Les fuites de méthane dans les opérations pétrolières américaines sont bien pires que prévu – étude – RT World News

0
76

Des chercheurs de l’Université de Stanford affirment que des puits et des pipelines au Nouveau-Mexique libèrent de grandes quantités de méthane

Les puits et les pipelines de pétrole et de gaz dans l’État du Nouveau-Mexique émettent des quantités de méthane beaucoup plus importantes que les données précédentes ne l’avaient indiqué, ont révélé des chercheurs de l’Université de Stanford. Le méthane est connu pour être l’un des principaux contributeurs au réchauffement climatique, plusieurs fois plus puissant que le dioxyde de carbone.

Une nouvelle analyse des données aériennes recueillies sur le bassin permien indique que les installations pétrolières et gazières y émettent 194 tonnes métriques de méthane par heure, un chiffre six fois plus élevé que la dernière estimation de l’Agence américaine de protection de l’environnement. L’étude alarmante, rédigée par Yuanlei Chen et Evan Sherwin, a été publiée mercredi dans la revue Environmental Science & Technology.

Les deux chercheurs ont décrit leur incrédulité lorsqu’ils ont vu les résultats surprenants pour la première fois. Le Dr Sherwin, chercheur postdoctoral en ingénierie des ressources énergétiques à Stanford, a déclaré au New York Times que lui et son collègue avaient «passé vraiment plus de deux ans à aller et venir en pensant aux façons dont nous pourrions nous tromper et en discutant avec d’autres experts de la communauté du méthane.” Il a noté que, après des doutes initiaux, les chercheurs “réalisé que c’était notre meilleure estimation des émissions de méthane dans cette région et cette fois, et nous avons dû la publier.




Les chercheurs ont pris des mesures à plusieurs reprises sur chaque site, car les concentrations de méthane sont sujettes à des fluctuations dans le temps, les puits libérant occasionnellement le gaz exprès dans un processus connu sous le nom de ventilation. Cependant, le gaz à effet de serre peut également fuir de lui-même en raison du vieillissement ou d’un équipement défectueux.

Selon l’étude, un nombre relativement restreint de puits sont responsables de la «grande majorité» des fuites de méthane, indiquant qu’en s’attaquant aux problèmes de ces sites problématiques, les niveaux globaux d’émission de méthane pourraient potentiellement être maîtrisés.

Traditionnellement, le gaz naturel est considéré comme une source d’énergie « plus propre » que les autres hydrocarbures, les autorités américaines et d’ailleurs le promouvant comme une option de transition viable du charbon « sale » vers les énergies renouvelables. Pourtant, selon cette dernière étude, le gaz naturel n’est peut-être pas aussi bénin qu’il n’y paraît, car sa production est associée à de fortes émissions de méthane, avec un potentiel de réchauffement plus prononcé que le dioxyde de carbone.

Les scientifiques à l’origine de l’étude ont déclaré aux journalistes que leurs recherches avaient mis en évidence la nécessité de mesures similaires sur d’autres sites pétroliers et gaziers aux États-Unis pour obtenir une vue d’ensemble. Les dernières recherches sont sans doute les plus approfondies en Amérique à ce jour, couvrant quelque 27 000 puits.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire