Les législateurs de l’UE déclarent que la Hongrie n’est plus une “démocratie complète” | Actualités de l’Union européenne

0
69

La Hongrie a réagi furieusement à un vote du Parlement européen déclarant que le pays n’était plus une « démocratie à part entière » et que l’Union européenne devait agir.

Leur réponse jeudi est intervenue après que les députés ont voté 433 pour, 123 contre, en faveur de la résolution.

Il a décrit la Hongrie comme « un régime hybride d’autocratie électorale » en « violation grave » des normes démocratiques de l’UE.

Les législateurs ont fait part de leurs inquiétudes concernant les systèmes constitutionnel et électoral hongrois, l’indépendance judiciaire, la possible corruption, les irrégularités dans les marchés publics, les droits LGBTQ+, ainsi que les libertés médiatiques, académiques et religieuses.

Le pays est dirigé par le Premier ministre populiste Viktor Orban, qui entretient des liens étroits avec le président russe Vladimir Poutine.

Le vote était largement symbolique et ne change pas le cours de la prise de décision de l’UE, qui requiert l’unanimité des 27 États membres – dont la Hongrie – pour adopter des positions sur des questions majeures, telles que les sanctions contre la Russie.

Mais le ministre hongrois des Affaires étrangères, Peter Szijjarto, a déclaré aux journalistes à Budapest : “Je considère que c’est une insulte contre un Hongrois si quelqu’un remet en question la capacité de la Hongrie à la démocratie”.

Il s’est dit étonné que certains à Bruxelles et à Strasbourg s’acharnent à « rabaisser » son pays, a-t-il ajouté.

Szijjarto a également déclaré que les électeurs hongrois avaient « décidé lors de quatre élections législatives consécutives quel genre d’avenir ils voulaient pour le pays » en élisant Orban et son parti.

“Nous n’apprécions pas que certaines personnes à Strasbourg et à Bruxelles pensent que le peuple hongrois n’est pas assez mûr pour décider de son propre avenir”, a-t-il ajouté.

Par leur vote, les législateurs de l’UE ont approuvé un rapport parlementaire selon lequel la Hongrie avait reculé en matière de droits démocratiques et fondamentaux depuis 2018 grâce aux “efforts délibérés et systématiques du gouvernement hongrois”.

L’inaction des institutions de l’UE, y compris la commission, qui agit en tant que “gardienne” des traités de l’UE consacrant les normes démocratiques, a exacerbé la dégradation, selon le rapport.

Le vote, qui a eu lieu lors d’une session plénière à Strasbourg, en France, n’impose aucune sanction au gouvernement Orban et n’oblige pas les autres pays de l’UE à prendre des mesures particulières.

Préoccupations concernant la corruption

C’était aussi la dernière d’une série de confrontations entre les institutions de l’UE et le gouvernement d’Orban à Budapest.

La Hongrie a régulièrement bloqué les déclarations, décisions et événements conjoints, allant des réunions de haut niveau de l’OTAN avec l’Ukraine à un vote de l’UE sur l’impôt sur les sociétés et à une position commune de l’UE sur un cessez-le-feu israélo-palestinien.

Les pays de l’UE ont fait preuve de prudence autour de la Hongrie en raison de la nécessité d’obtenir son assentiment sur les décisions majeures.

Mais les diplomates en privé sont frustrés par la relation chaleureuse d’Orban avec le Kremlin et son blocage de nouvelles sanctions contre Moscou.

La commission a également pris soin d’éviter les critiques ouvertes, mais le malaise face à l’écart de la Hongrie par rapport à l’État de droit, en particulier en échouant à lutter contre la corruption, devient de plus en plus évident.

La chef de la Commission, Ursula von der Leyen, a déclaré mercredi, dans son discours sur l’état de l’Union européenne devant le Parlement européen, que l’UE “doit se battre pour nos démocraties”.

Son exécutif européen s’emploierait à protéger les États membres “des menaces extérieures auxquelles ils sont confrontés et des vices qui les rongent de l’intérieur”, a-t-elle déclaré.

Bien qu’elle n’ait pas nommé directement la Hongrie dans ce contexte, elle a promis une action législative pour intensifier la lutte contre la corruption, notamment contre « l’enrichissement illicite, le trafic d’influence et l’abus de pouvoir ».

Son commissaire européen à la justice, Didier Reynders, a déclaré aux députés lors d’un débat sur les violations de l’État de droit en Hongrie que la commission “partageait un grand nombre de préoccupations exprimées par le Parlement européen” concernant Budapest.

Le Parlement européen a lancé en 2018 une procédure contre le risque que la Hongrie fait peser sur les valeurs démocratiques européennes.

L’UE a également affecté 5,8 milliards d’euros (5,8 milliards de dollars) à la Hongrie à partir de son fonds de relance COVID-19. Mais le plan de dépenses de Budapest pour les fonds n’a pas été signé par Bruxelles en raison de problèmes de corruption.

En théorie, le mécanisme peut conduire la Hongrie à perdre son droit de vote au Conseil de l’UE, où les États membres adoptent des décisions affectant le bloc.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/9/15/eu-legislators-say-hungary-is-no-longer-a-full-democracy

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire