Les femmes journalistes afghanes défient alors que les restrictions talibanes augmentent | Nouvelles des médias

0
80

Mahira* est devenue un visage familier à la télévision afghane, car les téléspectateurs se connectent tous les soirs pour la regarder présenter les nouvelles. Même lors des événements récents les plus turbulents, la journaliste de 27 ans est restée calme et posée lorsqu’elle a rendu compte de la prise de contrôle de l’Afghanistan par les talibans.

Samedi, Mahira est apparue à l’écran, mais son visage était recouvert d’un masque noir à la suite d’un décret taliban ordonnant aux présentatrices de nouvelles de se couvrir le visage lorsqu’elles sont à l’antenne.

“[Saturday] a été l’un des jours les plus difficiles de ma vie. Ils nous ont fait sentir comme si nous avions été enterrés vivants », a déclaré Mahira à Al Jazeera. “J’avais l’impression de ne pas être un humain. J’ai l’impression d’avoir commis un grand crime, c’est pourquoi Dieu a fait de moi une femme en Afghanistan », a-t-elle déclaré à Al Jazeera, étouffant ses larmes.

« Quelle loi au monde oblige les femmes à se couvrir le visage à la télévision ? Même dans [other] Les pays islamiques, les présentatrices de nouvelles ou les présentatrices ne portent pas de masques », a-t-elle déclaré, la colère évidente dans sa voix.

Sosan*, un présentateur de télévision de 23 ans, a partagé la colère de Mahira. Elle a commencé à travailler dans les médias en 2019 dans l’espoir de suivre les traces des courageuses reporters afghanes qu’elle avait vues faire des reportages dans tout le pays.

« Nous avions accompli tant de choses et disposions de médias libres solides, avec une présence croissante de femmes dans tous les secteurs. Mais regardez où nous en sommes maintenant… dans un pays où je ne peux même pas choisir quoi porter ou sur quels sujets faire un reportage », a-t-elle déclaré à Al Jazeera, faisant référence à un décret antérieur de « 11 règles pour les journalistes » qui obligeait les journalistes à demander l’approbation des talibans. avant de diffuser des reportages.

L’édit des talibans, annoncé jeudi, est considéré par beaucoup comme le dernier signe d’une escalade des restrictions sur les libertés des femmes et d’un retour au régime répressif de l’époque précédente des talibans au pouvoir en Afghanistan de 1996 à 2001.

Plus tôt ce mois-ci, les talibans ont adopté un décret rendant obligatoire le port du voile facial dans les espaces publics. Ils ont également interdit aux femmes de parcourir plus de 72 km (45 miles) sans mahram (tuteur masculin) et ont empêché les filles d’aller à l’école après la sixième année.

Les militants des droits de l’homme affirment que les restrictions croissantes imposées par les talibans visent à retirer les femmes de la vie publique et qu’il est clair qu’ils ont l’intention d’appliquer le dernier décret sur les couvre-visages.

« Les femmes journalistes à la télévision sont très visibles. Leur présence continue a rassuré les filles et les femmes, au milieu des attaques croissantes des talibans contre les droits des femmes, que certaines femmes étaient encore capables de faire leur travail, d’occuper des rôles importants, d’apparaître en public », Heather Barr, directrice associée du Division des droits des femmes à Human Rights Watch, a déclaré à Al Jazeera.

“En empêchant littéralement ces femmes d’être pleinement vues en public, les talibans ont franchi une autre étape majeure vers leur objectif apparent d’effacer complètement les femmes afghanes de la vie publique.”

Le ministère de la propagation de la vertu et de la prévention du vice n’a pas répondu à une demande de commentaire d’Al Jazeera.

“Je ne peux pas abandonner”

Selon des rapports récents, une augmentation de la discrimination fondée sur le sexe sous les talibans a déjà contraint de nombreuses femmes à quitter les médias afghans.

Une enquête de l’Union nationale des journalistes afghans, publiée en mars, a révélé que 79 % des femmes journalistes afghanes ont déclaré avoir été insultées et menacées sous le régime taliban, y compris des menaces physiques et verbales et des abus de la part de responsables talibans. Pendant ce temps, 60 % des femmes journalistes afghanes interrogées ont déclaré avoir perdu leur emploi depuis la prise du pouvoir par les talibans en août.

Une enquête de Reporters sans frontières, réalisée immédiatement après la prise du pouvoir par les talibans, a révélé que moins de 100 femmes travaillaient toujours dans les médias à Kaboul.

“Sur les 510 femmes qui travaillaient auparavant pour huit des plus grands médias et groupes de presse, seules 76 (dont 39 journalistes) travaillent encore actuellement”, note-t-il, avertissant que “les femmes journalistes sont en train de disparaître de la capitale”. ”.

Les femmes journalistes en Afghanistan ont également signalé des difficultés accrues dans l’exercice de leur travail en raison des restrictions imposées par les talibans. Jeudi, des femmes journalistes de la province de Herat ont déclaré que Naeem al-Haq Haqqani, le directeur provincial de l’information et de la culture des talibans, leur avait interdit d’accéder à une conférence de presse.

Sosan, qui aspirait à devenir réalisatrice de documentaires, a déclaré que les restrictions l’avaient empêchée d’aller sur le terrain.

« Auparavant, nous pouvions parcourir de longues distances pour la couverture des informations, mais il est même très difficile de sortir des centres-villes. Si nous sommes arrêtés par des responsables du ministère du vice et de la vertu des talibans, ils nous demandent pourquoi nous n’avons pas de mahram », a-t-elle déclaré.

Mahira a partagé des expériences discriminatoires similaires.

« Il y a environ un mois, nous avons invité un responsable taliban à participer à mon émission. L’interview a été organisée par notre producteur, qui est un homme. Mais quand le fonctionnaire est entré dans le studio et m’a vue, il s’est retourné et a refusé de se joindre à la discussion, parce que j’étais une femme », a-t-elle déclaré.

Lorsque Mahira a demandé au responsable taliban quel était le problème, il lui a dit qu’il “ne s’assiérait jamais devant une fille pour un entretien”, a-t-elle déclaré.

Des femmes journalistes afghanes ont également signalé avoir été « inscrites sur une liste noire » par des responsables talibans.

« Les fonctionnaires du ministère ne partagent aucune interview ou information. Lorsque nous les approchons avec des questions, elles répondent en nous demandant pourquoi nous ne portons pas le hijab ou pourquoi avons-nous porté des talons, ou encore où sont nos chaussettes. Appelez-vous cela la liberté des médias ? » dit Mahira.

« Quand je leur parle, ils ne me répondent même pas et font comme si personne ne parlait. Ils ne valorisent pas les femmes en tant qu’êtres humains, et encore moins en leur permettant d’être un présentateur ou un présentateur de nouvelles qui s’assoit à la même table avec eux et ont des discussions », a-t-elle ajouté.

Malgré l’interdiction de montrer leur visage, les femmes journalistes afghanes continuent de faire des reportages.

“Quand je me couvre le visage, mon identité est perdue, mais pourtant j’ai décidé de continuer à apparaître à la télévision même avec des masques faciaux parce que je ne veux pas qu’ils pensent qu’en faisant pression sur nous, ils peuvent nous éliminer”, a déclaré Sosan.

Mahira a également refusé de céder à la pression, même si la tentation de démissionner revient chaque jour. « Mais je ne peux pas arrêter. Parce que nous sommes la voix de ceux qui ne sont pas autorisés à aller à l’école, à l’université et au travail. Si nous partons, qui parlera pour eux ? dit-elle.

Dans des actes de solidarité avec leurs collègues féminines, des journalistes masculins sont également apparus à l’écran portant des masques faciaux ces derniers jours.

“Nous nous tenons aux côtés de nos collègues féminines et protestons contre cet ordre parce que nous savons à quel point il est difficile de présenter à la télévision le visage couvert”, a déclaré à Al Jazeera Idrees Farooqi, rédacteur en chef et responsable des informations à 1TV.

Des journalistes et des militants en Afghanistan et dans le monde entier se sont également tournés vers les médias sociaux pour protester contre cette décision en partageant des photos d’eux-mêmes portant des masques aux côtés du hashtag #FreeHerFace.

Pour les femmes afghanes cependant, le reportage est une résistance, a déclaré Mahira.

“Bien que cet ordre ait été très déchirant, mais je leur dirai que même si vous me faites porter une burqa, je serai toujours présent à la télévision. Il n’y a aucune force ou pression que vous pouvez appliquer qui me fera quitter mon emploi », a-t-elle déclaré.

“Je continuerai à faire des reportages sur les femmes parce que c’est de la résistance. Je continuerai à résister jusqu’à ce que la situation s’améliore.

*Nom changé pour protéger l’identité.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/24/afghan-female-journalists-defiant-as-taliban-restrictions-grow

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire