Les faucons d’Amérique et de Grande-Bretagne veulent-ils réellement une guerre avec la Russie ? — Nouvelles du monde RT

0
142

Les discours imprudents et incendiaires des politiciens doivent être atténués avant qu’ils ne déclenchent un conflit inutile

D’après ce que j’ai lu et entendu ce week-end, il semblerait qu’il y ait des gens à Washington et à Londres qui souhaitent voir une guerre avec la Russie. Mais pourquoi? Qu’est-ce que la guerre apporterait, au-delà de la perte de vies innocentes ? La réponse, clairement, est absolument rien.

Plutôt que de réduire le langage et d’agir comme des hommes d’État, les politiciens des deux côtés de l’Atlantique ont passé ces derniers jours à évoquer la perspective d’une guerre. Le président américain Joe Biden, par exemple, a annoncé que «les choses pourraient devenir folles rapidement” et a dit aux citoyens du pays de quitter l’Ukraine, ce qui a conduit d’autres pays du monde, y compris le Royaume-Uni, à emboîter le pas rapidement.

L’administration Biden a également désigné mercredi le jour de toute éventuelle invasion russe, le conseiller à la sécurité nationale Jake Sullivan affirmant que des bombes pourraient pleuvoir sur la capitale ukrainienne, Kiev.

Cette ligne a été répétée par le ministre des Forces armées britanniques, James Heappey, qui a déclaré : « Ma peur est [an invasion] est très imminent, cela ne veut pas dire que cela va certainement arriver… c’est un avertissement car quelques minutes après que Poutine a donné l’ordre, des missiles et des bombes pourraient atterrir sur des villes ukrainiennes.”

Les médias occidentaux sont tout aussi coupables que les politiciens d’intensifier la rhétorique de la guerre. Un coup d’œil aux gros titres chauvinistes du week-end révèle que le public est en train d’être fouetté dans un sentiment d’hystérie. “Compte à rebours de la guerre” et “48 heures pour sauver l’Europe” n’étaient que deux des éclaboussures en première page. Et un regard rapide sur les chaînes câblées américaines, telles que CNN, montre un appétit presque insatiable pour le conflit.

J’ai eu une lueur d’espoir vendredi que le sens prévalait enfin. À la suite de réunions à Moscou, le secrétaire britannique à la Défense, Ben Wallace, a déclaré que «nous continuerons d’essayer» pour trouver une solution diplomatique. Il semble cependant qu’il n’ait pas lu le scénario, car dans les 24 heures, il a accordé une interview au SundayDes moments où il a dit qu’il y avait un “odeur de Munich» sur les tentatives de trouver une solution diplomatique à la crise.

Pour ceux qui ne le savent pas, Wallace comparait ceux qui tentent de négocier une issue à la crise actuelle à la tentative de Neville Chamberlain de traiter avec Adolf Hitler en 1938. Cette déclaration a suscité l’incrédulité à presque tous les niveaux. Wallace suggère-t-il vraiment que Vladimir Poutine s’apparente à Hitler ? De plus, ne sait-il pas que la Russie a été la plus grande victime de l’expansionnisme de l’Allemagne nazie, perdant jusqu’à 27 millions de personnes ?




Lorsque les politiciens modernes tentent d’invoquer leur Winston Churchill intérieur, les résultats sont presque toujours déplacés et dangereux. Il a été utilisé à maintes reprises comme prétexte à la guerre. Il convient de rappeler à Wallace que Churchill a également dit un jour que «mâchoire, mâchoire est toujours préférable à la guerre, guerre”; les politiciens d’aujourd’hui feraient bien de tenir compte de ce conseil.

Mais pourquoi cela se produit-il ? Pourquoi ces politiciens sont-ils si désireux de parler du potentiel de la guerre ? Appelez-moi un cynique, mais se pourrait-il que ce soit à cause de la mauvaise performance de Biden dans les sondages et de l’anéantissement à mi-parcours, ou que Boris Johnson soit dans les cordes du Partygate ? Personne ne peut le dire avec certitude, mais ce que je sais, c’est que les aventures à l’étranger ont été utilisées dans le passé pour détourner l’attention du public des échecs nationaux. Si tel est le cas – et j’espère sincèrement que non – alors ils jouent un jeu très dangereux avec la vie de nombreuses personnes, ce qui pourrait entraîner des conséquences catastrophiques imprévues.

Ceci, bien sûr, s’est déjà produit. En 1914, l’Europe entre en guerre à cause des menaces, des alliances et du manque de communication. Personne ne voulait vraiment la guerre, que ce soit le roi George V, le Kaiser Wilhem ou le tsar Nicolas. Mais le langage belliqueux et les menaces des politiciens ont conduit à une mobilisation qui n’a pu être arrêtée et l’Europe a basculé dans la guerre presque par accident.

À la fin de la Première Guerre mondiale, personne ne comprenait vraiment pourquoi elle avait commencé et il y a eu des disputes depuis sur ses origines. L’histoire a l’étrange habitude de se répéter. C’est donc un appel du fond du cœur aux politiciens : modérez la rhétorique et arrêtez d’agir comme des fauteurs de guerre du début du XXe siècle. Nous ne sommes pas en 1914, nous sommes en 2022, et rien de bon ne sortira de ce conflit potentiel.

Pour être clair, je ne suis pas un militant anti-guerre de gauche, mais il est évident que toutes les solutions diplomatiques doivent être épuisées avant que toute décision entraînant la mort ne soit prise. Les accords antérieurs doivent être respectés et des compromis devront être faits. Ce n’est pas de l’apaisement, comme je suis sûr que certains types bellicistes le verraient – c’est du simple bon sens.

Il est maintenant temps de faire preuve d’un véritable sens politique, et non de jingoïsme bon marché ou de postures politiques.

Les déclarations, vues et opinions exprimées dans cette colonne sont uniquement celles de l’auteur et ne représentent pas nécessairement celles de RT.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire