Les familles des opposants tunisiens emprisonnés demandent à la CPI d’enquêter sur le président | Nouvelles

0
112

Les enfants de quatre opposants tunisiens emprisonnés ont demandé à la Cour pénale internationale (CPI) d’enquêter sur les allégations de persécution politique et la détérioration de la situation des droits humains dans ce pays d’Afrique du Nord.

Lors d’une conférence de presse jeudi à La Haye, aux Pays-Bas, l’avocat des familles a déclaré qu’elles avaient déposé une plainte auprès de la CPI appelant son procureur à enquêter sur les dirigeants du pays.

Etaient présents les fils et filles du chef du parti d’opposition Ennahdha, Rached Ghannouchi, l’avocat et éminent critique du gouvernement Ghazi Chaouachi, l’écrivain et activiste Chaima Issa et le politicien d’Ennahdha, Saïd Ferjani.

“Nous avons dû déposer cette plainte parce que c’est le gouvernement lui-même qui commet ces crimes”, a déclaré l’avocat Rodney Dixon, ajoutant que les actions constituent des « crimes contre l’humanité ».

Détentions massives, règne d’un seul homme

Depuis l’arrivée au pouvoir du président Kais Saied fin 2019, son régime est devenu de plus en plus oppressif.

En juillet 2021, il a suspendu le parlement, dans lequel Ennahdha disposait de la majorité parlementaire ; limogé le Premier ministre, Hichem Mechichi ; et a commencé à gouverner par décrets – des mesures qui ont été condamnées et qualifiées de coup d’État par l’opposition. Il a également dissous le Conseil de la magistrature, qui garantit l’indépendance des juges.

Depuis lors, plusieurs séries d’arrestations ont abouti à la détention de plusieurs hauts responsables politiques de l’opposition, d’anciens ministres, d’universitaires, de personnalités du monde des affaires et de militants.

Des manifestations contre les détentions, le régime d’un homme seul et l’absence de progrès dans l’amélioration de l’économie ont eu lieu régulièrement, et les forces de sécurité ont réagi violemment.

Mercredi, 60 militants ont entamé une journée de grève de la faim pour protester contre « les arrestations arbitraires et les procès inéquitables » des opposants au président.

Vendredi, Ghannouchi, 84 ans, a entamé une grève de la faim de trois jours pour protester contre sa détention et montrer son soutien aux autres « prisonniers politiques ».

Un tribunal a condamné en mai Ghannouchi, ancien président du Parlement, à un an de prison pour « terrorisme », une accusation que son parti considère comme politiquement motivée. Il a été arrêté en avril.

“Mon père a entamé une grève de la faim pour protester contre sa détention injuste et celle d’autres détenus, détenus politiques et militants”, a déclaré Yusra Ghannouchi à Al Jazeera, depuis La Haye. « Il appelle au rétablissement de la démocratie et de l’État de droit dans notre pays.

« Il a entamé une grève de la faim parce qu’il n’avait pas d’autre choix. Saied a démantelé tous les organes et institutions indépendants du pays.

« Au cours des deux dernières années, tout ce qu’il [Saied] “Ce que nous avons fait, c’est ramener la dictature en Tunisie”, a ajouté l’ancien porte-parole d’Ennahdha. « Il n’a aucune solution aux problèmes auxquels le pays est confronté, comme celui de l’économie, qui s’est aggravé depuis qu’il a pris le pouvoir. Il n’y a plus de freins et contrepoids dans le pays. C’est pourquoi de nombreux hommes politiques et militants se mettent en grève.»

“Il n’est pas sensible à la pression”

Les analystes estiment que le dépôt de la plainte à la CPI pourrait ne pas faire de différence pour Saied.

« Je ne pense pas que cela fera une différence pour lui. Il n’est pas sensible à la pression. Le régime s’inquiétera de l’impact de ce que cela va entraîner. C’est un problème qu’ils auraient préféré ne pas avoir », a déclaré à Al Jazeera l’analyste Hatem Nafti.

« Cela aura un impact moral. Ceux qui le soutiennent prendront désormais conscience de ses actions. Ils commenceront à douter encore plus de lui. Ce n’est définitivement pas bon pour son image ni pour ce qu’il en reste », a-t-il ajouté.

Mardi, Abir Moussi, chef du Parti destourien libre (Constitutionnel) et critique ouverte de Saied, a été arrêtée.

Moussi a été arrêtée devant le palais présidentiel, où elle s’est rendue pour contester un récent décret présidentiel prévoyant la tenue d’élections locales cette année, a indiqué son parti.

Les critiques ne viennent pas seulement de la Tunisie. Le groupe international de défense des droits humains Amnesty International a accusé Saied d’étouffer l’opposition politique et de prendre des mesures qui répriment la liberté d’expression.

« Décret par décret, coup par coup, le président Saïed et son gouvernement ont considérablement porté atteinte au respect des droits de l’homme en Tunisie », a déclaré Heba Morayef, directrice régionale d’Amnesty pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, dans un communiqué.

« Il a supprimé les libertés fondamentales pour lesquelles les Tunisiens se sont battus durement et a favorisé un climat de répression et d’impunité. Les autorités tunisiennes doivent immédiatement inverser cette trajectoire dangereuse et respecter leurs obligations internationales en matière de droits humains », a-t-elle ajouté.

La démocratie a-t-elle déraillé ?

Ces dernières années, le statut de la Tunisie, seule réussite démocratique issue des soulèvements du Printemps arabe, a été terni.

Le pays de 12 millions d’habitants est également aux prises avec des troubles économiques, un taux de chômage élevé ainsi que de graves pénuries d’eau.

La pression économique désastreuse et l’oppression politique ont poussé de nombreux Tunisiens à fuir le pays, dans l’espoir de sauver leur vie et celle de leurs familles.

Ils ne sont pas les seuls. La proximité de la Tunisie avec l’île italienne de Lampedusa, dans la mer Méditerranée, en a fait un point de départ pour de nombreux Africains et Arabes fuyant des situations tout aussi désespérées dans leur propre pays.

Alors que les demandeurs d’asile attendent l’occasion de quitter la Tunisie sur des bateaux branlants qui ont tué plus de 2 500 personnes cette année, selon les Nations Unies, ils se sont retrouvés la cible des diatribes racistes de Saied, qui les a accusés d’en faire partie. d’un complot visant à détruire le « caractère arabe » de la Tunisie.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/10/5/families-of-jailed-tunisian-opposition-ask-icc-to-investigate-president

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire