Les États-Unis devraient rejoindre le JCPOA s’ils se soucient vraiment d’un Iran nucléaire

0
61

La perspective d’un Moyen-Orient nucléarisé souligne la nécessité de plus de diplomatie, pas moins

Le 26 avril, la Maison Blanche s’est dite préoccupée par le fait que l’Iran accélèrerait son programme nucléaire, affirmant que Téhéran pourrait obtenir suffisamment de matières fissiles pour une bombe nucléaire en quelques semaines. Les remarques faisaient écho à celles provenant précédemment du Département d’État, soulignant un nouveau théâtre potentiel dans un paysage de sécurité mondiale déjà en détérioration – même si cette évaluation peut ne pas être exacte.

Selon des informations parues dans les médias israéliens, les États-Unis et Israël discutent de méthodes alternatives pour faire face au potentiel d’un Iran nucléaire. En effet, selon ces rapports, les États-Unis ont essentiellement abandonné le cadre du Plan d’action global conjoint (JCPOA, également appelé «accord sur le nucléaire iranien»), c’est-à-dire une voie diplomatique pour résoudre le problème. Cela pose la question de savoir si une réponse militaire serait sur la table en l’absence de toute solution diplomatique viable.

D’autre part, plus de 40 anciens hauts responsables européens, dont d’anciens ministres des Affaires étrangères et de la Défense de plus d’une demi-douzaine de pays, ont publié une lettre ouverte exhortant les États-Unis et l’Iran à conclure leurs négociations sur le retour au JCPOA de 2015.

La lettre notait la question la plus controversée des négociations, la désignation du Corps de la Garde républicaine islamique d’Iran comme « organisation terroriste étrangère », a des compromis évidents – même si ceux-ci seraient politiquement compliqués sur la scène intérieure américaine. Il a également dénoncé les deux dernières années de la politique iranienne des États-Unis comme un mauvais héritage de la campagne de «pression maximale» de l’ancien président Donald Trump sur l’Iran, qui a non seulement échoué mais a fait du monde un endroit objectivement moins sûr.

Lire la suite

Une nation sous sanctions : ce que l’expérience de l’Iran peut nous dire sur la lutte de la Russie contre la pression occidentale

Ces dirigeants européens ont présenté une évaluation astucieuse de la situation et n’auraient vraiment pas pu mieux dire en ce qui concerne les politiques de Biden. Le fait est que la réticence de Biden à négocier des différences politiques avec Téhéran, soit en adoptant un compromis, soit en présentant une alternative, n’est pas une politique viable. C’est dangereux et irresponsable.

Tout d’abord, les États-Unis pourraient ne pas être aussi bien équipés pour s’engager dans une guerre chaude avec l’Iran qu’ils prétendent l’être, compte tenu de la situation sécuritaire mondiale actuelle.

Les États-Unis sont déjà impliqués dans le conflit en cours en Ukraine, mobilisant une part importante de leur production militaire pour l’approvisionnement en armes de ce théâtre. Il participe également activement à attiser les tensions dans la région Asie-Pacifique. Déjà une préoccupation majeure des stratèges militaires américains a été d’éviter une « guerre sur deux fronts » impliquant la Russie et la Chine, sans parler d’une guerre sur trois fronts impliquant maintenant l’Iran.

Le conflit en Ukraine sert en fait d’exemple pour expliquer pourquoi les États-Unis devraient désamorcer avec l’Iran. Avant « l’opération militaire spéciale » de la Russie, les États-Unis avaient promis une réponse puissante et implacable à toute incursion de Moscou en Ukraine. Ces mots étaient creux – et cela a envoyé un message clair, comme d’autres événements dans le monde, que les États-Unis sont un partenaire fondamentalement peu fiable sur les questions de sécurité. Le fait est que les États-Unis ne sont tout simplement pas préparés aux conséquences de leurs dangereuses escalades.

Deuxièmement, les États-Unis sont politiquement isolés sur cette question avec seulement Israël vraiment de leur côté. L’Europe comprend clairement qu’une course aux armements nucléaires au Moyen-Orient constitue une menace directe pour sa sécurité et a le potentiel de graves retombées. C’est pourquoi l’Europe est en tête sur la question du JCPOA depuis le retrait des États-Unis et accueille les négociations. Les dirigeants européens ont régulièrement exhorté les États-Unis à rejoindre Biden – des appels qui ont malheureusement été ignorés.

Lire la suite

RT
Des responsables américains frappés de sanctions

Le reste du monde, c’est-à-dire la communauté internationale elle-même, est très clairement du côté de la désescalade et contre la prolifération nucléaire. Tout ce qui pourrait favoriser ces préférences serait considéré comme souhaitable, ce qui signifie que la réticence de Washington à venir à la table est clairement ressentie par la communauté internationale.

Les responsables de la Maison Blanche doivent revenir à la raison sur le JCPOA, se mettre à la table des négociations et parvenir à une solution acceptable avec Téhéran. Le délai de quelques semaines présenté par l’attachée de presse de la Maison Blanche, Jen Psaki, peut constituer un délai approprié pour y parvenir le plus rapidement possible.

Cela contribuerait non seulement à améliorer une situation de sécurité mondiale déstabilisée qui fait sans doute de la prolifération nucléaire une stratégie de défense nationale légitime pour les pays sous «pression maximale», mais servirait également à améliorer la réputation de l’Amérique dans le monde. Ne pas le faire signifierait une nouvelle détérioration de la sécurité mondiale et plus de ressentiment contre Washington pour des raisons compréhensibles.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire