Les Équatoriens continuent de résister alors que la grève nationale entre dans la deuxième semaine

0
51
Logo de l'expédition des peuples

Cette histoire a été initialement publiée dans Peoples Dispatch le 21 juin 2022. Elle est partagée ici avec permission sous une licence Creative Commons.

Depuis le 13 juin, des centaines de milliers d’Équatoriens se sont mobilisés à travers le pays dans le cadre d’une grève nationale illimitée contre le gouvernement de droite du président Guillermo Lasso et sa politique économique anti-populaire. La grève a été appelée par diverses organisations indigènes, paysannes et sociales, avec un ensemble de dix revendications qui répondent aux besoins les plus urgents de la majorité de la population équatorienne.

Leurs revendications comprennent : la réduction et le gel des prix du carburant ; opportunités d’emploi et garanties de main-d’œuvre; la fin de la privatisation des entreprises publiques ; les politiques de contrôle des prix des produits essentiels ; un budget plus important pour les secteurs de l’éducation publique et de la santé ; la fin du trafic de drogue, des enlèvements et de la violence ; la protection des personnes contre les secteurs bancaire et financier ; des prix équitables pour leurs produits agricoles; l’interdiction des activités d’exploitation minière et pétrolière dans les territoires autochtones ; et le respect des 21 droits collectifs des peuples et nationalités autochtones.

L’administration Lasso a répondu à ces demandes par une répression brutale. Depuis lundi dernier, la police et les militaires répriment les manifestants avec des plombs, des gaz lacrymogènes et des canons à eau. Selon le Alliance pour l’organisation des droits de l’hommeune ONG équatorienne, entre le 13 et le 19 juin, les forces de sécurité de l’État ont commis 39 types de violations des droits de l’homme contre des citoyens participant à la grève nationale, en ont arrêté 79 et blessé 55 personnes, en plus de tuer un garçon autochtone de 18 ans.

RÉPRESSION

Le samedi 18 juin, le président Lasso a déclaré l’état d’urgence dans les provinces de Pichincha, Cotopaxi et Imbabura, où les protestations avaient été les plus fortes, augmentant la militarisation des provinces et suspendant divers droits constitutionnels.

Dimanche 19 juin, la police nationale a occupé le Centre culturel Benjamin Carrion dans la capitale Quito pour utiliser ses installations comme base pour loger les policiers venus d’autres provinces pour contenir les protestations sociales. Quelques heures avant la prise de contrôle par la police, les fonctionnaires du bureau du procureur général de l’État ont fait une descente dans le centre, arguant qu’ils avaient reçu une plainte anonyme, selon laquelle des manifestants y entreposaient des explosifs. Les autorités, cependant, n’ont rien trouvé.

La prise de pouvoir par la force et le raid ont été largement rejetés par les organisations de défense des droits humains et les dirigeants de l’opposition. Plusieurs dirigeants ont déclaré que le centre était ciblé car lors de la grève nationale d’octobre 2019, il a fourni un abri humanitaire aux citoyens en réponse à la répression policière excessive par le gouvernement de l’ancien président Lenin Moreno.

« C’est avec une grande tristesse que je dois dire que la culture est morte aujourd’hui. La tyrannie, les ténèbres et la terreur ont gagné sur la vie, la joie, la diversité et la pluralité. Aujourd’hui, la terreur s’installe sur la plus importante institution culturelle du pays. La dernière fois que la Maison de la culture a été contrôlée par la police, c’était il y a 46 ans, sous la dictature. Nous sommes maintenant dans une dictature. Cette maison de la liberté de pensée est tombée entre les mains de la terreur », a déploré Fernando Cerón, président du centre.

Lundi 20 juin, le président Lasso, poursuivant sa politique de répression et de criminalisation des manifestations sociales, a étendu l’état d’urgence à six provinces : Pichincha, Imbabura, Cotopaxi, Chimborazo, Tungurahua et Pastaza.

LA RÉSISTANCE

Néanmoins, défiant l’état d’urgence et endurant une répression policière et militaire brutale, des centaines de milliers de personnes continuent de descendre dans la rue contre le néolibéralisme.

La Confédération des nationalités indigènes de l’Équateur (CONAIE), l’un des principaux organisateurs de la grève, a assuré que la grève se poursuivrait jusqu’à ce que leurs revendications soient acceptées.

Selon la CONAIE, les communautés autochtones maintiennent des barrages routiers dans au moins 16 des 24 provinces du pays depuis lundi dernier. Au huitième jour de la grève, la CONAIE a rapporté que des indigènes de toutes les régions du pays étaient arrivés à Quito pour faire valoir leurs revendications.

La CONAIE a condamné que les manifestations et les barrages routiers aient été attaqués par les forces de sécurité ainsi que par des foules d’extrême droite, qui ont déclenché des attaques contre des femmes, des enfants et des personnes âgées. La confédération a également critiqué l’état d’urgence et la répression.

« Le décret de l’état d’urgence limite les droits et dresse le peuple contre le peuple. Au 8e jour de grève nationale, 81 interpellations, 52 blessés, 4 blessés graves, 11 avec impacts aux yeux et au visage, 1 mort ont été enregistrés. déclaré CONAIE.

“Dans un État de droit et de démocratie, les droits de l’homme ne sont pas violés, ni la violence, la répression policière et militaire légitimées”, stressé la confédération. “Dans un État de droit, le droit de manifester est garanti, la vie et l’intégrité des dirigeants sociaux, les défenseurs des droits de l’homme ne sont pas menacés, et le racisme, la discrimination et la xénophobie ne sont pas promus”, a-t-il ajouté. ajoutée.

MESURES PRISES PAR L’OPPOSITION

Les secteurs de l’opposition ont également condamné le gouvernement Lasso pour avoir eu recours à la répression et à la violence au lieu du dialogue pour faire face à la situation. Le 21 juin, l’Assemblée nationale contrôlée par l’opposition, avec 81 des 137 voix, a approuvé une résolution exhortant le gouvernement à dialoguer avec les organisations autochtones et d’autres secteurs. Par le biais de la résolution, le congrès monocaméral a également appelé des organisations telles que l’ONU, la Croix-Rouge et l’Église catholique à assister aux négociations et à proposer des mécanismes pour résoudre la crise.

Source: https://therealnews.com/ecuadorians-continue-to-resist-as-national-strike-enters-second-week

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire