Les infirmières de WA font grève pour exiger de meilleurs salaires et ratios

0
42

Des milliers d’infirmières d’Australie occidentale se sont mises en grève le 25 novembre, se rassemblant au parlement et dans les villes régionales de l’État, notamment Broome, Karratha et Bunbury. La grève a eu lieu au mépris d’une interdiction de la Commission des relations industrielles et au milieu d’une couverture médiatique hostile et d’attaques scandaleuses par des politiciens travaillistes de l’État.

Pendant la pandémie, les infirmières de l’État ont été présentées comme des héros. Pourtant, le matin de la grève, lors d’une conférence de presse dans la ville régionale de Collie, le premier ministre Mark McGowan a réprimandé les membres de la Fédération australienne des infirmières pour avoir prétendument “se livrer à des activités illégales et criminelles”.

Le gouvernement a publié une publicité d’une page entière dans le Australie occidentale journal condamnant la grève comme illégale. Qualifiée à tort d’« annonce de service public », la propagande a mis en garde les lecteurs contre « les perturbations dans les hôpitaux publics aujourd’hui en raison d’actions revendicatives sans précédent et illégales ».

Au parlement, la secrétaire d’État de l’ANF, Janet Reah, a déclaré au rassemblement de 4 000 personnes qu’elle avait reçu un appel à 6 heures du matin de la ministre de la Santé, Amber Jade Sanderson. Le ministre a décliné une invitation à s’adresser au rassemblement, alléguant que la grève des infirmières était « illégale ». Sanderson, un ancien secrétaire adjoint de United Voice, a tenté de persuader Reah d’annuler la grève.

L’IRC, salué comme un “arbitre indépendant” par McGowan et les commentateurs des médias, est même allé jusqu’à ordonner à la compagnie de bus de Perth Horizon West de ne pas transporter les infirmières des hôpitaux publics de Perth au rassemblement de 11 heures au parlement. Horizons West a ignoré l’ordre.

La Australie occidentale l’éditorial a qualifié l’ANF de «chaotique» et de «discrédit pour les infirmières de WA». Le papier rapporté que “on estime que 14 000 interventions chirurgicales et procédures, y compris pour les patients atteints de cancer, n’auront pas lieu » à la suite de la grève et a déploré la « détresse des patients touchés et de leurs familles ».

La Ouest l’éditorial a affirmé que l’IRC “est un troisième arbitre indépendant et impartial et ses décisions doivent être respectées pour que notre système de relations professionnelles fonctionne ». Par un système de relations industrielles qui fonctionne, la Ouest signifie celui qui sert les intérêts des patrons.

Ce qui ne fonctionne pas, c’est le système de santé de l’État. La mort d’Aishwarya Aswath, sept ans en attendant un traitement d’urgence à l’hôpital pour enfants de Perth en mai de l’année dernière, et l’enquête qui a suivi ont révélé une crise de sous-effectif chronique. En mars de cette année, deux patients âgés de Perth sont décédés en attendant des ambulances.

Une infirmière du West Australian Country Health Service nommée Ellen a déclaré au rassemblement du 25 novembre que le manque de personnel dans les hôpitaux publics avait de graves conséquences, notamment des blessures au travail et la détérioration de l’état des patients “en raison de soins inadéquats”.

L’infirmière Tyler Ray a abordé l’hypocrisie du gouvernement de l’État en prétendant se soucier du bien-être des patients hospitalisés :

« Ce gouvernement dit qu’il se soucie de la sécurité des patients et que la grève d’aujourd’hui a mis les patients en danger. Mais parlons soins. Je n’ai vu aucun membre du gouvernement faire un quart de travail de dix-huit heures hier soir comme trois de mes collègues l’ont fait pour prodiguer des soins à nos patients.

Lorsque Ray a annoncé que « ces trois collègues sont ici aujourd’hui pour soutenir notre grève et nos actions », il a été accueilli par des applaudissements nourris.

La directrice des services juridiques de l’ANF, Belinda Burke, a déclaré au rassemblement : « Au cours de mes 23 années avec l’ANF, les infirmières et les sages-femmes n’ont jamais fait grève. Le fait que vous soyez ici aujourd’hui montre à quel point le système de santé est devenu désespéré ».

McGowan et Sanderson ont fait grand cas d’une volte-face de la part de l’ANF, affirmant que le syndicat ne négociait pas de bonne foi. Cependant, l’ancien secrétaire d’État et désormais directeur général non élu Mark Olsen a clairement manqué de soutien des membres lorsqu’il a annoncé le 15 novembre que l’équipe de négociation du syndicat était parvenue à un accord de principe avec le gouvernement sur les salaires et les conditions.

En quelques jours, l’affaire s’était effondrée. Olsen a été hué et chahuté par des infirmières et des sages-femmes lors d’une réunion à l’hôpital Fiona Stanley le même jour, et à nouveau lors de l’assemblée générale annuelle du syndicat le 16 novembre, pour avoir trahi les revendications des infirmières.

Un sondage interne des membres entre le 18 et le 22 novembre s’est soldé par un « non » retentissant, 84 % rejetant l’offre salariale du gouvernement. L’offre comprenait une allocation de formation de 1 200 $, payable uniquement aux infirmières au sommet des tranches salariales des niveaux 1 et 2, en plus de l’offre de base de 3 120 $ par an (3 % pour la plupart des infirmières), plus un « coût de paiement de subsistance » offert à tous les travailleurs du secteur public de l’État.

Au début du scrutin, Reah a annoncé qu’une grève d’une journée dans tout l’État aurait lieu dans les sept jours si les membres rejetaient l’offre du gouvernement.

Lors du rassemblement parlementaire, Ray a noté que les salaires réels des infirmières avaient chuté depuis 2017 et que la dernière offre du gouvernement réduirait encore le salaire réel de « près de 5 % cette année seulement ».

Il a insisté pour que l’ANF continue à se battre pour la revendication des 10 % adoptée lors d’une arrêter la réunion de travail de plus de 2 000 le 12 octobre, la plus grande réunion de masse d’infirmières et de sages-femmes en WA depuis des décennies. Depuis cette réunion, Reah a appelé le gouvernement à accorder une augmentation de salaire de 5% (inférieure à l’inflation) parallèlement au paiement du «coût de la vie» de 3 000 dollars.

“Dix pour cent, c’est juste et tout sceptique devrait se demander : ‘Méritons-nous une réduction de salaire ?’, car c’est ce qui est proposé”, a déclaré Ray, exhortant les membres à s’impliquer dans leur syndicat et à poursuivre leur lutte.

« Pour gagner cela, nous avons besoin d’un syndicat combattant », a-t-il déclaré. « Nous avons besoin d’un syndicat organisé et démocratique ; nous avons besoin de délégués du lieu de travail [and] réseaux militants.

Le soutien des travailleurs d’autres syndicats, en particulier ceux du secteur public, sera également essentiel pour que les infirmières et les sages-femmes obtiennent leurs revendications.

Un contingent animé du Syndicat des Maritimes s’est joint au rassemblement des infirmières. Cependant, les syndicats du secteur public et de la santé autres que l’ANF, dont la plupart ont désormais souscrit à l’offre gouvernementale inférieure à l’inflation, étaient absents. Les délégués du lieu de travail et les militants au sein de ces syndicats devront renforcer le soutien des membres pour les infirmières et mener la lutte jusqu’à leurs dirigeants syndicaux.

“Ce combat n’est pas terminé aujourd’hui”, a déclaré Ray. « Nous devons continuer à nous battre. Nous devons montrer au gouvernement que nous n’accepterons pas un mauvais marché… Nous nous battons pour nous-mêmes, nous nous battons pour nos patients, nous nous battons pour nos soignants et notre communauté.

Source: https://redflag.org.au/article/wa-nurses-strike-demand-better-pay-and-ratios

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire