Les États américains poursuivent Biden pour “collusion” avec les grandes technologies

0
37

Les procureurs généraux du Missouri et de la Louisiane ont accusé le président américain et plusieurs hauts responsables de “collusion” avec Big Tech pour censurer les informations

Les procureurs généraux de deux États américains dirigés par les républicains, le Missouri et la Louisiane, ont déposé une plainte contre l’administration Biden, a rapporté jeudi Fox News. Les États accusent de hauts responsables, dont le président Joe Biden, d’avoir «sous pression et de connivence» avec des entreprises de médias sociaux pour censurer et supprimer des informations sur un certain nombre de grandes histoires au cours des deux dernières années.

Parmi les responsables nommés comme accusés figurent l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, et le conseiller médical en chef du président, le Dr Anthony Fauci. Eux et d’autres sont accusés d’exercer une pression indue ou de travailler avec un certain nombre de sociétés Big Tech telles que Meta, Twitter et YouTube pour supprimer les informations concernant la controverse sur l’ordinateur portable Hunter Biden, les origines de Covid-19 et les problèmes de sécurité associés au courrier. -en votant pendant la pandémie.

Le procureur général du Missouri, Eric Schmitt, et le procureur général de la Louisiane, Jeff Landry, affirment que l’administration Biden l’a fait “sous couvert de lutte contre la désinformation.

Lire la suite

Le gouvernement américain défend le “ministère de la Vérité”

Le procès, déposé jeudi devant le tribunal de district américain du district ouest de la Louisiane, décrit les efforts supposés de l’administration pour étouffer certaines informations comme «l’une de ses plus grandes agressions par des représentants du gouvernement fédéral dans l’histoire de la nation» sur le droit constitutionnel des Américains à la liberté d’expression.

Le dossier poursuit en affirmant que «Après avoir menacé et cajolé les plateformes de médias sociaux pendant des années pour censurer les points de vue et les orateurs défavorisés par la gauche, les hauts fonctionnaires du pouvoir exécutif sont entrés dans une phase de collusion ouverte avec les entreprises de médias sociaux pour supprimer les orateurs, les points de vue et le contenu défavorisés sur plates-formes de médias sociaux sous le couvert orwellien de stopper la soi-disant « désinformation », « désinformation » et « malinformation ».

Dans une déclaration exclusive à Fox News Digital, le procureur général du Missouri, Eric Schmitt, a expliqué la décision de porter plainte en disant qu’il «ne pas rester les bras croisés pendant que l’administration Biden tente de piétiner les droits du premier amendement des Missouriens et des Américains.

Son collègue de l’État de Louisiane, Jeff Landry, est allé jusqu’à qualifier la Big Tech de «l’extension du grand gouvernement de Biden,« qui est occupé »supprimer la vérité et diaboliser ceux qui pensent différemment.« Landry a comparé Joe Biden à Joseph Staline sur les politiques du président qui visent prétendument à »censurer la liberté d’expression et faire la propagande des masses.” Le procureur général a déclaré que le procès visait à “garantir l’état de droit et empêcher le gouvernement d’interdire, de refroidir et d’étouffer la parole de manière inconstitutionnelle.

Parmi les cas évoqués dans le dossier figurent la décision de Twitter de désactiver le partage d’une histoire du New York Post de 2020 concernant le contenu de l’ordinateur portable de Hunter Biden qui a été récupéré dans un atelier de réparation du Delaware. Le rapport a ensuite été jugé exact par le Washington Post et le New York Times, ont souligné les deux procureurs généraux.

Dans un autre cas, Facebook aurait censuré les messages suggérant que Covid-19 aurait pu accidentellement fuir d’un laboratoire à Wuhan, en Chine. Les procureurs généraux affirment que c’est Anthony Fauci qui a orchestré un effort pour “discrédit« le récit tout en »échangeant des e-mails avec Mark Zuckerberg, le PDG de Facebook, concernant le contrôle et la diffusion des informations sur le Covid-19.” La campagne n’a commencé à se terminer qu’après que davantage de médias ont commencé à rendre compte de la viabilité de la théorie, selon le procès.

De plus, selon le dossier, YouTube a effectivement censuré le sénateur républicain Rand Paul et le gouverneur de Floride Ron DeSantis pour avoir remis en question l’efficacité du port de masques en tissu pendant la pandémie de Covid.

Un autre cas majeur où «les plateformes de médias sociaux censurées de manière agressive», comme le prétendent Schmitt et Landry, était la préparation de la course présidentielle de novembre 2020. Les procureurs généraux affirment que les préoccupations de Donald Trump concernant la sécurité du vote par correspondance ont été étouffées par Big Tech à l’époque. Les tweets de Trump ont été signalés, avec un avis dirigeant les utilisateurs vers les faits entourant la pratique.

Comme preuve supplémentaire que l’administration Biden a exercé une pression indue sur les plateformes de médias sociaux pour supprimer la liberté d’expression, le dossier mentionne la déclaration du chirurgien général Vivek Murthy en juin 2021, où il a déclaré «nous attendons plus de nos entreprises technologiques… Nous leur demandons de surveiller de plus près la désinformation.” De plus, le dernier lancement du nouveau tableau de désinformation du DHS montre simplement que les dirigeants politiques américains actuels ont l’intention d’intensifier leur “campagne de censure,», préviennent les procureurs généraux.

Fox News, qui a couvert le dépôt de plainte, a contacté Meta, Twitter, YouTube ainsi que la Maison Blanche pour obtenir des commentaires, mais apparemment aucun d’entre eux n’a répondu jusqu’à présent.



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire