Les énormes écarts de rémunération chez les entrepreneurs fédéraux à bas salaires

0
74

Un récent sondage montre que 87 % des Américains considèrent l’écart croissant entre les salaires des PDG et des travailleurs comme un problème pour le pays. Et pourtant, les contribuables américains ordinaires alimentent les entreprises avec d’énormes écarts de rémunération grâce aux centaines de milliards de dollars de contrats fédéraux et de subventions qui sont versés chaque année aux entreprises à but lucratif.

Plus tôt cette année, l’Institute for Policy Studies a analysé les tendances salariales des 300 sociétés américaines cotées en bourse qui avaient les salaires médians les plus bas en 2020. Dans cette note d’orientation, nous nous concentrons sur les 74 entreprises de cet échantillon qui ont reçu plus d’un million de dollars en contrats fédéraux de l’exercice 2019 au 1er mai 2022. Ensemble, ils détenaient 37,2 milliards de dollars de contrats au cours de cette période.

Principales conclusions:

+ L’écart entre le salaire du PDG et le salaire médian de ces 74 sous-traitants fédéraux à bas salaires est passé d’une moyenne de 483 pour 1 en 2020 à 599 pour 1 en 2021. Seules quatre des entreprises avaient des ratios inférieurs à 100 pour 1.

+ La rémunération moyenne des PDG de ces entrepreneurs est passée de 7,7 millions de dollars en 2020 à 13,0 millions de dollars l’an dernier.

+ Le salaire médian de ces entreprises était en moyenne de 26 838 $ en 2021, contre 23 107 $ en 2020.

+ Dix-sept des entreprises ont racheté leurs propres actions en 2021, avec des dépenses totalisant 4,6 milliards de dollars. Les rachats d’actions siphonnent artificiellement la valeur des actions d’une entreprise – et la valeur de la rémunération en actions de leur PDG.

Les entreprises de notre échantillon à bas salaires avec les plus gros contrats fédéraux proviennent de divers secteurs des services, de la technologie et de la fabrication.

Maxime

Maximus, le principal entrepreneur de notre échantillon, a détenu 12,3 milliards de dollars en contrats fédéraux au cours des dernières années. Les contrats de la société comprennent des accords pour le service des prêts étudiants fédéraux et l’exploitation des centres d’appels Obamacare et Medicare. Au cours de l’exercice 2021, les contrats fédéraux ont représenté 45 % des revenus totaux de Maximus.

La moitié des 49 800 employés de Maximus gagnaient moins de 38 059 dollars en 2021. Avant le décret du président Biden portant le salaire minimum des employés contractuels fédéraux à 15 dollars, de nombreux employés des centres d’appels de l’entreprise gagnaient aussi peu que 10,95 dollars de l’heure.

En revanche, la rémunération 2021 du PDG de Maximus, Bruce Caswell, s’élevait à 7,9 millions de dollars, soit 208 fois le salaire médian de l’entreprise et 36 fois le salaire des hauts fonctionnaires des agences gouvernementales responsables des plus gros contrats de l’entreprise.

Maximus offre un excellent exemple de la façon dont les écarts de rémunération extrêmes minent l’efficacité de l’entreprise. Un rapport de mars 2022 des Communications Workers of America et du Student Borrower Protection Center a révélé une mauvaise gestion importante de Maximus. L’étude a trouvé des preuves de services de prêts étudiants bâclés et potentiellement illégaux, de pratiques déloyales de recouvrement de créances, de saisies-arrêts de salaire illégales et de saisies de prestations publiques, impliquant parfois même des paiements de sécurité sociale.

En mars et à nouveau en mai 2022, les travailleurs des centres d’appels Maximus du Mississippi et de la Louisiane, une main-d’œuvre majoritairement noire, ont organisé des débrayages exigeant un salaire plus élevé, des congés de maladie payés et la possibilité de se syndiquer sans représailles. En juin, plus de 40 travailleurs des centres d’appels Maximus du Mississippi, de Louisiane, de Virginie et du Texas ont marché vers le tout nouveau siège social ultramoderne de l’entreprise à Tysons, en Virginie, pour remettre une pétition de près de 12 000 signatures appelant à des salaires décents, des soins de santé abordables et le droit d’organiser un syndicat à l’abri de l’intimidation.

Amazone

Amazon, le deuxième plus grand entrepreneur de notre échantillon, a rapporté 10,3 milliards de dollars de contrats fédéraux récents, dont la plupart pour fournir des services Web à la National Security Agency. Mais l’étendue complète des contrats financés par les contribuables d’Amazon reste inconnue. La société aurait également reçu une part lucrative d’un contrat de plusieurs milliards de dollars de la CIA pour des services cloud. Les détails et la valeur exacte de ce contrat continuent d’être classifiés.

Le nouveau PDG d’Amazon a engrangé une rémunération de 212,7 millions de dollars l’an dernier, soit 6 474 fois le salaire médian de l’entreprise et 961 fois le salaire du secrétaire américain à la Défense.

L’entreprise a dépensé des millions de dollars en 2021 pour lutter contre les campagnes syndicales dans plusieurs de ses entrepôts, dont un à Staten Island à New York, où les travailleurs ont voté pour la première fois dans un syndicat sur un chantier américain d’Amazon. Le géant du commerce de détail se bat pour annuler cette victoire syndicale devant les tribunaux et a continué à utiliser des tactiques d’intimidation pour saper les campagnes syndicales dans d’autres établissements.

Connectivité TE

TE Connectivity a décroché 3,3 milliards de dollars dans le cadre de récents contrats fédéraux pour la fabrication de capteurs et de connecteurs électroniques, en partie sous contrat direct avec les ministères de la Défense et en partie en tant que sous-traitant de grands entrepreneurs militaires comme Boeing, Lockheed Martin et Northrop Grumman.

Le PDG de TE Connectivity, Terrence Curtin, a bénéficié d’une augmentation de salaire de 39 % en 2021, à 14,7 millions de dollars. L’année dernière, le salaire médian des travailleurs de l’entreprise n’a augmenté que de 0,2 % pour atteindre 24 975 dollars, bien en deçà du taux d’inflation américain. Sous la direction de Curtin, TE Connectivity a élargi sa main-d’œuvre mondiale tout en supprimant des emplois aux États-Unis. En 2018, les 12 056 employés américains de l’entreprise représentaient 16,8 % des effectifs de l’entreprise. En 2021, le nombre total de travailleurs américains de TE était tombé à 9 169, soit seulement 12,5 % de la main-d’œuvre globale. La société exploite 16 usines de fabrication en Chine. Ils ne divulguent pas où travaille le travailleur médian de TE, mais cette personne travaille probablement en dehors des États-Unis.

TE Connectivity a une histoire notoire d’excès de direction. L’entreprise faisait à l’origine partie de Tyco International, dont le PDG, Dennis Kozlowski, est devenu tristement célèbre pour le rideau de douche doré et d’autres extravagances qu’il a achetées avec de l’argent volé à l’entreprise. Il a été condamné en 2005 et envoyé en prison. TE Connectivity est également célèbre pour l’évasion fiscale, ayant d’abord déménagé son siège social aux Bermudes puis en Suisse pour éviter de payer sa juste part d’impôts américains.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/08/19/the-huge-pay-gaps-at-low-wage-federal-contractors/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire