Les enfants élevés par des parents de même sexe s’épanouissent

0
156

Les parents de même sexe devraient être très fiers ce mois-ci. Il y a sept ans en juin dernier, la Cour suprême a statué dans l’affaire Obergefell c. Hodges que les États devaient délivrer des licences de mariage aux couples de même sexe. La sociologue Kathleen Hull a constaté que les questions de développement de l’enfant dominaient les débats juridiques dans son étude de la recherche en sciences sociales citée dans les litiges sur le mariage homosexuel. Les opposants ont fait valoir qu’avoir et élever des enfants était l’un des principaux objectifs du mariage et que l’homoparentalité nuit aux enfants. Un argument typique était que la mère et le père biologiques d’un enfant jouent chacun un rôle « vital et unique » basé sur leurs différents sexes et leurs relations biologiques avec l’enfant.

Les partisans ont fait valoir que les recherches disponibles n’étayaient pas une telle affirmation et que toute différence dans les résultats des enfants pourrait être due à la discrimination à l’égard des parents de même sexe. Au moment de la décision Obergefell, les recherches quantitatives rigoureuses sur la parentalité des minorités sexuelles et de genre étaient relativement rares et principalement limitées à de petits échantillons non probabilistes. Depuis lors, les chercheurs ont fait des progrès significatifs, en grande partie grâce à la disponibilité croissante de données de haute qualité provenant d’enquêtes auprès des ménages représentatives au niveau national et de registres nationaux de la population.

Cette nouvelle génération de recherches montre systématiquement que les enfants élevés par des parents de même sexe réussissent au moins aussi bien que les enfants élevés par des parents de sexe différent. Dans son examen des recherches sur les familles des minorités sexuelles et de genre menées entre 2010 et 2020, Corrine Reczek a conclu que « les études utilisant de nouvelles données d’enquêtes représentatives à l’échelle nationale… [show] que les enfants des ménages de même sexe connaissent des résultats similaires en matière de santé, de comportement et d’éducation par rapport aux enfants des ménages de sexe différent.

L’examen de Reczek comprend un certain nombre d’études post-Obergefell qui utilisent des données américaines provenant d’enquêtes gouvernementales fédérales représentatives à grande échelle au niveau national, telles que la National Health Interview Survey et l’American Community Survey (ACS). Par exemple, en utilisant l’ACS, Boertien et Bernadi trouvent “aucun effet de la composition par sexe de l’union parentale sur les progrès scolaires… dans n’importe quel domaine ou parmi n’importe quel groupe étudié”. À l’aide de l’enquête américaine sur l’utilisation du temps, Pickett et ses collègues ont découvert que «les femmes (quel que soit le sexe de leur partenaire) et les hommes couplés à d’autres hommes passaient beaucoup plus de temps avec des enfants que les hommes couplés à des femmes…»

Les conclusions de Reczek sont étayées par une liste croissante d’études publiées par la suite. Trois études particulièrement remarquables publiées au cours des deux dernières années utilisent des données de registre de population de haute qualité des Pays-Bas et ne trouvent aucune différence ou de meilleurs résultats chez les enfants élevés par des parents de même sexe. Kabátek et Perales constatent que « les enfants de familles homoparentales obtiennent de meilleurs résultats que les enfants de familles hétéroparentales sur plusieurs indicateurs de performance scolaire, y compris les résultats aux tests standardisés, les taux d’obtention du diplôme d’études secondaires et les inscriptions à l’université. Ces avantages s’étendent aux enfants de sexe masculin et féminin et sont plus prononcés chez les enfants des familles homoparentales féminines que masculines.

De même, Mazrekaj, De Witte et Cabus constatent que « les enfants élevés par des parents de même sexe depuis la naissance sont 4,8 points de pourcentage plus susceptibles d’obtenir un diplôme d’études secondaires que les enfants élevés par des parents de sexe différent ». Même après avoir contrôlé « une gamme de facteurs socio-économiques, l’association significativement positive ne disparaît pas entièrement ».

En examinant les résultats comportementaux, Mazrekaj, Fischer et Box concluent que « les enfants des deux [same-sex and different-sex] les types de famille montrent des niveaux similaires d’ajustement comportemental et qu’aucune différence statistiquement significative entre les enfants de parents de même sexe et de sexe différent ne peut être trouvée.

Enfin, une méta-analyse récemment publiée portant sur 32 études et six critères de jugement pour les enfants a conclu que « l’ampleur globale de l’effet d’avoir des parents de même sexe sur les résultats développementaux des enfants [in these studies] était positive et significativement différente de celle des parents hétérosexuels.

Pris dans son ensemble, ce corpus de recherche désormais substantiel devrait mettre fin à l’idée de droite selon laquelle il existe un arrangement familial idéal pour les enfants.

Cela est apparu pour la première fois sur CEPR.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/17/children-raised-by-same-sex-parents-are-thriving/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire