Les États-Unis appellent les Houthis du Yémen à libérer le personnel de leur ambassade locale | Actualités des Houthis

0
39

Les États-Unis appellent les rebelles yéménites à “mettre fin à l’injustice” et à libérer les employés actuels et anciens de l’ambassade américaine à Sanaa.

Les États-Unis ont renouvelé leur appel aux Houthis du Yémen pour qu’ils libèrent le personnel de l’ambassade américaine détenu après la mort d’un employé à la retraite de l’Agence américaine pour le développement international (USAID) qui était sous la garde des rebelles.

L’ambassade des États-Unis à Sanaa a rendu hommage jeudi au défunt membre du personnel, Abdulhameed Al-Ajami, le qualifiant de « fier Yéménite dévoué à l’éducation des enfants yéménites ».

« Nous adressons nos condoléances à ses proches et appelons les Houthis à mettre fin à cette injustice et à libérer maintenant tous les employés actuels et anciens de l’ambassade des États-Unis », a déclaré l’ambassade dans un communiqué partagé sur Twitter.

L’agence de presse Associated Press a cité un travailleur humanitaire international non identifié disant qu’Al-Ajami, qui n’a jamais été inculpé d’un crime, souffrait d’une insuffisance rénale modérée – une condition qui s’est aggravée pendant sa détention sans accès à une aide médicale.

Le département d’État américain avait déclaré mercredi qu’Al-Ajami “n’avait eu aucun contact avec sa famille au cours des six derniers mois de sa vie”.

« Les États-Unis ont déployé des efforts diplomatiques incessants pour obtenir la libération de notre personnel yéménite à Sanaa », a déclaré le porte-parole Ned Price dans un communiqué. « Nous exigeons que les Houthis libèrent les employés américains actuels et anciens détenus. »

Washington avait fermé son ambassade à Sanaa, la capitale du Yémen, en 2015, alors que la guerre civile dans le pays s’intensifiait. Les Houthis se sont emparés du complexe qui abritait le poste diplomatique en octobre dernier. Les rebelles ont également détenu des dizaines d’anciens employés locaux.

Et tandis que les Houthis ont par la suite relâché de nombreux membres du personnel, des responsables américains ont précédemment déclaré qu’une douzaine d’entre eux restaient sous la garde des rebelles.

Les Houthis ont pris le contrôle de Sanaa en 2014. L’année suivante, une coalition dirigée par l’Arabie saoudite et soutenue par les États-Unis est intervenue au Yémen pour repousser les rebelles et rétablir le gouvernement du président Abd-Rabbu Mansour Hadi.

Hadi a transféré ses pouvoirs à un nouveau conseil présidentiel le mois dernier.

La mort d’Al-Ajami survient au milieu des efforts des Nations Unies pour renouveler une trêve fragile qui avait mis un terme aux combats depuis début avril. Le cessez-le-feu temporaire doit expirer début juin.

La coalition dirigée par l’Arabie saoudite accuse les rebelles yéménites d’être des mandataires de l’Iran – une accusation que les Houthis et Téhéran rejettent.

Pour leur part, les Houthis considèrent Washington comme un partenaire de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, et leurs porte-parole et médias qualifient souvent la guerre d’« agression américano-saoudienne ».

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/26/us-calls-on-yemens-houthis-to-release-its-local-embassy-staff

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire