Les gestionnaires de caisses de retraite de l’Ontario soutiennent les industries des combustibles fossiles et de l’immobilier

0
401

Le Régime de retraite des employés municipaux de l’Ontario (OMERS) est l’une des plus importantes caisses de retraite au Canada. Au service de 289 000 travailleurs municipaux employés par les villes de l’Ontario, OMERS a un actif net de plus de 105 milliards de dollars qui est destiné à soutenir les participants à la retraite. Cette année, cependant, OMERS a été submergée par de nombreux scandales.

Il est actuellement dans le collimateur de son plus grand syndicat constituant, la section ontarienne du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP). En mai 2021, le SCFP Ontario, le syndicat du secteur public qui représente près de la moitié des membres de la caisse, a publié un rapport accusant la caisse de retraite de sous-performance chronique sur ses investissements. Alors que d’autres grands fonds ont réussi à naviguer en 2020 sans subir de coups importants, la valeur de l’actif d’OMERS s’est contractée de près de 3 %. Étant donné que les régimes de retraite d’OMERS tirent 70 % de leur financement des rendements des placements, cela a soulevé de sérieuses inquiétudes pour les participants au régime.

Le SCFP-Ontario n’a pas tardé à souligner qu’il ne s’agissait pas seulement d’une mauvaise année. OMERS n’a pas réussi à atteindre ses propres indices de référence à plusieurs reprises au cours de la dernière décennie et a pris du retard par rapport à d’autres caisses de retraite de taille comparable. Le problème n’est pas simplement l’affaiblissement des retours sur investissement. OMERS, comme d’autres fonds de pension canadiens, est profondément impliqué dans les investissements dans les combustibles fossiles et la financiarisation de ce qui devrait être des biens sociaux. La conséquence de ces décisions d’investissement est que les fonds de pension nuisent souvent par inadvertance aux personnes qu’ils servent – ​​les membres actifs dépendant des services publics et prévoyant une retraite sûre.

Le SCFP-Ontario a réclamé une transparence accrue et un examen indépendant des choix de placement d’OMERS. Jusqu’à présent, la seule réponse du fonds de pension a été de publier des rendements en milieu d’année dans le but de prouver qu’ils deviennent des gestionnaires de fonds plus fiables.

OMERS se trouve également en conflit avec le SCFP-Ontario au sujet des options de retraite anticipée pour les ambulanciers paramédicaux. En tant que travailleurs occupant un emploi à haut risque, les ambulanciers paramédicaux de l’Ontario estiment qu’ils devraient avoir la possibilité de prendre leur retraite cinq ans plus tôt sans réduction de pension — une option déjà offerte aux policiers et aux pompiers.

La réticence d’OMERS à le reconnaître — et, par conséquent, son insistance implicite pour que les prestations paramédicales soient réduites — a donné lieu à un litige entre le régime de retraite et le syndicat. La caisse de retraite cherche désespérément à minimiser ses obligations pour offrir à ses membres une retraite confortable.

Tout cela survient juste un an après que le conseil d’administration d’OMERS a voté pour supprimer la garantie d’indexation sur les retraites après 2022, ce qui signifie que tout versement d’épargne après cette date ne serait pas nécessairement lié à des augmentations du coût de la vie. Ce mouvement est presque certain de restreindre les avantages à l’avenir. Entre les ambulanciers paramédicaux et l’indexation au coût de la vie, OMERS semble faire tout son possible pour minimiser les prestations.

L’incapacité d’OMERS à maintenir des niveaux de capitalisation complets et ses efforts pour réduire ses obligations de paiement sont en tension extrêmement inconfortable avec la corrosivité sociale de ses choix d’investissement. L’examen de ses investissements révèle une panoplie d’acquisitions et de spéculations socialement nuisibles.

Alors que les gouvernements néolibéraux ont poursuivi leurs programmes de privatisation par le biais de ventes directes et de partenariats public-privé, OMERS a constitué un portefeuille d’infrastructures étonnant. Le fonds a une portée géographique surprenante. Des installations portuaires au Royaume-Uni aux routes à péage en Inde, des réseaux électriques en Australie aux écoles élémentaires publiques en Nouvelle-Écosse, les tentacules d’OMERS s’étendent dans le monde entier. Pour le fonds de pension, les utilités critiques, vitales pour le fonctionnement quotidien de la société, se réduisent uniquement à des éléments du bilan – des actifs pour étoffer les portefeuilles.

L’infrastructure d’énergie non renouvelable constitue une part importante des avoirs d’OMERS. En 2018, il a dépensé plus de 1,4 milliard de dollars pour acheter une participation de 50 % dans BridgeTex, un oléoduc reliant l’ouest du Texas à la côte du golfe du Mexique. Un an auparavant, il avait acheté 34 % des parts de GNL Quintero, le plus grand terminal de gaz naturel du Chili. La catastrophe climatique signifie peu pour une division d’infrastructure qui se décrit comme étant « singulièrement concentrée » sur l’expansion de son inventaire.

Les vastes avoirs immobiliers d’OMERS sont gérés par sa filiale Oxford Properties. Avec des actifs de plus de 60 milliards de dollars, Oxford est un acteur actif sur le marché de l’immobilier de luxe dans des villes aussi éloignées que Toronto et Sydney. Les employés municipaux de l’Ontario sont propriétaires de zones commerciales et de complexes de bureaux haut de gamme à Londres, Paris, Berlin et ailleurs. OMERS a veillé à ce que les employés municipaux soient, souvent sans le vouloir, complices de la gentrification mondiale.

Par l’intermédiaire d’Oxford, OMERS est propriétaire à 50 % de Hudson Yards, le mégaprojet immobilier de plusieurs milliards de dollars situé dans l’extrême ouest de Manhattan. Le plus grand développement privé de l’histoire des États-Unis, Hudson Yards est un monument étonnant du financement immobilier et l’une des nombreuses propriétés appartenant à OMERS qui parsèment le paysage immobilier de luxe de la ville de New York. À la mi-septembre, OMERS et ses partenaires du Régime de pensions du Canada ont vendu le terminal St John’s à SoHo à Google pour plus de 2 milliards de dollars. Dans le jeu mondial du capitalisme immobilier hyperfinanciarisé, les fonds de pension sont devenus des acteurs essentiels, et peu l’ont fait avec autant de voracité qu’OMERS.

L’épargne-retraite de centaines de milliers de travailleurs de l’Ontario dépend de la dévastation écologique, des infrastructures essentielles privatisées et de l’immobilier de luxe. Alors que les nécessités de la vie quotidienne sont devenues un terreau fertile pour le profit, les fonds de pension ont commencé à fouiner avec enthousiasme dans ces jardins de lucre en plein essor.

Le système de retraite financiarisé est basé sur le marché faustien selon lequel les rendements potentiels pour les bénéficiaires du régime justifient les conséquences sociales plus larges des décisions d’investissement des gestionnaires de fonds. L’évangile du « devoir fiduciaire », inscrit dans la législation et tenu en l’air par les gestionnaires financiers, garantit soi-disant que les besoins des retraités sont mis au premier plan par les investisseurs des régimes de retraite. Alors, pourquoi OMERS génère-t-il des rendements épouvantables, réduisant les prestations, et tenter de limiter l’admissibilité au régime ?

Dans sa forme actuelle, le système de retraite ne fonctionne pas pour ses membres, il fonctionne pour le secteur financier. L’épargne-retraite est avant tout un capital d’investissement. Leur fonction de soutien aux personnes âgées est sans importance par rapport à leur rôle de moteur du système financier mondial. Moins un fonds est obligé de verser des prestations, plus il peut rediriger ses ressources vers les marchés des capitaux. Les fonds de pension atteignent des tailles obscènes – les régimes publics du Canada ont un actif total de plus de 1 500 milliards de dollars – tandis que la retraite reste hors de portée pour la plupart.

Le marché faustien semble donc fondé sur un mensonge. De nombreux travailleurs ne profitent pas des avantages des énormes portefeuilles de leur caisse de retraite, et OMERS met ses membres à l’écart tout en causant d’importants dommages sociaux. Un récent rapport du Centre canadien de politiques alternatives montre que l’Office d’investissement du régime de pensions du Canada, l’un des plus importants fonds de pension du pays, a ignoré de manière flagrante les demandes de désinvestissement. Le Régime de pensions du Canada, selon le rapport, a investi des milliards dans l’industrie des combustibles fossiles. Et pourtant, les prestations de la caisse restent largement insuffisantes pour les retraités qui espèrent en vivre. De tels investissements seraient fondamentalement impossibles à justifier, même si leur résultat final a été une retraite décente pour les membres — et ils ne peuvent même pas offrir cela.

Dans l’espoir de protéger l’épargne-retraite de ses membres, le SCFP-Ontario a lancé une campagne appelant à une plus grande responsabilisation et transparence chez OMERS. Mais pour « réparer OMERS » — dans le jargon de la campagne — exigerait une transformation importante du système de retraite canadien. Le krach économique de 2008 a démontré la précarité structurelle de la retraite financiarisée, et rien n’a été fait depuis pour régler le problème. Tant que la retraite sera ancrée dans la finance, les retraités et le grand public devront en assumer les conséquences. Les premiers par des prestations insuffisantes, les seconds par le poids des choix d’investissement.

Que faire alors ? Premièrement, le système public de retraite doit être entièrement financé par une combinaison de cotisations et d’impôts. Deuxièmement, les participants devraient avoir un contrôle démocratique sur les régimes de retraite basés sur le travail comme OMERS, et ils devraient être principalement financés par des cotisations patronales accrues. Troisièmement, et c’est le plus important, les syndicats qui luttent pour réparer le système de retraite doivent se battre pour un logement public universel, une assurance-médicaments, des soins dentaires et des soins de longue durée.

Dans l’état actuel des choses, les fonds de pension contribuent activement à la marchandisation des nécessités en investissant dans des choses comme l’immobilier. Une pension importante, qui repose donc sur des retours sur investissement massifs, n’est nécessaire que tant que le coût d’une retraite confortable reste élevé. Pour définanciariser les retraites, il faut aussi décommodifier les nécessités de la vie quotidienne.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire