Les mâchoires du capital-investissement asservissent les entreprises canadiennes de services de santé

0
175

Karl Marx avait raison. Au fil du temps, le capital se concentre et se centralise, ce qui a pour effet de produire des monopoles. Ce que les adeptes du marché libre attendent de leur système économique préféré, c’est une concurrence qui assure la survie des meilleures entreprises et la chute des plus faibles, produisant un système efficace qui alloue les biens et services là où ils sont nécessaires. Si plus d’approvisionnement est nécessaire, une entreprise émergera pour le fournir. Le marché vise également à réduire les coûts. Coûts trop élevés ? Un nouvel entrant concurrencera l’ancien à un taux inférieur et le déplacera ou le corrigera. Les contes de fées en sont faits.

Au Canada, l’argent du capital-investissement (PE) est occupé ces jours-ci. Comme le Globe et Courrier rapports, des « acteurs majeurs du monde des affaires » sont à l’œuvre dans la médecine humaine et non humaine : « Alimentées par des fonds de capital-investissement internationaux, les entreprises en consolidation se sont également effondrées dans d’autres secteurs professionnels de la santé, rachetant des cabinets dans des domaines tels que la médecine vétérinaire, les soins dentaires, l’optométrie et les pharmacies et de les assembler en chaînes. Le capital récupère les pratiques, dont les praticiens quittent le terrain ou qui restent pour travailler pour leur acheteur, bénéficiant d’un “soutien en back-office grâce à la technologie et au personnel de l’entreprise, d’une aide au marketing et de responsabilités de gestion réduites”.

Nous savons ce que produit un monopole ou un oligopole de marché : des prix plus élevés et un service médiocre, dans les soins de santé et en dehors. Dans un domaine contraint comme celui dans lequel travaillent les professionnels de la santé, les petits concurrents ont peu de chances face aux oligarques d’entreprises bien capitalisées. Les chaînes peuvent se battre les unes contre les autres – du moins en apparence, elles le sembleront – mais les monopoles et les oligopoles sont heureux de donner l’illusion de la concurrence et du choix tout en accaparant et en exploitant un marché.

En règle générale, le monopole et l’oligopole sont de mauvaises nouvelles à tous les niveaux pour les consommateurs et les travailleurs. Comme l’a écrit Nicole Aschoff dans son jacobin pièce “Ban Private Equity”, le capital-investissement est composé d’énormes entreprises retranchées, semblables à des vautours, dont les bénéfices sont inversement proportionnels aux fortunes de la classe ouvrière. Dans l’ensemble, note-t-elle, “la relation entre les sociétés de capital-investissement et les travailleurs est à somme nulle : lorsqu’elles prospèrent, les communautés ouvrières souffrent.” Ils le font en effet.

Dans le cas de la fourniture médicale, les effets du monopole et de l’oligopole sont encore pires que d’habitude car le service que les gens « consomment » est essentiel à leur santé et à leur bien-être (ou à ceux des animaux dont ils s’occupent et qu’ils aiment). Partout au Canada, les régimes d’assurance-maladie soi-disant «universels» se désistent, se dissimulent ou refusent de couvrir les principaux domaines de la santé depuis très longtemps. Les soins de la vue, les soins dentaires et les régimes d’assurance-médicaments ont été laissés à la discrétion des individus, en accord avec la sagacité du marché libre (bien que les régimes provinciaux d’assurance-médicaments couvrent certaines personnes, dans une certaine mesure) . Le gouvernement fédéral prétend enfin passer aux soins dentaires avec un régime à couverture limitée, et on parle également d’assurance-médicaments, mais rien n’est certain. Cela laisse des millions à la merci d’un marché privé de plus en plus consolidé.

Les soins médicaux ne doivent pas être marchandisés, point final. Les soins médicaux qui ne sont pas seulement marchandisés mais également fournis par une poignée de fournisseurs de chaînes avec peu ou pas de concurrence effective sont encore pires. Le capital-investissement doit être éjecté des domaines médicaux – le marché doit être déconsolidé.

Au Canada, nous avons déjà un exemple de ce qui se passe lorsqu’un mastodonte accapare tout un secteur du marché. Shoppers Drug Mart domine le jeu de la pharmacie. Il y a plus de 1 300 emplacements dans le pays. La société est une filiale de Loblaw, qui domine le marché de l’épicerie aux côtés d’une poignée d’autres oligopoles. Il fait également face à un recours collectif en Ontario (aux côtés d’un autre au Québec) pour avoir prétendument manipulé les prix du pain avec d’autres épiciers et producteurs au cours d’une décennie et demie à hauteur de 5 milliards de dollars. L’entreprise a évité des poursuites pénales en concluant un accord avec le Bureau de la concurrence du pays.

La concentration de l’industrie est un risque du capital-investissement, mais ce n’est pas le seul. En effet, la force du PE pourrait bien simplement déchirer les entreprises et les industries. Prenons l’exemple de Toys “R” Us aux États-Unis. Avec un rachat par emprunt, l’argent du capital-investissement a pris le contrôle de la société cotée en bourse, puis n’a pas réussi à redresser le détaillant en déclin – pire, cela a tué toute chance que l’entreprise avait de survivre. Comme Jeff Spross l’a dit La semaineles trois sociétés de capital-investissement qui ont acheté Toys “R” Us ont dévoré ses composants – “En gros, le trio a pris une entreprise imparfaite mais qui fonctionnait et l’a cannibalisée pour de l’argent.”

Alors que le capital-investissement peut écraser la concurrence sur le marché, il peut également mettre les entreprises en faillite et les travailleurs au chômage. L’objectif de ces entreprises n’est pas de gérer des entreprises prospères qui profitent aux travailleurs et à la communauté. Le but est de gagner de l’argent. Si c’est grâce à la domination du marché, qu’il en soit ainsi; si c’est par le biais du dépouillement des actifs, de la baisse des salaires, de la compression des fournisseurs ou de la transformation des entreprises en déductions fiscales, cela fonctionne également pour eux. Et c’est toujours une affaire risquée pour les consommateurs, les travailleurs et les fournisseurs qui sont pris dans le tourbillon du capital massif.

Le capital-investissement est trop grand et trop puissant. Ses intérêts, comme le soutient Aschoff, sont fondamentalement en conflit avec ceux des travailleurs – et des consommateurs aussi. Le capital-investissement existe pour faire du profit. Il profite en éliminant la concurrence et en facturant des prix plus élevés. Au fur et à mesure qu’il grandit, il devient trop puissant pour être apprivoisé, intimidant l’État qui refusera de le gérer ou de briser ses propriétés de manière significative. Il peut ainsi s’en tirer en escroquant les consommateurs, en traitant mal les travailleurs et en les sous-payant, et en fournissant un service médiocre. Les seuls bénéficiaires du capital-investissement sont les propriétaires et les actionnaires. Il n’y a pas de valeur communautaire ou ouvrière produite.

Le Canada devrait concevoir ses programmes nationaux de soins de santé – soins dentaires, assurance-médicaments et quoi que ce soit d’autre – de manière à le mettre à l’abri des déprédations croissantes du capital-investissement. Cela préviendrait à la fois les monopoles et oligopoles potentiels qui pourraient émerger des rachats stratégiques et le sort d’être aspirés à sec et laissés dans un tas desséché. Le capital-investissement ne devrait contrôler aucune industrie ou domaine, mais il y a quelque chose de particulièrement sinistre et pervers à leur permettre de contrôler les soins de santé nécessaires à nos vies et à notre bien-être. Il est encore temps d’inverser la tendance des grands capitaux nationaux et étrangers à dominer le marché du pays et les espaces intimes de nos vies. Mais il n’y a pas de temps à attendre pour commencer ce travail.



La source: jacobin.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire