Les États-Unis ont presque anéanti des dizaines de milliers de civils avec la frappe d’un barrage en Syrie – NYT – RT World News

0
76

L’armée a ensuite rejeté les informations sur l’attentat à la bombe comme “folles” et a blâmé l’Etat islamique de manière préventive.

En 2017, les États-Unis ont bombardé une infrastructure stratégique en Syrie, le barrage de Tabqa sur l’Euphrate, bien qu’il soit sur une liste de non-grève, a rapporté le New York Times.

Un bombardier B-52 a largué certaines des armes les plus lourdes de l’arsenal de l’US Air Force sur la cible, dont au moins un BLU-109 bunker buster, conçu pour détruire des cibles en béton fortifiées. Cette bombe a percé cinq étages dans l’une des tours du barrage, mais n’a pas explosé.

Si la structure de terre et de béton conçue par les Soviétiques avait échoué, des dizaines de milliers de personnes vivant dans une vallée en contrebas seraient probablement mortes.

Le barrage n’a pas été immédiatement détruit, mais l’endommagement de ses équipements l’a rendu inopérant et risquait de déborder. Une trêve sans précédent impliquant le groupe terroriste État islamique (IS, anciennement ISIS), les forces soutenues par les États-Unis sur le terrain et les forces gouvernementales syriennes a été conclue à la hâte avec l’aide de la Russie pour permettre la réparation d’une grue contrôlant les vannes d’urgence.




Une fois le travail effectué par une équipe de 16 travailleurs, une frappe de drones ordonnée par le même groupe de travail qui avait appelé à la grève initiale a anéanti une camionnette transportant certains d’entre eux. Il a tué un ingénieur en mécanique, un technicien et un travailleur du Croissant-Rouge syrien.

Les événements ont été décrits par le Times sur la base d’entretiens avec des responsables militaires américains anonymes ainsi que des personnes en Syrie, y compris un ingénieur qui était présent au barrage le jour de la frappe. C’est le dernier exposé du journal sur les opérations de Talon Anvil, que les critiques qualifient d’insouciantes. Le groupe de travail a été créé pour coordonner l’effort de guerre contre l’EI et était composé de commandos de la Delta Force de l’armée américaine, selon des rapports précédents.

La frappe du 26 mars sur le barrage de Tabqa a été attribuée aux forces américaines par la Russie et la Syrie, mais alors le lieutenant. Le général Stephen J. Townsend, sous la responsabilité duquel le groupe de travail opérait, l’a rejeté comme “beaucoup de reportages fous.”

“Le barrage de Tabqa n’est pas une cible de la coalition et lorsque des frappes se produisent sur des cibles militaires, au barrage ou à proximité, nous utilisons des munitions sans cratère pour éviter des dommages inutiles à l’installation”, a-t-il assuré aux journalistes.

Si quelque chose arrive au barrage de Tabqa, ce sera entre les mains de l’Etat islamique, pas de la coalition.

Selon des sources du Times, Talon Anvil utilisait régulièrement une astuce pour contourner le processus de vérification des frappes aériennes par le commandement supérieur, citant l’urgence de défendre les forces alliées américaines contre une attaque imminente. La frappe sur le barrage était également justifiée de cette façon, mais des témoins ont déclaré qu’aucun combat majeur n’avait eu lieu dans la région avant que les bombes ne frappent.

Le commandement central américain a reconnu avoir largué trois bombes de 2 000 livres, mais a déclaré qu’ils visaient des tours, pas le barrage lui-même. Et que le fait qu’elle n’ait pas échoué prouvait la sécurité de l’opération, a suggéré un porte-parole de l’armée. Il a nié que les procédures habituelles aient été contournées en autorisant les grèves.

Le Times a déclaré qu’un rapport demandé aux ingénieurs spécialisés du bureau des ressources et des infrastructures de défense de la Defense Intelligence Agency avant les frappes recommandait de ne pas utiliser tout type d’explosifs à proximité du barrage. Même des munitions relativement petites comme les missiles Hellfire pourraient endommager les structures en béton contrôlant le débit d’eau, selon l’évaluation de quatre pages, selon le journal.

Talon Anvil n’avait pas signalé les grèves du barrage. L’armée américaine a dû reconstituer ce qui s’était passé en examinant les journaux de bord du bombardier B-52, a déclaré une source au Times. Aucune mesure disciplinaire n’a été prise contre les membres de l’unité secrète, a rapporté le journal.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire