centriste standard des mauvaises performances électorales démocrates – dont le nœud est que le parti s’est laissé éloigner du centre et a perdu du terrain en tant que résultat.

L’articulation la plus importante de cet argument est venue sous la forme d’un éditorial de l’ancien conseiller de Bill et Hillary Clinton, Mark Penn, et de l’ancien président du conseil municipal de New York, Andrew Stein, dont l’affaire repose en grande partie sur l’affirmation selon laquelle l’administration de Joe Biden a « » a embrassé des parties du livre de jeu Bernie Sanders / Alexandria Ocasio-Cortez. » “Si”, poursuivent-ils, “les démocrates restent sur leur trajectoire actuelle et continuent de dorloter et de satisfaire les progressistes, ils pourraient perdre jusqu’à 50 sièges et le contrôle de la Chambre lors des élections de mi-mandat de 2022.” Fidèle à sa forme, la pièce est un Penn (qui, d’ailleurs, informé Donald Trump) a essentiellement écrit plusieurs fois auparavant – et représente le même schtick de base qu’il exécute depuis environ 1994. Il y a beaucoup dans l’article qui pourrait être décompressé ici, mais ce point vaut la peine d’être abordé isolément car une version est presque invariablement au cœur de ce style d’analyse.

Dans le récit de Stein et Penn, la présidence Biden a pris un départ fort et typiquement modéré avant d’être déraillée par déférence envers le progressisme – en particulier, la suite de politiques trouvées dans le projet de loi de réconciliation actuellement devant le Congrès. C’est une façon étrange de caractériser l’arc de la politique américaine au cours des dix derniers mois, qui ont vu le programme initial de Biden être progressivement réduit à la demande des centristes eux-mêmes. Si le Congrès discutait encore d’un ensemble de lois de 6 000 milliards de dollars ou même de 3 500 milliards de dollars, ou si une version du projet de loi sur la réconciliation avait effectivement été adoptée, les auteurs auraient peut-être un terrain plus solide sur lequel s’appuyer. Dans l’état actuel des choses, cependant, la plate-forme sur laquelle les démocrates ont initialement lancé et officiellement couru a été progressivement réduite et est maintenant encore confrontée un autre obstacle même sous sa forme radicalement compromise.

Compte tenu de cette trajectoire des événements, vous pourriez tout aussi bien tirer la conclusion opposée à celle tirée par Stein et Penn : adopter et ont depuis radicalement réduit. (Étonnamment, les auteurs ne reconnaissent même pas le données abondantes indiquant un soutien populaire important pour les éléments clés du projet de loi.)

Quoi qu’il en soit, leur affirmation selon laquelle Biden a de quelque manière que ce soit gouverné à partir de la gauche, sans parler de « dorloter » l’aile progressiste du Parti démocrate, sera certainement une nouvelle pour beaucoup à gauche elle-même. Depuis son entrée en fonction, l’administration a progressivement réduit la portée de ses plans de dépenses officiels et de ses ambitions politiques. L’option publique proposée par Biden, censée représenter l’alternative modérée et navigable à Medicare for All, a à peine été mentionnée. Malgré un engagement explicite d’augmenter le salaire minimum, les législateurs démocrates n’étaient pas disposés à annuler un arbitre parlementaire non élu afin d’accorder une augmentation à des millions de travailleurs. Alors que Biden a promis de régner sur le forage sur les terres fédérales, l’approbation des permis de forage a atteint des niveaux jamais vus depuis que George W. Bush était président. Bien que les principaux démocrates parlent comme si la démocratie était en péril, l’administration n’est positivement nulle part sur la question cruciale des droits de vote. Au milieu d’une recrudescence importante du militantisme syndical, Biden est introuvable.

Ce qui précède ne représente qu’une liste partielle. Quoi qu’il en soit, quelle que soit la manière dont on décide de rendre compte des récents résultats électoraux des démocrates, il est ridicule de prétendre que l’administration a passé un temps ou une énergie démesuré à se plier à la gauche. Comme c’est si souvent le cas, les experts et les consultants centristes confondent de manière assez trompeuse leurs propres préférences idéologiques avec un calcul stratégique obstiné – et, dans ce cas, font appel à une présidence progressiste imaginaire pour le faire.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici