Les dirigeants indigènes de la contestation acceptent des pourparlers avec le gouvernement équatorien | Nouvelles des protestations

0
150

Les pourparlers pour commencer alors que les manifestations contre la hausse du coût de la vie ont paralysé certaines parties du pays sud-américain.

L’organisation autochtone à la tête des manifestations en Équateur a accepté de tenir des pourparlers avec le gouvernement, car la nation sud-américaine a été secouée par des manifestations de masse au cours des deux dernières semaines.

La Confédération des nationalités autochtones de l’Équateur (CONAIE) a déclaré dans un communiqué qu’elle s’attendait à rencontrer lundi des responsables du gouvernement du président Guillermo Lasso.

Le dialogue pourrait aider à mettre fin à plusieurs jours de manifestations antigouvernementales dans la capitale, Quito, et ailleurs, qui ont commencé le 13 juin en colère contre la hausse des prix du carburant et de la nourriture, entre autres problèmes sociaux.

Lasso a annoncé dimanche soir une réduction de 10 cents par gallon des prix de l’essence et du diesel dans le but de calmer les troubles, qui ont paralysé certaines parties du pays.

Mais la CONAIE a déclaré avant la réunion prévue lundi après-midi que la baisse des prix à elle seule était “insuffisante” pour mettre fin aux grèves et ne ferait pas assez pour remédier à “la situation de pauvreté à laquelle sont confrontés des millions de familles”.

L’organisation a exigé le respect d’un programme en 10 points, dont la réduction du prix de l’essence supplémentaire de 2,55 $ à 2,10 $ le gallon et du diesel de 1,90 $ à 1,50 $.

S’exprimant dimanche à la télévision nationale, Lasso a déclaré que le prix du carburant “est devenu la pierre angulaire qui entretient le conflit”.

« Les Équatoriens qui recherchent le dialogue trouveront un gouvernement à la main tendue, ceux qui recherchent le chaos, la violence et le terrorisme feront face à toute la force de la loi », a-t-il dit, soulignant que le pays doit revenir à la normalité.

Lasso a également levé l’état d’urgence imposé dans six des provinces du pays alors que les législateurs de l’opposition équatorienne ont évoqué la possibilité de le démettre de ses fonctions au milieu des grèves. La CONAIE avait insisté sur la fin de l’état d’urgence comme condition préalable à l’ouverture des pourparlers.

Les manifestants autochtones ont appelé à une baisse du prix de l’essence, à des contrôles des prix des produits agricoles et à des investissements plus robustes dans l’éducation, les soins de santé et l’emploi. Lasso avait précédemment accusé les grèves de jeter les bases d’un coup d’État.

Après plusieurs années d’une crise COVID-19 particulièrement grave, la hausse de l’inflation et du chômage ont poussé de nombreuses personnes à se joindre aux manifestations.

Des dirigeants autochtones et des membres du gouvernement équatorien se rencontrent à la basilique du Vœu national à Quito, le 27 juin 2022 [Rodrigo Buendia/AFP]

Jeudi, des groupes indigènes ont déclaré qu’un manifestant avait été tué par des balles à la poitrine et à l’abdomen lors de rassemblements près de l’Assemblée nationale à Quito.

Une centaine d’autres personnes ont été blessées et des groupes de défense des droits humains ont exprimé leur inquiétude face à la brutalité de la répression contre les manifestants. Les responsables de l’application des lois ont tweeté que des policiers avaient également été blessés.

Les manifestations ont quasiment paralysé la capitale et des cas de pillages auraient eu lieu. Les barrages routiers auraient été atténués dans certains cas pour permettre à plus de nourriture d’entrer dans la ville, où les pénuries sont devenues une source de préoccupation.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/27/indigenous-protest-leaders-agree-to-talks-with-ecuador-government

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire