Les femmes et les filles afghanes perdent leur liberté sous le régime taliban

0
58

Image de Joel Heard.

Après le retrait américain d’Afghanistan l’année dernière, les talibans ont promis d’autoriser les filles à étudier à l’école après la 6e année, mais ont ensuite annulé cette décision. Aujourd’hui, effacées de la vie civique, les filles et les femmes en Afghanistan vivent sous la tyrannie et dans la peur, leurs libertés supprimées par les talibans qui les empêchent désormais de recevoir une éducation ou de pouvoir travailler.

Après avoir pris le contrôle du pays dès l’évacuation des troupes américaines, les talibans ont rapidement acquis pour plus de 7 milliards de dollars d’équipements militaires financés par les États-Unis qui figuraient dans l’inventaire de l’ancien gouvernement afghan avant son effondrement, selon un nouveau rapport publié cette semaine par le Inspecteur général du département américain de la Défense. Grâce à cette puissance militaire, les talibans ont pu appliquer des règles strictes conformément à la loi islamique de la charia, qui interdit des activités telles que la musique, l’art et bien sûr l’éducation des filles.

De 2001 à 2021, selon une étude de l’UNESCO, le pourcentage d’éducation des femmes en Afghanistan a augmenté rapidement et est resté stable. En fait, les ensembles de données de l’examen national d’entrée en Afghanistan, appelé Kankor, montrent que le nombre de femmes participant aux examens de Kankor a progressivement augmenté au cours de ces 20 années. Depuis que les talibans ont pris le pouvoir, le groupe fondamentaliste de l’islam chiite a réduit les droits, les libertés et les libertés des femmes dans le pays. La question est maintenant : que peuvent faire les femmes ? La réponse? Rien, selon certains.

Dans une interview avec Chatham House, militante afghane des droits de l’homme, Horia Mosadiq a critiqué les talibans pour avoir privé les femmes des libertés fondamentales. « La discrimination sexuelle radicale des talibans est ce qui les distingue des autres groupes d’insurgés, en Afghanistan ou ailleurs », a-t-elle déclaré. “Ils interdisent aux femmes de travailler en dehors de chez elles, interdisent l’éducation des filles après la sixième année, privent les femmes de leur droit à la participation politique ainsi que de leurs droits sociaux, économiques et culturels.”

Elle a ajouté qu’elle était contrariée non seulement par les talibans, mais aussi par la communauté internationale pour avoir gardé le silence sur la question. “Nous avons été choqués par l’absence de réaction à ce décret de la part de la communauté internationale, il n’y a rien eu”, a-t-elle déclaré. « En tant que femmes afghanes et peuple afghan, nous nous sentons trahies par la communauté internationale parce que nous luttons quotidiennement contre ces règles. Les femmes manifestent, réclamant leurs droits élémentaires et fondamentaux. Mais il n’y a pas de véritable soutien pour nous aider à faire avancer ces agendas des droits humains et des droits des femmes.

Mosadiq a déclaré qu’elle avait “très peu d’espoir” que quelque chose changera maintenant. Les promesses de la communauté internationale sont restées vaines. La promesse des talibans à la communauté internationale n’était qu’une ruse selon Mosadiq, et la communauté internationale s’est laissée berner “parce qu’elle avait besoin d’une excuse pour donner de l’argent aux talibans et une plate-forme internationale”.

Sans aide de l’extérieur, les femmes et les filles en Afghanistan semblent condamnées à vivre selon les caprices des dirigeants talibans. Selon un rapport publié plus tôt cette année par Human Rights Watch et l’Institut des droits de l’homme de l’Université d’État de San Jose, les talibans ont eu « un impact dévastateur sur les femmes et les filles afghanes ».

Le rapport note que « depuis qu’ils ont pris le contrôle de la ville de Ghazni le 12 août 2021, quelques jours avant d’entrer dans la capitale afghane, Kaboul, les talibans ont imposé des politiques violant les droits qui ont créé d’énormes obstacles à la santé et à l’éducation des femmes et des filles, restreint la liberté de mouvement, d’expression et d’association, et privé beaucoup de revenus gagnés.

De même, Amnesty International a récemment publié son propre rapport dénonçant les actions des talibans contre les filles et les femmes. Intitulé Death in Slow Motion: Women and Girls Under Taliban Rule, le rapport révèle également comment les femmes qui ont manifesté pacifiquement contre ces règles oppressives « ont été menacées, arrêtées, détenues, torturées et ont fait l’objet d’une disparition forcée ».

Beaucoup de gens, comme Mosadiq, ont abandonné et ne croient plus qu’il y ait quoi que ce soit qui puisse être fait pour empêcher les talibans de maltraiter les femmes et de les discriminer. Mais il y en a d’autres qui pensent qu’on peut faire plus.

Par exemple, Amnesty International a déclaré qu’elle « appelle à [the] communauté internationale d’imposer des conséquences aux talibans pour leur conduite, telles que des sanctions ciblées ou des interdictions de voyager appliquées par le biais d’une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies, ou d’employer d’autres formes de levier qui peuvent tenir les talibans responsables de leur traitement des femmes et des filles sans nuire à l’Afghan personnes.”

« Les talibans privent délibérément des millions de femmes et de filles de leurs droits fondamentaux et les soumettent à une discrimination systématique », a déclaré Agnès Callamard. « Si la communauté internationale n’agit pas, elle abandonnera les femmes et les filles en Afghanistan et sapera les droits de l’homme partout.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/08/19/afghanistans-women-and-girls-lose-freedom-under-taliban-rule/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire