Les Jeux olympiques sont mondialement mobiles. Maintenant, le mouvement anti-olympique est trop.

0
42

« Les Jeux olympiques sont toxiques. Nos objectifs sont d’arrêter les Jeux olympiques et d’abolir le Comité international olympique », a déclaré CP Robertson du groupe anti-Olympique NOlympics LA. Elle a été suivie par Satoko Itani, une universitaire-activiste du Japon, qui a souligné que “lutter contre les Jeux olympiques est un travail difficile”.

Ils s’exprimaient à Paris lors de la dernière session du deuxième sommet international anti-olympique, qui a réuni des groupes anti-jeux d’anciennes villes olympiques, de futurs hôtes et de lieux soumissionnant pour les jeux.

Les militants qui ont voyagé du monde entier pour assister à l’événement à l’Université de Paris comprenaient des personnes qui sont descendues dans la rue pour protester contre les Jeux olympiques de Londres, Rio de Janeiro, Tokyo, Los Angeles, Barcelone-Pyrénées, Hambourg et Paris même. La réunion représentait le bord gauche de la résistance anti-Olympique. Les sessions se sont concentrées sur l’écoblanchiment olympique, le maintien de l’ordre et la surveillance, ainsi que des rapports sur le terrain d’activistes vivant ou travaillant dans les villes hôtes olympiques. Le sommet était organisé par Saccage, un collectif militant basé en Seine-Saint-Denis, une banlieue nord de Paris, qui travaille pour défendre les espaces publics envahis par les Jeux olympiques d’été de Paris 2024.

Satoko Itani, une universitaire et militante japonaise, prend la parole lors du sommet mondial anti-Olympique. (Jules Boïkoff)

Parce que le Comité international olympique (CIO) glisse à travers le monde, les militants tentent de reproduire cette approche transnationale. Au lieu d’assembler temporairement des groupes existants dans la ville olympique qui luttent déjà contre la militarisation, la gentrification et l’écoblanchiment de la police pour les faire fondre sur leurs traces militantes après la fin des Jeux, les organisateurs du sommet tentent de créer un mouvement anti-Olympique qui peut patiner de site en site. En d’autres termes, ces militants tentent de forger une stabilité mouvement de mouvements plutôt qu’un moment de mouvements travaillant ensemble à court terme. Le premier sommet mondial anti-Olympique a eu lieu à Tokyo en 2019.

Du tourbillon multilingue du français, de l’anglais, de l’espagnol et du japonais, trois thèmes principaux ont émergé. Premièrement, les Jeux olympiques peuvent servir de point d’entrée rapide pour radicaliser les conversations politiques avec les travailleurs. La semaine précédant le sommet, Maria Escobet et Bernat Lavaquiol ont aidé à organiser une mobilisation de plus de cinq mille personnes contre la candidature Barcelone-Pyrénées pour les Jeux olympiques d’hiver de 2030. Lavaquiol a raconté jacobin que leur groupe “utilisait la lutte contre les Jeux olympiques pour catalyser les discussions publiques autour d’idées plus importantes comme l’anticapitalisme”. Escobet a ajouté que la candidature olympique leur a donné l’opportunité de relier des vallées géographiquement isolées dans les Pyrénées autour de questions importantes pour leur vie quotidienne.

Un deuxième thème était que le CIO, le groupe basé en Suisse qui supervise les jeux et choisit leurs hôtes, était un repoussoir utile. En précipitant les Jeux olympiques de 2020 à Tokyo, même lorsque 83 % de la population japonaise s’y est opposée, puis en supervisant les Jeux de 2022 à Pékin au milieu des violations extrêmes des droits de l’homme par la Chine contre les Ouïghours dans la province du Xinjiang, les Tibétains et les militants pour la démocratie de Hong Kong , le CIO a été presque caricatural dans sa méchanceté. Frédéric Viale, membre du collectif anti-Olympique NON aux JO 2024 à Paris (NON aux Jeux olympiques de Paris) a qualifié le Comité international olympique de “trou noir de cupidité, de corruption et d’irresponsabilité”. Le CIO illustre parfaitement la capture par l’élite, que le chercheur Olúfẹ́mi O. Táíwò décrit comme une relation par laquelle “les quelques privilégiés dirigent les ressources et les institutions qui pourraient servir le plus grand nombre vers leurs propres intérêts et objectifs plus étroits”. C’est ainsi que «les personnes socialement favorisées ont tendance à prendre le contrôle des avantages destinés à tout le monde». Lorsque les gens ordinaires apprennent comment fonctionne le CIO, cela a tendance à entacher leur vision des jeux.

Les militants Frederic Viale, Maria Escobet et Natsuko Sasaki prennent la parole lors du sommet anti-Olympique. (Jules Boïkoff)

Un troisième thème est que les Jeux olympiques offrent un état d’exception qui permet l’accélération des technologies de surveillance, et avec un examen public limité. Les Jeux olympiques de Tokyo 2020 ont ouvert la voie à la normalisation de la technologie de reconnaissance faciale. Casey Wasserman, le président des Jeux d’été de Los Angeles 2028, a déclaré qu’au moment où les Jeux olympiques commenceront, la billetterie sera obsolète : “Tout sera en reconnaissance faciale, vous entrerez directement dans le bâtiment et il n’y aura plus de place”. ce ne sont pas des lignes. Ulf Treger de NOlympia Hamburg – le groupe anti-Olympique en Allemagne qui a remporté un référendum public qui a torpillé la candidature de la ville – a averti que le partenaire mondial du CIO, Alibaba, la société chinoise qui fournit la technologie cloud pour les Jeux olympiques, pourrait entraîner des problèmes de confidentialité inquiétants. Même un conseiller du ministère français du numérique a concédé : « Il y a un problème Alibaba ».

Bien que l’activisme anti-Olympique soit en plein essor au XXIe siècle, le CIO n’est pas resté les bras croisés. Récemment, les honchos olympiques ont fait des contre-mouvements prudents pour détourner la dissidence, comme l’attribution de villes hôtes onze ans à l’avance – comme cela s’est produit à la fois pour Los Angeles 2028 et Brisbane 2032 – avant que l’activisme anti-jeux ne puisse gagner du terrain et avant que des référendums publics puissent être organisés. Ces mouvements sapent la pratique démocratique, une caractéristique clé de la «capture par l’élite» de Táíwò. Les affirmations des organisateurs des Jeux olympiques de Paris 2024 selon lesquelles leurs jeux sont «pour le peuple» ont été obligeamment diffusées dans les médias grand public. La double débâcle de Tokyo et de Pékin permet aux boosters olympiques de Paris de promettre que leurs JO seront différents.

Pour les militants anti-Olympiques, des défis importants subsistent. Les syndicats semblent être un allié naturel, mais ont été difficiles à convaincre de la cause anti-Olympique. De nombreux syndicats de la construction et de l’hôtellerie voient les jeux avec scepticisme, mais espèrent récupérer une partie de l’argent qui se déverse dans le système olympique. C’est une situation extrême de David contre Goliath : le CIO détient 5,6 milliards de dollars d’actifs totaux selon son dernier rapport annuel et a généré 7,6 milliards de dollars de revenus entre 2017 et 2021. Les organisateurs anti-jeux à Paris ont fragmenté le budget de la sommet international avec du chewing-gum, de la bonne volonté et une mentalité de passe-le-chapeau.

Malgré les avantages de leurs adversaires, les militants anti-Jeux à Paris jurent d’aller de l’avant. “Bien sûr, le CIO a plus d’argent que nous”, a reconnu l’activiste parisienne Natsuko Sasaki, l’un des principaux moteurs du sommet anti-Olympique, “mais nous sommes du bon côté de l’histoire”. Fleuves, organisateur chez Saccage, m’a dit : « Nous n’allons pas arrêter les JO de Paris, mais nous continuerons à nous battre pour que les JO ne fassent pas de mal à d’autres personnes dans d’autres villes.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire