Les interdictions imposées aux athlètes russes détruisent une énorme partie du monde sportif

0
47

À quand remonte la dernière fois qu’un athlète occidental a été banni parce que son pays a déclenché une guerre ?

L’une des règles tacites des affaires humaines est que les citoyens ordinaires ne doivent jamais être personnellement harcelés pour les actions politiques de leurs dirigeants. Ce truisme n’a jamais été suffisamment observé et a complètement disparu lorsque la Russie a commencé son opération militaire en Ukraine.

Cette semaine, la sensation serbe du tennis Novak Djokovic a sévèrement réprimandé la décision de Wimbledon d’interdire la participation de joueurs russes au célèbre tournoi sur gazon.

Se référant à lui-même comme un “enfant de la guerre” qui a vécu le “traumatisme émotionnel” du bombardement de l’OTAN de 78 jours dirigé par les États-Unis contre sa ville natale de Belgrade en 1999, Djokovic a décrit l’interdiction des joueurs russes lors du prestigieux tournoi de tennis comme ” fou.”

“Je ne peux pas soutenir la décision de Wimbledon, je pense que c’est fou” a déclaré le joueur le mieux classé au monde. “Quand la politique interfère avec le sport, le résultat n’est pas bon.”

Si seulement les dirigeants des institutions occidentales étaient dotés d’une telle sagesse innée. Grâce à un niveau élevé de russophobie, ainsi qu’à de nombreux signes de vertu, les Russes se retrouvent désormais victimes de discrimination institutionnelle, et pas seulement sur le court de tennis. Des Jeux Olympiques au jeu d’échecs, les détenteurs de passeports russes sont ostracisés sans faute de leur part.

L’excuse invoquée pour cette inquisition désormais affichée dans les capitales occidentales est que « la Russie a attaqué son voisin ». Pour ceux qui préfèrent un peu de contexte avec leurs nouvelles quotidiennes, cependant, il est important de noter que Moscou avait émis des avertissements sur les attaques de l’Ukraine contre les russophones dans le Donbass – que le président russe Vladimir Poutine a qualifié de véritable “génocide” – pour un long moment. Comme on pouvait s’y attendre, l’Occident a allègrement ignoré les sérieuses préoccupations de Moscou à ce sujet avec toutes les conséquences tragiques de cette attitude exposées aujourd’hui.

Alors que les opinions sont farouchement partagées sur la ligne de conduite de Moscou en Ukraine, une chose ne peut être contestée : de l’invasion illicite de l’Irak par George W. Bush en 2003 à la mésaventure militaire de Barack Obama en Libye en 2011, les athlètes occidentaux n’ont jamais été contraints de subir les sous peine d’être bannis de la compétition internationale en raison du militantisme de leurs dirigeants. Certains pourraient appeler cela étrange.

Lire la suite

L’as russe propose une alternative à l’interdiction “discriminatoire” de Wimbledon

Si les signaleurs de vertu libéraux sont vraiment soucieux d’afficher leurs références pacifistes, alors pourquoi n’ont-ils pas sauté sur l’occasion d’interdire les athlètes américains, britanniques, australiens et autres de l’OTAN du monde du sport ? Après tout, l’invasion de l’Irak par les États-Unis, par exemple, a entraîné la mort, des blessures et le déplacement de plus d’un million de personnes, tandis que l’« intervention » tout aussi erronée en Libye a pratiquement donné à l’un des pays africains les plus avancés le statut de tiers-monde. pendant la nuit. Les athlètes américains ont-ils été bannis des Jeux olympiques d’été de 2004 en guise de punition pour les militaires américains qui ont déclenché des bombardements « de choc et de crainte » contre le peuple irakien un an plus tôt ? Pas du tout. En fait, l’équipe américaine a quitté Athènes avec le plus grand nombre de médailles cette année-là (101), suivie de la Chine et de la Russie.

Peut-être que les athlètes membres de l’OTAN ont été ostracisés lors des Jeux olympiques d’été de 2012 pour l’attaque du bloc militaire contre la Libye ? Non. Non seulement les États belligérants occidentaux ont été exonérés de leurs actions par un média flatteur, mais Londres a ensuite accueilli les Jeux l’année suivante. C’est remarquable si l’on considère que la Royal Air Force britannique, de mèche avec les suspects occidentaux habituels, a lancé sa part de missiles Tomahawk sur la Libye, aidant à renverser le gouvernement de Mouammar Kadhafi, même si ce n’était pas ce que la résolution 1973 de l’ONU avait prescrit ( Tout comme les “renseignements ratés” mis en avant par les États-Unis pour soutenir leurs actions militaires en Irak en 2003, la ruée vers la guerre en Libye s’est construite sur une montagne de mensonges, comme un rapport du Parlement britannique l’a découvert plus tard).

Lire la suite

L'icône mondiale des échecs Magnus Carlsen fait partie de ceux qui ont émis des avis sur les interdictions russes.  © Foto Olimpik / NurPhoto via Getty Images
Interdictions sportives russes : les personnalités étrangères aux opinions alternatives

Pourtant, maintenant que Moscou ressent le besoin de prendre les armes pour défendre sa «sécurité nationale», la brigade de la culture d’annulation est en force, fustigeant les Russes comme des lépreux et des parias indignes de la concurrence internationale. Et pour les athlètes russes “chanceux” qui ont été autorisés à participer à des compétitions sportives (l’Association des professionnels du tennis, par exemple, soutient l’inclusion de joueurs russes et biélorusses, mais seulement s’ils acceptent de concourir en tant que “neutres” apatrides) , ils doivent le faire sans aucun signe extérieur de leur héritage national, de peur que la vue du drapeau tricolore russe ne déclenche des palpitations cardiaques parmi les nouveaux convertis qui haïssent la guerre.

Une telle hypocrisie flagrante et des doubles standards à l’égard du peuple russe sont tout aussi prévisibles que répugnants. Après tout, les grands médias occidentaux perfectionnent depuis longtemps leur diffamation envers les Russes.

De toute évidence, leur journalisme ne se soucie plus de tenir le gouvernement responsable ; il est plutôt utilisé par les détenteurs du pouvoir et l’appareil de renseignement pour manipuler et influencer l’opinion publique vers un récit particulier, généralement aux grands frais de la Russie. Aujourd’hui, après de nombreuses années d’exposition à cette campagne anti-Russie implacable, c’est un jeu d’enfant de convaincre le public occidental que les athlètes russes “méritent” d’être évités.

Alors, quel est le but ultime de ces vilaines attaques contre les sportifs russes ? Ils sont utilisés comme des pions par l’Occident dans ses efforts – non pas pour critiquer la guerre, dont les puissances occidentales ont été les plus grands promoteurs au fil des ans – mais plutôt pour infliger des dommages moraux au pays à travers ses athlètes. À en juger par le degré de soutien dont Vladimir Poutine bénéficie désormais parmi les Russes, il semble cependant que ces efforts continuent d’échouer, tout en révélant à quel point l’Occident est vraiment hypocrite lorsqu’il s’agit de traiter avec Moscou. Quoi qu’il en soit, le monde du sport, aujourd’hui visiblement privé de l’une des plus grandes nations sportives de la planète, est le grand perdant du double standard et de l’hypocrisie occidentale. C’est une tragédie que le sport ait permis à la politique de piétiner si imprudemment le champ des rêves.



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire