Les gardes de sécurité des aéroports australiens ont obligé les voyageurs à remettre des téléphones et des mots de passe – RT World News

0
115

Des militants des droits de l’homme ont exprimé leur inquiétude face à cette pratique, la qualifiant de violation de la vie privée

L’Australie s’est retrouvée mêlée à une autre controverse cette semaine après que des voyageurs de retour ont affirmé qu’ils avaient été forcés de remettre leurs téléphones et leurs mots de passe aux agents des frontières à l’aéroport.

Un homme a déclaré mardi au Guardian que lui et son partenaire avaient été obligés d’écrire leurs mots de passe téléphoniques pour les agents des frontières à leur retour en Australie après des vacances de 10 jours aux Fidji.

Après avoir donné leurs mots de passe aux fonctionnaires, leurs téléphones ont été emmenés dans une pièce séparée pendant une demi-heure, où il n’était pas clair ce qui était fouillé.

« Nous n’avons pas été informés de la raison pour laquelle ils voulaient regarder les téléphones. On ne nous a rien dit” dit l’homme, l’appelant un “Violation flagrante de la vie privée.”

« Qui sait ce qu’ils en retirent ? Avec votre téléphone et votre mot de passe, ils ont tout, accès à l’intégralité de votre historique de messagerie, mots de passe enregistrés, banque, Medicare, myGov. Il y a tellement de possibilités », il ajouta.

Malheureusement, la pratique n’est pas nouvelle et les autorités frontalières australiennes ont le pouvoir de demander des appareils et des mots de passe aux voyageurs entrants, qu’ils soient australiens ou non.

Un porte-parole de l’Australian Border Force a déclaré au Guardian que la pratique visait à “protéger la communauté australienne du mal” et s’est vanté que “Les informations saisies sur les téléphones des passagers ont contribué au succès de nombreuses opérations nationales d’application de la loi ciblant des activités illégales.”

Les journalistes et les militants des droits de l’homme ont cependant condamné cette pratique, appel ce “grossier et abusif” et comparer l’Australie sous l’actuel gouvernement Morrison à une dictature autoritaire.

“Vraiment inquiétant – c’est ce que font les pays autoritaires. Cela ne devrait pas se produire en #Australie », Sophie McNeill, chercheuse à Human Rights Watch a écrit mardi.

Les journalistes en particulier – qui ont le devoir de protéger les sources et autres informations confidentielles – ont exprimé leur inquiétude face à cette pratique, avec le journaliste australien Jim Malo tweeter qu’il “Je me sens un peu f ** ked que je ressentirais le besoin d’essuyer mon téléphone en revenant dans mon propre pays.”

D’autres, dont l’ancien sénateur australien Scott Ludlam, ont répondu en appelant à une déclaration des droits de l’homme dans le pays.

L’Australie a récemment été au centre de plusieurs controverses internationales, notamment sa décision ce mois-ci de détenir et d’expulser le célèbre joueur de tennis Novak Djokovic, qui n’était pas vacciné contre le Covid-19.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire