Les infirmières de NSW rejettent la réduction de salaire

0
63

Les infirmières et les sages-femmes de la Nouvelle-Galles du Sud ont rejeté l’offre insultante du gouvernement de l’État d’une augmentation de salaire de 3% lors d’une réunion combative de tous les membres à la mairie de Sydney.

Les dirigeants syndicaux ont proposé une motion lors de la réunion qui s’engageait à poursuivre la campagne d’action revendicative pour des ratios infirmière-patient sûrs, mais ont capitulé devant le gouvernement de l’État sur la question de la rémunération. La revendication salariale initiale du syndicat était de 4,75 %. Lors de la réunion syndicale, les responsables ont plaidé pour accepter l’offre de 3% du gouvernement libéral de l’État. C’est bien en deçà du taux d’inflation de 5,1 % qui devrait continuer à augmenter. L’offre est une réduction de salaire et vient après des années de gel des salaires dans le secteur public.

Les infirmières socialistes Nathanial Mitchell et Declan Maher ont proposé un amendement à la motion visant à rejeter l’offre salariale de 3 % et à se battre à la place pour une augmentation de salaire supérieure à l’inflation d’au moins 7 %. Ils ont fait valoir, avec d’autres partisans, que l’offre de 3% est totalement inadéquate pour les infirmières et les sages-femmes qui ont porté le fardeau de la pandémie et sont confrontées à des pressions importantes sur le coût de la vie.

L’amendement a été fortement contesté. Certains, dont le secrétaire général de la New South Wales Nurses and Midwives’ Association (NSWNMA), Brett Holmes, ont fait valoir que rejeter l’offre de 3 % risquait de voir le gouvernement revenir avec une offre de 0 %. l’offre de 1,04 % en 2012, et le gouvernement a été contraint de retourner à la table des négociations.

Lors du vote, l’amendement a remporté 522 voix contre 513, malgré l’opposition virulente de nombreux dirigeants du syndicat.

La réunion a eu lieu le troisième jour de la grève à l’échelle de l’État organisée par le NSWNMA cette année. Les membres de 80 hôpitaux ont voté en faveur d’une grève pendant des durées variables pour assister à la réunion. Parallèlement au débat et au vote sur l’augmentation de la revendication salariale, de nombreuses infirmières ont exprimé leur soutien à d’autres syndicats récemment en grève et ont plaidé pour une action conjointe avec d’autres syndicats du secteur public.

Le NSWNMA, en tant que plus grand syndicat de l’État, devrait établir la norme pour la vague actuelle de grèves dans le secteur public. Le choc de l’inflation n’a fait qu’exacerber les tendances qui ont été en jeu au cours des deux dernières décennies, à savoir que les patrons obtiennent une plus grande part des bénéfices, tandis que les travailleurs en reçoivent moins et que l’activisme syndical diminue.

Si le gouvernement de l’État pouvait faire ce qu’il voulait, le coût de la crise proviendrait directement des poches des mêmes infirmières, sages-femmes, enseignants, travailleurs des transports publics et de tous les autres travailleurs du secteur public qui ont fait fonctionner l’État pendant des mois de confinement. Seul un mouvement syndical combatif et déterminé peut inverser cette tendance, et il ne le fera pas en sous-évaluant les salaires.

Cette victoire crée un précédent important pour les syndicats de toute la Nouvelle-Galles du Sud et de toute l’Australie. Le mouvement syndical doit être plus ambitieux, plus militant et plus perturbateur. La victoire du vote sur l’augmentation des salaires de 7 % prouve qu’il y a un appétit pour cela. Si un syndicat remporte une véritable augmentation de salaire, cela peut donner confiance aux travailleurs d’autres industries pour exiger davantage. Si nous combinons nos efforts et frappons ensemble, nous pouvons effectivement fermer l’État et forcer le gouvernement à répondre à nos demandes.

Bien qu’il se soit opposé à l’augmentation de la demande salariale, lors d’une conférence de presse après la réunion des membres, Holmes a déclaré aux médias : “Les infirmières ont clairement dit aujourd’hui que 3 % sont insuffisants et elles pensent que l’offre de 3,5 % de l’année prochaine et s’attendent à ce qu’elles proposent plus de productivité. , obtenir plus de sang, de sueur et de larmes des infirmières et des sages-femmes est une blague et une farce ».

Il appartient maintenant aux militants syndicaux de retourner dans leurs branches locales et de faire pression pour de nouvelles actions à l’échelle de l’État pour briser le plafond salarial du gouvernement de la Nouvelle-Galles du Sud et obtenir une véritable augmentation de salaire, ainsi que des ratios infirmière-patient.

Source: https://redflag.org.au/article/nsw-nurses-reject-pay-cut

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire