Les députés irakiens du bloc de Muqtada al-Sadr démissionnent | Actualité politique

0
202

Al-Sadr avait exhorté les législateurs de son bloc à démissionner afin de créer un espace pour la mise en place d’un nouveau gouvernement.

Les législateurs irakiens du bloc du religieux chiite incendiaire Muqtada al-Sadr ont démissionné dimanche, a déclaré le président du Parlement, une décision apparemment destinée à mettre fin à huit mois de paralysie politique.

“Nous avons accepté à contrecœur les demandes de démission de nos frères et sœurs, représentants du bloc al-Sadr”, a déclaré le président du parlement Mohammed al-Halboussi sur Twitter après avoir reçu des lettres de démission des 73 députés.

Al-Sadr a exhorté jeudi les députés de son bloc, le plus grand du parlement, à préparer des papiers de démission dans le but, a-t-il dit, de sortir de l’impasse parlementaire et de créer un espace pour la mise en place d’un nouveau gouvernement.

Le Parlement de Bagdad est en ébullition depuis les élections générales d’octobre et d’intenses négociations entre les factions politiques n’ont pas réussi à forger une majorité en faveur d’un nouveau Premier ministre pour succéder à Mustafa al-Kadhimi.

Al-Sadr dans un communiqué a déclaré que sa demande aux législateurs de démissionner était “un sacrifice” [File: Ahmad al-Rubaye/AFP]

Les législateurs irakiens ont déjà dépassé tous les délais pour la mise en place d’un nouveau gouvernement fixés dans la constitution, prolongeant la crise politique du pays déchiré par la guerre.

Al-Sadr, un populiste qui s’est positionné comme un farouche opposant à la fois à l’Iran et aux États-Unis, a déclaré dans un communiqué que sa demande aux législateurs de démissionner était “un sacrifice de ma part pour que le pays et le peuple les débarrassent de la destin inconnu ».

Que se passe-t-il ensuite ?

Il n’était pas immédiatement clair comment la démission du plus grand bloc au parlement se déroulerait. Un politicien irakien chevronné a exprimé sa crainte que les démissions ne conduisent au chaos dans le pays.

“Sadr en est arrivé au point d’accepter l’amère réalité qu’il est presque impossible de former un gouvernement loin des groupes soutenus par l’Iran”, a déclaré Ali Moussawi, ancien législateur et chercheur politique à l’Université de Bagdad.

Même si son retrait est un revers, al-Sadr, dont les partisans ont combattu les forces d’occupation américaines, dispose toujours d’une puissance de feu avec des centaines de milliers de partisans qui peuvent organiser des manifestations, a ajouté Moussawi.

Selon les lois irakiennes, si un siège au parlement devient vacant, le candidat qui obtient le deuxième plus grand nombre de voix dans sa circonscription le remplacera.

Cela profiterait aux opposants d’al-Sadr du soi-disant cadre de coordination, une coalition dirigée par des partis chiites soutenus par l’Iran, et leurs alliés – ce qu’al-Sadr serait peu susceptible d’accepter.

On craint déjà que l’impasse et la tension ne débordent et ne conduisent à des manifestations de rue des partisans d’al-Sadr, se transformant en violence entre eux et des groupes armés rivaux.

Al-Sadr a fait allusion à plusieurs reprises aux capacités de sa milice, Saraya Salam, qui a récemment ouvert les portes aux recrues dans les provinces de Babylone et de Diyala.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/12/iraqi-mps-from-firebrand-cleric-moqtada-sadrs-bloc-resign

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire