Les engagements du Sommet pour la démocratie sont sortis – et maintenant?

0
139

Le 14 février 2022, deux mois après le premier Sommet pour la démocratie, le Département d’État américain a publié les engagements écrits de 56 gouvernements axés sur le renforcement de la démocratie, la lutte contre la corruption et la défense des droits de l’homme. L’année d’action post-sommet peut maintenant commencer sérieusement. Comme deux d’entre nous en ont discuté dans un article juste après le Sommet, pour que l’événement atteigne ses objectifs, la société civile, le secteur privé et d’autres champions de la bonne gouvernance doivent travailler avec les gouvernements et les tenir responsables de la mise en œuvre de mesures concrètes, mesurables et significatives. engagements.

Depuis notre enquête initiale, nous observons des variations importantes en termes de spécificité et de nature des engagements publiés jusqu’à présent. Ici, nous offrons un bref aperçu de la répartition des pays ayant des engagements publiés, de l’éventail de ces engagements et de leur importance.[1] Nos premières réactions sont préliminaires ; cet article propose une feuille de route pour une lecture et une analyse plus approfondies des engagements que nous et beaucoup d’autres prendrons.

Les pays qui ont soumis des engagements écrits à ce jour appartiennent à l’éventail des régimes de gouvernance, tel que défini par l’indice de démocratie 2021 récemment publié par l’Economist Intelligence Unit. [2] 53 des 167 pays figurant dans l’indice ont fourni des engagements écrits avec une nette surreprésentation de ceux classés comme démocraties à part entière — 18 des 21 démocraties à part entière ont soumis des engagements.[3] Pendant ce temps, 26 des 53 pays considérés comme des démocraties défaillantes ont soumis des engagements. Un groupe encore plus restreint de régimes hybrides (c’est-à-dire ceux qui combinent des caractéristiques démocratiques et autocratiques ; 8 pays sur 34) et une infime proportion de pays sous des régimes considérés comme autoritaires (1 pays sur 59) ont répondu à l’appel à engagements.

Parmi ces soumissions, la nature des engagements varie. La plupart des pays offrent certains engagements sur le front intérieur, mais beaucoup, en particulier les démocraties à part entière, se concentrent sur la scène internationale. À titre d’exemples, les engagements de la République démocratique du Congo incluent “l’organisation d’élections dans les délais constitutionnels”, tandis que ceux de la Nouvelle-Zélande incluent une promesse de “1 million de NZD pour soutenir la lutte contre la corruption dans la région du Pacifique”.

Certains pays ont pris des engagements très précis, tandis que d’autres n’ont partagé que des objectifs généraux ou une déclaration d’intentions. Bien qu’il ne s’agisse pas du seul indicateur de la solidité d’un engagement, des informations spécifiques telles que les résultats mesurables et les acteurs, ressources et mécanismes pertinents nécessaires à la mise en œuvre sont précieuses. Ces informations permettent aux autres gouvernements participants, à la société civile et aux autres champions de la bonne gouvernance d’évaluer l’étendue des progrès vers les objectifs déclarés et aident à tenir les gouvernements responsables de les atteindre.

Nous pouvons nous tourner vers l’hôte du Sommet, les États-Unis, pour un exemple d’engagements faisant référence à des éléments spécifiques tels que les acteurs et les ressources pertinents. Par exemple, pour aider à faire avancer la nouvelle stratégie américaine de lutte contre la corruption, le Département d’État, en collaboration avec les départements du Trésor et de la Justice, « fournira jusqu’à 15,1 millions de dollars pour lancer l’initiative Démocraties contre les refuges sûrs, qui s’emploiera à renforcer les capacités des gouvernements partenaires pour empêcher les acteurs corrompus de dissimuler des gains mal acquis grâce à des mesures anti-blanchiment, pour encourager les partenaires partageant les mêmes idées à adopter des sanctions anti-corruption et des régimes de restriction des visas, et pour détecter et perturber les schémas de corruption complexes.

Même pour les engagements les plus solides, plusieurs facteurs peuvent limiter leur impact. Nous devrons évaluer les engagements en fonction de ces obstacles éventuels afin qu’ils puissent être abordés et surmontés. Par exemple, comme l’a noté notre équipe Tirer parti de la transparence pour réduire la corruption dans notre cadre TAP-Plus, la mise en œuvre des initiatives est conditionnée par différentes dimensions du contexte.[4] Les engagements sont soumis à l’écosystème de gouvernance favorable ou contraignant dans lequel ils sont pris. Par exemple, promouvoir une nouvelle loi pour faire progresser la bonne gouvernance ne signifie pas que la loi sera adoptée, car la dynamique politique ou d’autres facteurs peuvent l’entraver, ou qu’une telle loi atteindra réellement son objectif en termes de lutte contre la corruption, d’expansion de ou la protection des droits de l’homme (car d’autres lois peuvent limiter son impact ou affaiblir son application).

Pour mettre un point encore plus net, la crédibilité et l’efficacité des engagements peuvent être érodées par des déconnexions entre eux et les conditions de gouvernance existantes. Sans une réforme et un engagement significatifs avec la société civile, les engagements, en particulier ceux pris dans des contextes de gouvernance difficiles tels que des environnements où la liberté des médias est limitée, un espace civique restreint et une faible confiance politique, resteront, au mieux, ambitieux. Nous discutons de ces facteurs et d’autres facteurs contextuels qui permettent ou limitent le succès des efforts visant à faire progresser la démocratie et à réduire la corruption dans notre rapport TAP-Plus. Nous utiliserons ce cadre, entre autres, lorsque nous examinerons l’analyse plus approfondie que ces engagements méritent.

Bien que les engagements (tout comme le processus de leur élaboration) comportent certainement des imperfections, ils représentent un point de départ pour le débat et le développement ultérieur. Ils doivent être étudiés, les lacunes et les opportunités identifiées, et la mise en œuvre et le complément entrepris. Une analyse indépendante est essentielle pour évaluer si les engagements répondent aux principaux défis de gouvernance et soutiennent les objectifs de promotion de la démocratie, de défense des droits de l’homme et de lutte contre la corruption.

La promotion d’un dialogue et d’un débat inclusifs au sein et entre les pays, la société civile et les autres parties prenantes sera essentielle pour atteindre les objectifs du Sommet. L’Open Government Partnership (OGP) est l’une de ces plateformes d’engagement. Des mécanismes comme l’OGP – avec des plans d’action nationaux, des mécanismes de responsabilisation et un espace de dialogue – seront importants pour assurer le suivi, tout comme les efforts de toutes les parties concernées aux niveaux local, national et mondial pour faire progresser la responsabilisation.

Nous ne devons pas non plus nous tourner uniquement vers 2022 et le sommet de suivi prévu pour sa conclusion. Pour que des progrès significatifs soient réalisés, nous devons tenir compte de l’horizon temporel plus long dans lequel les engagements se déroulent. L’Année d’action doit se transformer en années d’action. Pour soutenir ces efforts, nous attendons avec impatience de participer activement avec d’autres au travail de discussion, de suivi et d’analyse des engagements et de leur mise en œuvre avec un accent particulier sur les efforts de lutte contre la corruption aux niveaux national et international. Nous sommes à un point d’inflexion dans la lutte contre la corruption et la promotion de la démocratie, et ensemble nous pouvons la saisir. Les enjeux ne pourraient pas être plus élevés.

Les auteurs remercient Matthew Eitel pour son aide à la vérification des faits et à la révision.


Notes de bas de page

[1] Comme indiqué sur la page des engagements écrits du Sommet pour la démocratie, la liste des 56 pays « reflète ceux qui ont soumis des engagements par écrit ; s’il manque un hyperlien, cela signifie que les engagements font toujours l’objet d’un examen obligatoire de conformité en matière d’accessibilité. […] Les engagements supplémentaires seront traités dès qu’ils auront été reçus des délégations et publiés en ligne. Nous avons décrit nos premières impressions sur les engagements écrits disponibles au 14 février 2022.

[2] Pour les descriptions complètes des types de régimes, voir la page 68 du rapport Democracy Index 2021.

[3] Notez que trois pays qui ont soumis des engagements écrits (Samoa, Maldives et Kosovo) ne sont pas inclus dans les notes de l’indice de démocratie.

[4] TAP est synonyme de transparence, de responsabilité et de participation, le tiercé traditionnel des initiatives de gouvernance ouverte.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire