Les démocrates remplissent les poches des propriétaires de restaurant et abandonnent les travailleurs de la restauration

0
50

Le 7 avril, les démocrates de la Chambre des représentants ont adopté un plan de sauvetage de 42 milliards de dollars pour l’industrie de la restauration. Il fait face à une résistance au sein d’un Sénat également divisé. Les républicains sont, sans surprise, opposés à de nouvelles dépenses en cas de pandémie au cours d’une année électorale. Aux yeux de la National Restaurant Association (NRA), le principal groupe de pression de l’industrie, les chances du projet de loi sont encore “incertaines”.

Mais si le projet de loi est adopté, ce sera une victoire massive pour la NRA, car les dirigeants démocrates qui ont rédigé la législation sont fermement dans la poche de ces lobbyistes d’entreprise. Comme une version de 29 milliards de dollars signée l’année dernière, cette législation est un chèque en blanc pour les investisseurs et les propriétaires de restaurants. Il ne contient rien qui améliorera directement le salaire ou les avantages sociaux des travailleurs. Cela ne sauvera même pas leurs emplois s’il y a une autre poussée et arrêt du COVID. Les cuisiniers, les serveurs et les barmans ont besoin d’une aide réelle et d’énormes changements au travail, mais le Congrès ne parle qu’à leurs patrons.

En l’absence d’aide venant d’en haut, la seule solution pour les 15 millions de travailleurs américains de la restauration est la même pour tous les travailleurs : nous devons former des syndicats et nous organiser. La récente vague de syndicalisation chez Starbucks pourrait montrer la voie à suivre.

Le nouveau projet de loi de la Chambre est HR 3807, le Relief for Restaurants and other Hard Hit Small Businesses Act of 2022. Il injecterait 42 milliards de dollars dans le Fonds de revitalisation des restaurants (RRF) de la Small Business Administration. Au printemps dernier, le programme a accordé 29 milliards de dollars de subventions aux restaurants pour compenser les pertes liées à la pandémie. Ce nouveau projet de loi reconstituerait suffisamment le RRF pour envoyer de l’argent à 177 000 entreprises supplémentaires, soit environ 20% de tous les restaurants américains.

La NRA et son nouveau concurrent plus petit, l’Independent Restaurant Coalition (IRC), ont tiré la sonnette d’alarme sur l’effondrement de l’industrie et le danger pour l’économie au sens large. Ils affirment que 80 % des restaurants qui ont raté la première série de subventions RRF risquent de fermer définitivement, mettant en danger 1,6 million d’emplois. Pour commercialiser le plan de sauvetage auprès des démocrates, l’IRC a également mis en lumière les luttes des petites entreprises appartenant à des minorités.

Dans l’ensemble, cette campagne a plutôt bien fonctionné. Le plan de sauvetage a des sponsors bipartites. La semaine dernière, presque tous les démocrates à la Chambre ont voté pour HR 3807. Le chef de la majorité Chuck Schumer, qui entretient des liens étroits avec des restaurateurs new-yorkais comme Excellent chef‘s Tom Colicchio, promet un vote au sol au Sénat.

Le problème est que ces factures ont été écrites par et pour les restaurateurs.

Le RRF n’a pas de conditions qui forcent ou même encouragent les entreprises à dépenser de l’argent pour leurs employés. La seule exigence pour recevoir jusqu’à 10 millions de dollars d’argent public est de signer un papier indiquant que votre restaurant est ouvert ou prévoit de rouvrir bientôt.

Cette approche sans conditions est en décalage avec d’autres initiatives pandémiques comme le renflouement des compagnies aériennes (soutenu par de puissants syndicats des compagnies aériennes), qui a consacré 100% de l’argent aux coûts salariaux comme le maintien des travailleurs ou l’offre de congés de maladie. Le pourcentage minimum demandé dans le plan de sauvetage du restaurant ? Zéro.

La NRA affirme que les propriétaires ont besoin de flexibilité pour sauver l’industrie, mais ils ne font qu’empocher l’argent. Les restaurateurs ont déjà collecté un total de 73 milliards de dollars d’aide gouvernementale; le propriétaire typique gagnait trente fois plus que son ouvrier moyen. À l’heure actuelle, le secteur de l’hôtellerie connaît une «grande démission» historique alors que des millions de travailleurs fatigués d’années d’exploitation quittent leur emploi – ce qui n’indique guère que les patrons de restaurants mettent soudainement les bénéfices de côté et s’occupent de leurs travailleurs.

Les gros dons des entreprises ne sont pas une surprise pour une industrie où les propriétaires sont bien mieux organisés que les travailleurs.

La NRA, l’IRC et leurs membres disposent de vastes richesses et d’une armée d’alliés politiques. La densité syndicale dans la restauration, en revanche, est d’à peine 1 %. Soixante-dix pour cent des restaurants américains sont des exploitations indépendantes à unité unique, mais les syndicats dans les restaurants indépendants sont presque inconnus aujourd’hui.

L’équilibre des pouvoirs penche tellement en faveur des patrons qu’il est difficile de blâmer uniquement les politiciens. Début 2021, un groupe de militants ouvriers appelé Travailleurs de la restauration unis et j’ai parlé au personnel législatif du Congrès des problèmes avec le RRF. Nous étions les premiers travailleurs de la restauration dont ils avaient entendu parler. Pendant ce temps, l’IRC avait exercé des pressions agressives sur tous les bureaux du Congrès pendant des mois.

La représentante Rashida Tlaib (D-MI) était une voix courageuse et solitaire de dissidence publique contre le renflouement de l’année dernière. Cette fois-ci, elle a remporté un amendement de la Chambre interdisant les subventions aux entreprises ayant des violations de vol de salaire. Au-delà de cela, le seul débat sur le sol était de savoir comment payer le renflouement et si les gymnases et les salles de concert devraient également obtenir une part.

Les démocrates continueront d’ignorer les besoins des travailleurs jusqu’à ce qu’il y ait une forte pression de ces travailleurs. Croyez-le ou non, il fut un temps où les travailleurs des bars et des restaurants avaient de grands syndicats militants partout aux États-Unis qui pouvaient défendre leurs propres intérêts.

Dans Le distribuer, l’historienne du travail Dorothy Sue Cobble estime que la densité syndicale dans les restaurants a atteint un sommet de 25 % dans tout le pays après la Seconde Guerre mondiale. Jusqu’en 1961, 80 à 90 % des serveurs et cuisiniers de la région de la baie de San Francisco étaient des membres du syndicat porteurs de cartes. Les syndicalistes des restaurants ont finalement subi les mêmes défaites que le reste du travail organisé. La loi Taft-Hartley, les ravages généralisés du néolibéralisme et l’augmentation de la taille et du pouvoir des chaînes de restaurants se sont tous combinés pour décimer les normes syndicales.

Aujourd’hui, il y a des signes que l’agitation ouvrière qui couve pourrait enfin déborder après la pandémie. Jaz Brisack et ses collègues de Buffalo, New York, ont remporté la première élection syndicale dans un Starbucks appartenant à l’entreprise aux États-Unis en décembre. Depuis lors, les baristas ont demandé à se syndiquer plus de deux cents autres magasins et remporté des dizaines d’élections.

Starbucks pourrait être ce que le SEIU dans les années 1990 appelait une campagne révolutionnaire : « une combinaison de voir grand, d’engager les travailleurs, les communautés et les alliés pour une longue campagne » qui se traduit par une expansion massive des syndicats. Les emplacements de Buffalo ont été choisis délibérément, mais le reste a été un véritable soulèvement organique des travailleurs de Starbucks qui ont compris que gagner était possible. Ces baristas ont montré comment nous pouvions lancer des campagnes révolutionnaires contre les employeurs avec une reconnaissance nationale et inspirer un grand nombre de travailleurs à s’organiser rapidement.

Qu’en est-il des restaurants indépendants, où travaillent 11 millions de baristas, cuisiniers, barmans, serveurs et plongeurs américains ? Plutôt qu’un seul employeur, une campagne révolutionnaire pour les restaurants indépendants doit probablement s’attaquer à toute une industrie locale. La meilleure cible serait le premier «groupe de restaurants» d’une ville ou un quartier de restaurants populaire. Combinez une organisation syndicale éprouvée avec des tactiques de mouvement social. Formulez les demandes dans les termes les plus larges possibles. Faites beaucoup d’actions directes très visibles, voire spectaculaires.

Les anciens syndicalistes culinaires savaient qu’ils devaient mener la lutte contre le patron aux endroits où ils travaillaient pour renforcer le pouvoir, mais ils ont construit encore plus lorsque d’autres travailleurs ont rejoint leurs piquets de grève et ont commencé à se battre également.

Les travailleurs de la restauration se sont organisés et ont remporté de grandes choses auparavant. Nous pouvons le refaire.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire