Les forces israéliennes tuent cinq Palestiniens lors d’un raid à Jéricho | Conflit israélo-palestinien

0
280

Ramallah, Cisjordanie occupée – Les forces israéliennes ont abattu au moins cinq hommes palestiniens lors d’un raid sur Jéricho dans l’est de la Cisjordanie occupée.

Le raid à grande échelle a eu lieu aux premières heures de lundi dans le camp de réfugiés d’Aqabet Jabr – qui est assiégé par Israël, comme le décrivent les Palestiniens, depuis plus d’une semaine – et s’est poursuivi jusqu’après l’aube.

Confirmant la mort de cinq personnes, le gouverneur de Jéricho a indiqué que trois autres ont été blessées.

L’armée israélienne a d’abord déclaré dans un communiqué qu’elle avait tué sept hommes au total, dont deux responsables d’une tentative d’attaque par balle à Jéricho le 28 janvier, et cinq autres qui avaient engagé l’armée dans des combats lors du raid.

L’armée a déclaré qu’elle avait retenu les corps de cinq des hommes tués, y compris ceux qu’elle prétendait être “des membres de la cellule du Hamas à Jéricho, y compris les auteurs de l’Almog [checkpoint] opération”.

Il n’était pas clair si tous les hommes ripostaient à l’armée israélienne lorsqu’ils ont été abattus.

La fusillade du 28 janvier n’a fait aucune victime. Il a eu lieu deux jours seulement après un raid israélien à grande échelle sur le camp de réfugiés de Jénine au cours duquel 10 Palestiniens ont été tués.

Le Hamas, le groupe palestinien qui gouverne la bande de Gaza assiégée, n’a revendiqué aucun des sept hommes tués comme ses membres.

Lors du raid sur Jéricho, les forces israéliennes ont arrêté le chef du Hamas, Shaker Amara, qui a récemment été libéré de prison.

Les forces israéliennes ont également arrêté une femme de 48 ans, Rajaa Karsou, lors d’un raid sur le camp de réfugiés de Balata dans la ville occupée de Naplouse, en Cisjordanie, lundi matin.

Le Hamas met en garde contre la révolution après le “massacre” de Jéricho

Le porte-parole du Hamas, Hazem Qassem, a déclaré à Al Jazeera que le “massacre” commis par l’armée israélienne à Jéricho “alimenterait une révolution” parmi les Palestiniens.

« Les tueries continues confirment la grande confusion de l’occupation israélienne face à l’escalade et à l’expansion de la résistance dans toutes les villes, camps et villages de Cisjordanie, et son incapacité à arrêter son escalade », a déclaré Qassem.

Samedi, un nouveau groupe armé palestinien interfactionnel affilié au Hamas, les Brigades Aqabet Jabr, s’est annoncé au public lors d’un défilé et d’une déclaration.

Il s’agit du dernier d’un certain nombre de petits groupes de résistance armée à émerger dans toute la Cisjordanie occupée par Israël depuis septembre 2021, principalement à Jénine et Naplouse.

Les forces israéliennes imposent des restrictions de mouvement dans le camp depuis plus d’une semaine et mènent des raids, dont un samedi qui a fait plusieurs blessés par balles réelles.

Le porte-parole de l’Autorité palestinienne (AP), Ibrahim Melhem, a déclaré que lui et le Premier ministre Mohammad Shtayyeh avaient visité le camp dimanche. Il a déclaré que les habitants du camp étaient « assiégés depuis neuf jours » et « tenaient le [Israeli] gouvernement d’occupation pleinement responsable de ce à quoi les résidents sont exposés, du harcèlement et du terrorisme organisé ».

Vendredi, le ministère des Affaires étrangères de l’AP a condamné « dans les termes les plus forts le siège injuste imposé par les autorités d’occupation israéliennes à la ville de Jéricho pour le huitième jour consécutif sous de faux prétextes, et le considère comme une forme laide de punition collective contre tous les civils palestiniens non armés qui passent de longues heures aux points de contrôle de l’occupation ».

Les tensions sur le terrain ont considérablement augmenté depuis l’assaut d’Israël sur Jénine. Le lendemain du raid, le 27 janvier, un Palestinien a mené une fusillade, tuant sept Israéliens dans une colonie juive illégale à Jérusalem-Est occupée.

La colonie, Neve Yaakov, avait été construite sur les terres des localités palestiniennes de Beit Hanina, Hizma et al-Ram.

Les tueries de lundi à Jéricho portent à 43 le nombre de Palestiniens tués par les forces israéliennes depuis le début de 2023, dont huit enfants.

Les Nations Unies ont désigné 2022 comme l’année la plus meurtrière pour les Palestiniens depuis la fin de la deuxième Intifada, ou soulèvement de masse, en 2005.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2023/2/6/israeli-forces-kill-palestinians-jericho-raid

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire