Les leaders environnementaux doivent-ils se conformer ? Ou osons-nous réellement diriger ?

0
162

Grand Yellowstone. Photo : Jeffrey St. Clair.

Je déplore profondément d’avoir été président de la Montana Wilderness Association, récemment rebaptisée Wild Montana, alors qu’elle était en train de passer au modèle de «compromis et collaboration» très vanté et hautement rémunéré par des subventions pour gérer les conflits de conservation. C’est-à-dire que je pleure d’avoir contribué à guider cette approche d’acquiescement dans sa popularité actuelle. Étant attirés par ses doubles notions promotionnelles de guérison de l’antagonisme avec les rivaux traditionnels et de « briser l’impasse du désert », les membres de mon conseil d’administration et moi n’avons pas saisi les leurres présentés, ni les lacunes fatidiques du plan.

Le raisonnement était qu’il y avait si longtemps que le Montana n’avait pas connu l’importance de la législation sur la nature sauvage, que nous pouvions sortir de l’impasse et favoriser la bonne volonté de la société dans le processus. Et puis, il y avait l’attrait de vastes sommes d’argent récompensées. Heck, nous pourrions financer des bureaux attrayants, offrir des salaires et des avantages de niveau professionnel bien mérités à notre personnel et aider à faire progresser la communauté environnementale du Montana vers une plus grande respectabilité. Tout cela en acceptant les subventions et les flatteries, prolifiquement offertes par les entreprises donatrices et parfois leurs partenaires gouvernementaux.

Nous n’avons pas délibéré sur l’éthique de la rémunération, ni sur la science des écosystèmes. Nous étions accrochés.

En regardant en arrière 15 ans plus tard, et de nombreux kilomètres d’enquête critique et de maturation personnelle, je vois les terres restantes de qualité sauvage du Montana être dangereusement offertes aux pouvoirs en place sous les mêmes apparences d’être pratiques et de travailler avec le statu quo, comme nous pensé à l’époque.

La zone d’étude Hyalite Porcupine Buffalo Horn Wilderness et les zones sans route qui l’entourent des deux côtés de la rivière Gallatin – pensez à l’emblématique Lionhead Recommended Wilderness (ainsi désignée dans l’ancien plan forestier) – constituent la zone encore non protégée par la loi, la plus esthétiquement magnifique et partie biologiquement cruciale de l’écosystème du Grand Yellowstone. Sans parler de son importance spécifique et cruciale pour la longévité du grizzli de Yellowstone, une longévité qui dépend génétiquement de l’accès aux grizzlis plus au nord dans l’écosystème des Rocheuses du Nord.

Pourtant, le nouveau plan forestier, et principalement recommandé par l’ancienne Montana Wilderness Association (Wild Montana), céderait à diverses désignations non-Wilderness aux noms brillants – avec tous leurs dangers d’exploitation actuels et futurs – les parties les plus importantes de ces terres. Bien qu’il recommande au moins la protection de la nature sauvage pour plus de la moitié de la WSA – y compris la zone humble de Big Creek sur le côté est des Gallatins – les parties les plus basses, les plus denses et les plus importantes pour la faune sont sacrifiées, comme les bassins hydrographiques contigus de Buffalo Horn et de Porcupine Creek dangereusement adjacents à la masse récréative de Big Sky. Et sans oublier le West Pine du côté de Paradise Valley, crucial pour un important troupeau de wapitis.

Pourtant, l’emblématique Gallatin Crest serait potentiellement désigné Wilderness. Encore une fois, une mise en garde. Une telle sélection de paysages est un pas dans la direction de ce que Wilderness préconise d’appeler de manière désobligeante la nature sauvage de la roche et de la glace. C’est une façon de revendiquer un grand succès tout en cachant ce qui a été sacrifié pour le faire.

Ainsi, les partisans du plan utilisent leur personnel largement doté de subventions et d’autres ressources monétaires pour diffuser largement leur proposition au public comme une «victoire» pour la nature sauvage, la faune et le peuple du Montana. Je m’attends à ce qu’ils croient toujours, comme je l’ai fait autrefois, qu’ils font ce qu’il faut. Alors que ses membres voudraient personnellement plus de désignations de terres respectueuses de l’écosystème, ils pensent qu’ils gagnent tout ce qui est pratique dans le Montana d’aujourd’hui.

Nonobstant le fait que la plupart des Montanais pourraient bien s’objecter s’ils comprenaient les enjeux, plutôt que la version publicitaire qui leur est présentée, il y a un autre point crucial à souligner.

Et si les leaders environnementaux n’acceptaient pas l’hostilité présumée dominante à la désignation Wilderness ? Et s’ils ne se conformaient pas à l’histoire qui est rendue publique ? Et si, au lieu de cela, ils sortaient devant et argumentaient avec force – avec toutes les ressources importantes dont ils disposent pour potentialiser de tels efforts – et s’ils argumentaient avec passion et persuasion pour de larges protections de la nature sauvage basées sur des considérations écosystémiques, sans succomber à ce qu’Aldo Leopold appelait l’opportunisme politique et économique ? Opportunité. Un bon mot : « La qualité d’être commode et pratique même s’il peut être inapproprié ou immoral ; commodité.”

Et si les dirigeants environnementaux – et politiques – plaçaient profondément et largement dans le discours public les multiples récompenses d’une conservation biologiquement défendable ? Et s’ils promouvaient les gains psychologiques et spirituels de la maîtrise de soi dans de telles protections, et l’abandon des élévations récréatives populaires chargées d’adrénaline et d’identité, évitant la quiétude ? Et s’ils se battaient plutôt pour les expériences matures et génératrices de la vraie conservation ? Du vrai désert ?

Mais, affirment-ils, les amateurs de loisirs, en particulier les vététistes – qui, en fait, ne sont pas une conscience collective de vététistes, mais plutôt des organisations de vélo de montagne monétisées par l’industrie – que les amateurs de loisirs sont une force politique telle que nous ne pouvons pas nous attendre à gagner des frontières basées sur l’écosystème de nouvelles zones de nature sauvage. Cependant, le public ne peut-il pas être mobilisé pour soutenir ces plus grandes valeurs écosystémiques et psychologiques ?

Qu’en est-il des dirigeants écologistes – et des dirigeants politiques locaux et de l’État qui n’ont que trop approuvé les compromis éthiquement non étudiés – et s’ils ne se conformaient pas à ce qu’ils prétendent être les exigences des forces dominantes ? Et si, au lieu de cela, ils devaient réellement diriger?

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/19/must-environmental-leaders-conform-or-dare-we-actually-lead/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire